Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2012

Chante

 

 

A celles qui ont été salies dans leurs chairs et leur cœur, à celles qui se taisent, à celles qui osent parler.
A celles qui se sentent responsables, parce qu’il faut bien que ce soit la faute de quelqu’un. A celles qui portent au fond d’elles, indélébile, la salissure qu’elles vomissent, qu’elles rejettent, par les larmes, par le sang. Par les mots quelques fois.
A celles qui haïssent, à celles qui pardonnent. A celles qui en pleurent de rage ou de désespoir. A celles qui n’ont pas les larmes, enfermées avec leur peine, tout au fond, dans l’insondable profondeur de la noirceur des souvenirs.
A celles qui portent la culpabilité qui n’est pas la leur, parce que l’autre les a si bien persuadé qu’elles y étaient pour quelque chose.
A celles qui le disent, à celles qui le hurlent. A celles qui n’ont pas la force de dire et qui trouvent ailleurs d’autres mots et d’autres façons d’expulser le mal à l’intérieur.

A toi qui timidement, a commencé à oser en parler il y a un an. A toi qui verrouille bien au fond ton ressenti, de peur d’être submergée par l’horreur et la peine accumulée. A toi qui craint d’ouvrir une brèche dans ces émotions au fond de toi.
A toi qui le crie à ta façon, en clé de sol, en chantant les mots des autres à défaut des tiens. A toi qui fait entendre ta voix, même si cachée au milieu de mille autres.
A toi à qui j’ai envie de dire chante, crie, parle, pleure, ris, pour ne plus porter ce fardeau qu’il doit  porter, lui, maintenant et plus toi.
Rend lui cette saleté qui n’appartient qu’à lui et à lui seul.
A toi qui chante pour les autres, entend aussi  cette chanson à l’intérieur qui n’appartient qu’à toi, c’est ta mélodie et ton chemin.
Pour celles qui ne peuvent pas dire, continue de chanter. Soit la voix qu’elles n’ont pas, soit les mots qui ne sortent pas, donne leur l’émotion qu’elles n’ont plus.

Et que portée par mille autre voix, la tienne se fasse entendre, claire et belle, comme elle l'a toujours été à l'intérieur de toi.

- - - - - - - - - - - - - - - - -

Poèmes d'Opale


08:51 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook