Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2010

Courrier des lecteurs - 2

Je reçois aujourd’hui un courrier de la ville de Neuilly qui m’a semblé bien intrigant.
Enveloppe en papier velin haut de gamme, papier à lettre bordé d’or… Voilà donc un nouveau courrier des lecteurs !

« Cher Spyko,
J’aime beaucoup votre blog et moi aussi, j’ai des problèmes avec mes enfants, plutôt avec ma fille unique. Je m’appelle Liliane, j’habite Neuilly et j’ai 55 ans. Je vous écris parce que j’aime beaucoup votre  blog, et que j’ai des problèmes avec ma fille. Unique. Il faut que je vous dise que j’habite Neuilly et que j’ai 67 ans. Ce qui me fait vous écrire, ce sont les soucis avec ma fille.

…Euh,pardon François-Marie ? … Pourquoi voudriez-vous rédiger ce courrier à ma place, voyons très cher ? Cela me semble d’une inconvenance rare ! . Mais bien sur que si, je suis claire dans mes propos !… Ce cher monsieur Spyko est un de nos chers amis, il comprend très bien ce que j’écris, allons donc…
Je poursuis donc.

Je m’appelle Liliane, j’ai 45 ans et ma fille Françoise m’ennuie beaucoup. Croyez-le ou non, elle a décidé de se révolter contre mon autorité et use de toutes les armes pour cela ! Si feu mon cher mari voyait cela, je vous assure que cela se passerait autrement. Enfin… Je crois qu’elle a en surtout après mon argent, elle veut davantage, elle estime qu’elle le vaut bien.

Et puis surtout, cher monsieur Spyko, je crois qu’elle est jalouse. C’est pour ça que je vous écris. J’ai 72 ans et j’habite Neuilly voyez-vous. Est-ce normal qu’une fille jalouse les hommes qui gravitent autour de sa maman, au point de vouloir les éloigner de moi ? Peut-on parler d’Œdipe ?
J’aimerai beaucoup votre avis. Ci-joint un chèque de 125 000 euros en dédommagement de votre expertise et du temps passé à me répondre.

Sincèrement vôtre, Liliane. 59 ans. Neuilly.»

 

Cher madame Liliane, votre demande me touche beaucoup, croyez-le bien, mais je ne suis pas achetable. On ne négocie pas mon expertise comme cela, voyez-vous. J’ai des principes.

Cependant, comme vous m’êtes sympathique, je consens exceptionnellement à encaisser ces 125 000 euros POUR VOUS FAIRE PLAISIR, et à vous donner mon avis sur le problème qui vous touche.
(Je vous adresse cependant une facture complémentaire de 15 425 euros pour les frais d’encre, papier, internet et rédaction).

Or donc, est ce un Œdipe mal résolu qui travaille votre fille unique ? Vous ne me parlez pas de son enfance, la question est donc ardue.

Je suis un peu surpris sur votre papier à en tête de lire « L’Oréal, parce que je le vaux bien ». Je trouve cette phrase un brin narcissique, n’est-il pas ? Comment voulez-vous que votre fille, dans son enfance, arrive à s’identifier à un modèle maternel aussi inaccessible ?
Je pense que son complexe d’infériorité l’a rongé depuis lors, et qu’à la mort de votre défunt mari, il lui a été insupportable de voir que vous puissiez encore être entourée d’homme. Cela lui rappelant par trop ses failles narcissiques.
Sa colère contre elle-meme et contre son sentiment d’infériorité a été alors projetée contre vous, qui deveniez la seule responsable de ses soucis, par un mécanisme de défense du moi bien connu. Vous vaincre devenait alors ce qui lui servirait à renforcer son narcissisme.
CQFD.
Vous constaterez que moi aussi, je les vaux bien ces 125 000 euros.

Certains me soufflent à l'oreille que d’hypothétiques troubles cognitifs que vous presenteriez, axés sur la mémoire, pourraient être à l’origine de l’inquiétude de votre fille. Que nenni ! Faites fi de ces rumeurs, voyons donc. Vous êtes au dessus de ça, vous qui pour vos 45 printemps faites toujours aussi jeune.

Croyez le bien, en vous lisant attentivement, je ne décèle aucun signe avant coureur de maladie neurologique dégénérative : absolument aucun. Vous êtes toujours aussi alerte et vive.
D’ailleurs, j’en profite pour vous rappeler que vous m’aviez promis un nouveau chèque de 125 000 euros à la livraison de mon expertise : je suis persuadé que vous êtes une femme de parole qui honorera sa promesse, même si celle ci est déjà loin et qu’il est  possible qu’elle vous soit sortie de la tête au jour d’aujourd’hui. Mais je me doute que vous ne me ferez pas l'affront de ne pas honorer votre parole, n'est-il pas ?

Je suis en tout cas à votre entière disposition pour tout avis psychologique ultérieur, aux mêmes tarifs d'amis que j'ai pratiqué aujourd'hui.

Votre dévoué
Spyko

 

06/06/2010

Courrier des lecteurs (1)

courrier.jpg

 

 


Cette semaine :  Mr Oedipe, de Thèbes

 

Hier, j'entends un drôle de bruit dans ma boite aux lettres. Boum !
Ouh là, mon facteur s'est il pris les pieds dans sa chaîne de vélo ? Sa tête a-t-elle heurté ma boite aux lettres, et le voilà qui agonise devant chez moi ? (en répandant du sang partout sur mon perron, je vous jure, ces préposés de la poste, aucun savoir vivre. Enfin, aucun savoir-mourir je veux dire).
Bref, je me précipite. Et non, pas de mort. C'est juste mon courrier qui vient d'arriver.
C'est une tablette en grec ancien, d'où le bruit (c'est lourd comme correspondance la tablette grecque, croyez moi).
Postée de Thèbes par un lecteur nommé Mr Oedipe.

Bon, alors, cher Monsieur Oedipe. Tout d'abord je me demande bien comment vous avez eu mon adresse, mais bon, pour le coup, ca me permet d'amener un peu de nouveauté sur ce blog. J'inaugure la rubrique du "courrier des lecteurs".
Je voulais juste vous dire, c'est sympa la tablette gravée en grec, et tout, mais BORDEL, ça s'affranchit correctement !
Une tablette d'une livre, postée de Grèce, on la fait peser avant  ! Franchement. Parce que, qui c'est l'andouille qui paye la surtaxe d'affranchissement hein ? Devinez ? Merci Oedipe. Mais vraiment merci !

Alors, je vous lis un peu ce courrier (oui, évidemment que je lis couramment le grec ancien. Quoi ? Ca vous étonne ? Je lis aussi le sanscrit, l'araméen, le swahili, mais j'ai un peu plus de mal pour le Jean-Claude Van Damne. J'y travaille). Donc je disais, je vous lis :

"Cher monsieur Spyko, je m'appelle Oedipe et je suis roi de Thèbes"
(Ouais, c'est ça, et moi je suis prix Nobel de danse classique)
"Je vous écris car je suis très embêté avec mes deux fils Etéocle et Polynice"
(Entre nous, avec des prénoms comme ça, je comprends qu'ils aient un peu la haine...Enfin, j'dis ça, je dis rien moi...)
"Ils font rien qu'à se battre tous les temps et dire qu'ils vont se tuer et être le seul roi de Thèbes après moi"
(S'en suit tout un espèce de délire sur le royaume de Thèbes, un Sphinx qui aurait eu quatre pattes le matin et trois le soir, et plein d'histoires de famille, vous imaginez même pas le chantier. Ajouté à cela un pauvre type qui vit surement des allocations et des pensions d'invalidité vu qu'il est aveugle parce qu'il a eu les yeux crevés avec une broche à sa femme - vous imaginez la pauvre famille que ce doit être, alcool, disputes, ... je vous dis même pas )
Bref.

Monsieur Oedipe, je l'ai déjà dit et répété ici ou : un peu d'autorité bon sang !

Quand je lis qu'Etéocle menace Polynice avec un glaive, qu'il a piqué à un esclave, franchement, réagissez ! Au coin Etéocle !
Et puis sérieusement, je sais qu'en Grèce, avec la crise économique, ça va pas super fort. Mais par pitié, prendre un esclave pour garder les enfants... Vous savez que vous pourriez avoir de sérieux ennuis avec la justice, dites ? Ca se paye, une nounou, sinon quel exemple pour les enfants...Enfin, ça c'est entre nous.
Bon, pis ok, d'accord, vous vous sentez coupable. Je sais que vous l'avez pas fait exprès, c'est un malheureux accident, bla bla bla... Ok, ok, ça arrive pas à tout le monde de tuer son père malencontreusement. Donc, je peux comprendre que vous soyez un peu mal dans vos sandales.

Mais enfin, ca ne sert à rien de développer une telle culpabilité et de ne plus avoir du tout d'autorité sur ses enfants ! Allez, quoi, du nerf ! On se reprend !
Sinon je vous conseillerais bien aussi de ne plus appeler votre femme "maman". Ok, c'est rigolo et affectueux, mais je vous assure, c'est un peu déstabilisant pour les enfants, qui risquent de faire des complexes freudiens avec des noms grecs bizarres. Non sincèrement, c'est important. Pensez à eux. Vous me dites que votre fille Antigone vous semble mal dans sa peau, mais probablement que ça la travaille insconsciemment tout ça. Je suis inquiet pour elle. Réagissez, avant que ça ne devienne une tragédie.


Voilà Mr Oedipe, en espèrant avoir pu vous répondre. Moi si je vous dis tout ça, vous savez, c'est pour votre bien, et parce que ça crève les yeux. N'en faites pas un complexe. Chaque problème a sa solution. Vous avez bien fait de m'écrire.

Et pour vous tous, je vous souhaite un bon début de semaine.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Oedipe dans la mythologie

Le complexe d'Oedipe