Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2012

Demandes de stages

Vous êtes étudiant en psychologie et vous avez besoin d’un stage (obligatoire dans le cadre des études de psycho, hein je le précise pour nos amis non-psychologues).
Le B.A-BA de la recherche de stage voudrait que vous ayez un CV lu et relu pour être adapté à votre demande et une lettre de motivation béton.
Mais force est d’admettre, amis étudiants (enfin étudiantes dans 99 % des cas, plutôt), que vous vous y prenez mal.
De l’autre côté de la barrière, je vous le dis, il faut être sacrément motivé et bienveillant pour vous répondre quelques fois.

Il faut préciser que les places de stages sont rares. Aussi nous sommes, psychologues, souvent submergés par les demandes. N’imaginez pas, chers étudiants, que nous nous languissons dans notre bureau de l’arrivée de LA lettre de demande de stage annuelle, que nous ouvrirons fébrilement en murmurant « enfin, enfin, enfin, un stagiaire ».
Non, il y a du monde sur les rangs !

Je passe sur les classiques lettres de motivations photocopiées et où tous les organismes de la région ont reçu la même… Désolé, je classe directement.
C’est pas gentil ?
C'est-à-dire que, pour avoir reçu des dizaines d’étudiants en stage, certains présentent une motivation proche de celle de Marine Le Pen pour un repas de ramadan. Autant vous dire qu’on frôle le zéro absolu.
J’en ai passé des stages à essayer de « motiver » des stagiaires amorphes, au regard bovin. Ca parait méchant. Mais je ne suis pas réputé pour ma méchanceté, bien au contraire. Je rame pour mettre les étudiants à l’aise, j’explique longuement avant un entretien ce qu’on va faire, j’explique longuement après un entretien ce qu’on a vu. Alors si au bout de trois mois de stage, on est tout juste capable de rester sur sa chaise, de faire la plante verte et d’apporter de la déco à mon bureau, non merci. J’ai autre chose à faire !

Donc tout ça pour dire, qu’après avoir été refroidi plusieurs fois, le psychologue cherche plutôt des étudiants motivés.
Alors la lettre de motivation photocopiée à des dizaines d’exemplaires… Ca ne m’apprend pas grand-chose sur ce que vous souhaitez faire dans CE lieu de stage et pour CE poste.

Je passe sur les motivations extrêmement motivées comme « Je dois faire un stage obligatoire dans le cadre de mes études. ». Oui, oui, je suis au courant. Je suis psychologue, hein. T’as vu, tu l’as même écris en haut de ton courrier. Donc me dire que ta seule motivation c’est que c’est « obligatoire »… Ca fait pas très glamour non plus, désolé.

Je passe sur les fautes d’orthographes à foison. Même en master, oui. Je suis peut être vieux jeu, mais l’accumulation de fautes dans un CV ou un courrier de motivation, c’est pareil, ça me rebute d’emblée.

Sinon moi je bosse en pédiatrie. PE-DIA-TRIE. D’ailleurs vous l’avez marqué aussi là, tout en haut du courrier : « Mr Spyko, service de Pédiatrie ».
Donc je suis au courant que j'accueille des enfants, hein. Ce serait même la spécificité du service que je n'en serai pas étonné.
Donc si vous me donnez comme SEULE motivation dans le courrier, « je m’adresse à vous car j’ai un intérêt marqué pour l’enfance », c’est un peu court.
Notez, c’est bien. Pédiatrie : l’enfance. On a tout bon là.Mais j’espère un peu pour vous que vous aimez les enfants, oui, sinon c’est un peu le mauvais service.
Donc oui, c’est bien de dire que ça vous intéresse, mais développez un chouia quoi.
Avec internet, toutes les infos sont facilement trouvables. Donc vous devriez un peu trouver ce qu’on fait dans ce service, quelles genre de pathologies on accueille, quelles sont nos missions. Et avec ça, étayer un peu votre demande.
Un peu plus précisément que, en résumé,  « c’est vachement bien les enfants, alors je postule pour un service où y’a des enfants, parce que les enfants, je les aime bien, alors je suis motivée par l’enfance ».

(oui oui, c’est facile de se moquer, je sais, je suis méchant)


Mais bon, si cela m’agace, c’est que moi, lorsque je faisais mes CV et lettres de motivations, moi aussi j’ai galéré pour trouver des stages.
Mais, alors même qu’à l’époque on ne trouvait pas les infos aussi facilement que maintenant, j’essayais toujours de m’intéresser au service dans lequel je postulais et réfléchir un peu à ce que je pourrais demander.
J’essayais de me mettre à la place du professionnel en me disant « il doit avoir pas mal de demandes, voyons comment je peux l’intéresser ».
Voilà. En fait c’est ça, je vous en veux de ne pas chercher à m’intéresser.  Pas me flatter attention, et me dire que mon service, il est trop à la pointe et trop vachement bien, et que vous seriez flattée de faire un stage avec un trop-bien-psychologue comme moi.
Ca, ça m’agace tout pareil, évitez aussi.
Non, mais juste éveiller ma curiosité, montrer votre intérêt et éveiller le mien.

Je vous en veux d’imaginer que c’est du tout-cuit, et que parce que vous, mademoiselle machin, vous avez passé 34 secondes à photocopier votre lettre de motivation, alors c’est gagné, je vais tomber amoureux de votre photocopie-pas-motivée-bourrée de fautes.

Intéressez moi un peu quoi ! Faites un tout petit effort !

Et pour finir, un conseil important.

Vous allez vous dire, il invente. Ben non, il invente pas.
S’il vous plait, messieurs et mesdemoiselles, lorsque vous mettez une adresse email, c’est une très  bonne idée. Mais par pitié, créez vous une adresse professionnelle.

Une belle, une sérieuse, genre « marcel.dupont@orange.fr ». Voilà, sobre, informative, nickel.

Mais s’il vous plait, me mettre en adresse mail, sur un C.V PRO-FE-SSIO-NNEL, l’adresse que vous utilisez avec les copines ou sur votre MSN, c’est pas très vendeur.
J’ai vu passer des trucs du genre : pupuce47@fournisseur.fr, audreypioupiou@fournisseur.com....
Ca fait moyen sérieux. Si, si, je vous assure.

J’ai l’impression d’être sur un Skyblog et qu’on va parler de la dernière chanson de Colonel Reyel.

Alors vous comprendrez, me faire penser à Colonel Reyel, ouais, ça m'énerve juste un peu. C'est pas gentil de votre part.

Commentaires

"une motivation proche de celle de Marine Le Pen pour un repas de ramadan"
Mouhahahahahahahaha!

J'adore ton article, très drôle et en même temps hélas très vrai!

Quand je bossais à l'IUT je recevais les lettres de motivation pour rentrer dans telle ou telle licence pro...j'ai jamais compris qu'on puisse faire des fautes, enfin les faire pourquoi pas, mais ne pas demander de l'aide pour les corriger et envoyer ça comme ça.

Tu as bien raison d'être exigeant (enfin d'ailleurs c pas exigeant tu demandes quelque chose de normal et logique), leur futur métier sera exigeant, il s'agit pas de s'en foutre.

Écrit par : Opale | 06/02/2012

Haha ça me rappelle les conseils prodigués par mes profs en droit... Enfin, je suppose que pour tout ce qui touche aux contacts avec le monde professionnel, les conseils doivent se recouper pas mal. En tout cas, des conseils pleins de bon sens (même si le chanteur de skyblog serait plutôt Colonel Reyel, Ryan c'est le film de Spielberg :D ), qui valent sûrement pour tous, pas que pour les apprentis psychologues :)

Écrit par : Mottate | 06/02/2012

Cet article s'adresse en fait à TOUS les étudiants qui recherchent des stages ! Je suis passée par cette case aussi, et j'ai bien sûr essayé de m'intéresser aux entreprises visées.
Et je ne comprends pas qu'aujourd'hui les jeunes ne se créent pas une adresse "pro" comme tu dis, ça fait vraiment trop branque de mettre "emelyiine.chouupeette@skybloug.com.fr.nord" !

Écrit par : PurpleNessa | 06/02/2012

Hahaha !
J'ai les mêmes en Master de sciences de l'éducation : des futurs profs qui exigeront de leurs élèves de faire attention à l'orthographe, quoi ! Merde ! Et qui en laissent des flopées dans leurs mémoires et autres écrits...
Pffff...
Allez, la vie est belle !
:o)

Écrit par : Mistinguette | 06/02/2012

Génial !

Je crois que quelque uns des étudiants qui ont postulé chez vous ont postulé chez moi (stage de communication, rien à voir, oui, je sais, je ne vois pas où est le problème :) après avoir reçu un non-lieu de votre part... mouahahaha !

J'ai eu droit à :
- je lis des magaSines, par exemple...
- Ah oui ? Moi aussi ! J'achète Femme Actuelle, c'est pour ça que je bosse dans la com'

et autres :
- J'ai eu un cours de marketing cette année, donc je peux revoir votre projet et mettre en avant ses défauts
- ah, oui, merci, trop cool, mec !

Ils sont mignons, quand même, ils nous font rire... le problème c'est de leur dire très gentiment :)
(leur transférer votre article sinon ! :)

Écrit par : lune | 06/02/2012

@Opale60 : en fait je n'ai même pas l'impression d'être exigeant parce que je ne suis pas pointilleux à l'extrême. J'aimerais juste qu'ils soient professionnels, autant que faire se peut, même avec l'excuse de l'âge ou de l'inexpérience.

@Mottate : Hi, hi, hi c'est là qu'on voit que je suis très très très peu fan des Skyblog et des chansons du Colonel en question, puisque je ne savais même pas l'orthographier.

@PurpleNessa : J'aurai du les noter toutes les adresses mails "à la noix" et faire un florilèges...Dommage. Certaines étaient vraiment improbables.

@Mistinguette : Oui les fautes... J'en fais aussi, remarquez. Mais il y a les fautes d'inattention, qui peuvent passer. Et les "grosses" fautes, celles qui montrent que vous n'avez rien compris à la structure de la phrase. Là ça pardonne moins.

@Lune : Je lis des magazines, c'est vraiment fondamental dans un CV... Certains ont quand même pas beaucoup de recul sur ce qu'ils écrivent...!

Écrit par : spyko | 06/02/2012

Moi aussi, j'en fais ! Je me relis, mais parfois, la fatigue aidant, ou l'inattention... mais bon : il y a des documents qu'on relit, qu'on fait relire, par deux personnes s'il le faut, parce qu'on sait qu'ils vont compter dans sa vie professionnelle !
Et pour les adresses-mail cocasses, j'en ai eu mon lot moi aussi : bonne idée, notons-les, et quand on en aura une petite collection, faisons-en un sujet d'article !
:o)

Écrit par : Mistinguette | 06/02/2012

hihihi énorme, et tellement vrai! Quand je me cassais la tête à essayer de faire de jolies phrases, bien développées mais pas trop, qui expliquent ce que je voudrais mais pas en racontant ma vie... dieu que c'était long mais au moins ça a marché! Quand je vois mon petit frère qui photocopie sa lettre de motivation de 6 lignes intro-développement-conclusion, je me dis que la génération SMS a loupé une étape...

Écrit par : Minimoiz | 06/02/2012

Oui, non c pas exigeant, c pour ça qu'au final j'ai corrigé dans ma parenthèse ;-), c juste la base normale ce que tu demandes, pour un taf qui lui, et c bien normal sera exigeant.

Écrit par : Opale | 06/02/2012

Ouuuuuh mais c'est qu'il est remonté le Spyko ! Ça t'arrive souvent ces sautes d'humeur ? Sinon faudrait peut-être que "tu voies quelqu'un" ! ;-)

Plus sérieusement, même si je ne suis pour le moment pas en position de recevoir des CV et lettres de motivation, je partage complètement ton avis. Et pour mes jobs d'été (dans l'animation), je me suis toujours creusé la tête pour écrire des trucs qui disent "putain mais prenez moi quoi !". D'ailleurs ça a toujours payé...

Écrit par : DocteurSeuss | 06/02/2012

En tant qu'étudiante qui devra aussi faire des stages, j'aimerai donner mon avis. En ce moment c'est plutôt un job d'été que je recherche mais le principe est le même.
Personnellement, je sais que l'exercice de rédaction de lettre de motivation n'est pas du tout mon fort et ce alors même que je pense que rares sont les gens plus motivés que moi dans la même formation.
Là où je suis tout à fait d'accord c'est pour le coup de l'adresse email où le format nom.prénom fournisseur est de mise (ça parait tellement évident!).
Concernant les fautes d'orthographes, j'en fais comme tout le monde, j'ai beau relire mes lettres plusieurs fois, les faire lire à mon entourage, je ne suis jamais sûre qu'il ne reste aucune faute (eh oui tout le monde n'a pas un académicien ou un prof de français dans son entourage).
Ensuite pour ce qui est d'adapter la lettre à son destinataire, c'est bien beau et bien sûr c'est l'idéal, mais ça demande énormément de temps, surtout quand comme moi on envoie les lettres par dizaines et que la rédaction d'une lettre + CV prends plusieurs heures (voire jours); temps dont tout le monde ne dispose pas!
Votre conseil d’intéresser son destinataire est certes pertinent mais comment faire quand on n'a pas un parcours hors du commun, quand on n'a rien de spécial qui nous ferait sortir du lot? rien de plus qu'une sincère et forte envie d'obtenir ce poste/stage?
Sachant que je suis assez nulle en rédaction de lettre, j'essaie de prouver ma motivation par d'autres moyens: lorsque je peux en me déplaçant ou en insistant. D'ailleurs, j'aimerai beaucoup connaitre votre réaction vis à vis d'une relance, par courrier ou par téléphone, disons dans le cas où la lettre est passée à la corbeille?

Écrit par : Sasa | 06/02/2012

Bonjour Spyko,

Je n'aurais pas mieux dit moi-même. La majorité des lettres de demande de stage d'étudiants en psycho que je reçois est désespérante! Je trouve ça pathétique, notamment quand je me dis que ces candidat(e)s aspirent à faire le même travail que nous en se montrant aussi incapables de mettre en avant la moindre curiosité intellectuelle ou la moindre capacité à se prendre en main.

Pour Sasa...

Pourquoi ferions nous des efforts pour qui n'en fait pas, alors que nous recevons par ailleurs bien d'autres candidatures bien mieux tournées et auxquelles nous savons que nous ne pourrons pas toute répondre positivement, ne pouvant prendre souvent qu'un stagiaire par an?

L'argument qu'un/une étudiant(e) ne dispose pas forcément de temps pour soigner son CV et ses lettres de candidature... ça me dérange un peu parce que ça fait partie du travail d'étudiant au même titre que le fait d'aller en cours, de faire ses lectures et recherches personnelles ou de rédiger ses devoirs, notes cliniques ou mémoires. Mener à bien des études nécessite de prendre le temps de l'effort.

Pour ma part... Je n'ai pas non plus le temps de recevoir en entretien tous les candidats à un stage... Et si je fais l'effort de prendre du temps pour contribuer former un(e) futur(e) psychologue sans que cela ne me rapporte rien d'autre que de satisfaire à une obligation éthique... Et bien le minimum que je puisse attendre de lui/elle... C'est qu'il prenne le temps de soigner sa demande de stage pour la mettre en valeur. Quand on pense aux temps que nous consacrons gratuitement aux stagiaires, la moindre des choses serait d'éviter de nous dire qu'ils n'ont pas de temps pour soigner leurs lettres de motivations.

Pour ma part... Elles vont à la poubelle... Et je me trouve encore bien gentil de prendre le temps d'envoyer un courrier personnalisé à chaque fois pour expliquer les raisons de mon refus (je n'ai pas de secrétaire pour ça)... J'ai l'impression que j'y passe manifestement souvent plus de temps que les étudiants n'en ont passé eux mêmes à me recopier leurs lettres... Alors... Je commence à me demander si ça vaut vraiment le coup...

Écrit par : Jack | 06/02/2012

C'est bien pour ça que j'ai toujours cherché (et trouvé) mes stages par téléphone ou en me déplaçant :)
Pour le poste de mes rêve je crois que je ferai pareil...

Écrit par : Lili | 06/02/2012

Bonjour,

Pour apporter sur le débat un oeil totalement étranger au monde de la psycho, je constate le même problème, exactement, dans le domaine des sciences de l'information. Chargé de mission sur un mélange "archivage électronique" et "organisation et méthodes" dans un grand établissement culturel parisien, je retrouve chez mes 30 demandes "motivées" par an les mêmes travers. Y aurait-il un cursus commun psycho-"records management" ?

Du mail envoyé par Petit_Poisson_Rouge@hotmail.com à celui envoyé par Philippe.Dupont@free.fr -mais en fait pas par Philippe, mais par son frère Georges qui a emprunté son mail pour faire plus sérieux, j'en éjecte la moitié sans lire les CVs.

Le tri d'une autre moitié est vite fait par l'accumulation des fautes lourdes de syntaxe -rédhibitoire pour suivre des dossiers mis à MA signature. Ou mieux, ce que vous ne citez pas, par la longueur étourdissante des exploits accomplis à l'école primaire... alors que comme vous sans doute, je ne m'intéresse qu'aux études supérieures, et engage des spécialistes en Master 2, soit Bac+5, qui font chez moi leur dernier stage long de professionnalisation en même temps qu'ils recherchent un emploi. Certaines lettres laissent perplexes sur l'employabilité de leur auteur ou sur la remise à niveau à accomplir durant les 4 mois qui le séparent du marché du travail.

J'en repêche un ou deux par faiblesse d'âme envers les étudiantes défavorisées des banlieues, qui "tentent de s'en sortir" par les études, ou du moins je le crois. Mais même en repassant ces CVs à tous mes collègues, aucune garantie de résultats car ces demandes arrivent de plus en plus tard chaque année, jusqu'à fin avril, alors que tous les autres stages ont commencé depuis mars et que plus personne n'a de budget rémunération disponible, ou plus une place assise... "Surévaluer" volontairement un CV de Clichy-sous-Bois en novembre passe encore, quitte au pire à être déçu en juin mais fier quand même d''avoir tenté l'expérience. Mais fin avril ??? Cela fait 4 mois que je ne réponds plus que par un courriel standard "Merci de vous intéresser à mon établissement, mais..."

Passons sur les CVs reçus par voie postale et adressés à "Madame ou Monsieur", alors que l'adresse est correcte et n'a pu être trouvée que sur l'offre de stage, ou le site internet, où se trouve l'organigramme, mon nom, ou encore par une recherche Google standard qui ressort... mes coordonnées. Poubelle, d'autant que les offres de stages que je diffuse chaque année recommandent bien d'envoyer CV et lettre de motivation (1p., en PDF) sur ma messagerie électronique. A part écrire moi-même les demandes, je ne sais guère faire plus précis.

Classement vertical encore, ces mails pusillanimes dont l'auteur demande avec anxiété s'il est envisageable, sans foudre de ma part, qu'il m'envoie ultérieurement une demande de stage, si je lui réponds que cela ne me dérange pas. Un anxieux comme cela, non merci... Et puis, de l'audace, on est candidat ou on ne l'est pas !

Certains sont audacieux, mais pas candidats à un stage, ils veulent mon poste : "Je saurai vous apporter ma grande compétence, mon expérience et mon immense capacité d'analyse pour remettre à niveau les procédures de votre services". Ils mériteraient certainement mon fauteuil, mais en attendant d'acquérir éventuellement leur immense et humble sagesse, j'ai le petit pouvoir de les placer en dessous de la pile. J'en abuse et sans remords, ils trouveront certainement un piédestal à la hauteur de leur talent.

Dans les 5 restants qui envoient leur demande normalement, chaque année, deux ou trois se distinguent quand même par une présentation soignée, une lettre un peu générique mais plus ou moins adaptée -au moins à mon nom-, donnant les INDISPENSABLES précisions : "je demande un stage de X semaines, qui peut avoir lieu selon mon université du tant au tant". Si ces précisions sont données dans le premier paragraphe, le reste est généralement de bon aloi. Peut alors suivre ma "procédure de sélection" : un coup de fil, et si le contact n'est pas mauvais et que le projet proposé convient à l'étudiant(e), démarrage de la procédure administrative. Un vrai parcours du combattant donc.

Bizarrement, les étudiants qui passent les "épreuves" de sélection sont souvent aussi ceux qui deviennent d'agréables collègues une fois en poste -tiens donc, eux/elles trouvent facilement du travail-, ou réussissent les concours qu'ils/elles tentent. N'y aurait-il pas, dès le CV, un lien entre travail et réussite ?

La suite peut-être début mars, avec l'arrivée de la stagiaire engagée suite à la lettre de motivation la plus pertinente et précise que j'aie jamais reçue, meilleure sans doute que ce que j'aurai su faire avec 10 ans d'expérience.

Je m'aperçois que cet épanchement a été infiniment plus long que prévu. Peut-être un défoulement psychologique lié au thème de ce blog, une grande frustration envers ces stagiaires à qui on ressemblait quand même un peu il y a quelque temps, et avec qui on n'a vraiment, mais vraiment plus grand chose à voir. Merci du sujet en tout cas !

Écrit par : Leos Janacek l'archiviste | 06/02/2012

hihihi ça me fait rire, j'aime bien, ma journée va être bonne

Écrit par : Swiss Life Mutuelle | 07/02/2012

@Minimoiz : est que la génération SMS est moins littéraire que les précédentes ? Je ne sais pas ?... Difficile à dire.

@DocteurSeuss : merci de ton passage ! Remonté, un peu, mais pas tant que ça. Disons que j'ai un peu forcé le trait "outré" dans le billet pour provoquer l'humour... ;)

@Sasa : c'est effectivement beaucoup de temps et de travail si on veut rédiger une bonne lettre de motivation. Je le conçois mais c'est incontournable. L'entreprise, quelqu'elle soit, reçoit des CV par dizaines, il faut que le votre interpelle et ressorte du lot.
Si ce n'est pas par le CV (vous dites que vous avez un parcours très standard), alors il faut une lettre de motivation costaud : avoir pris des renseignements sur la société, sur le poste, et montrer ce qu'on peut apporter pour CE poste et CETTE entreprise.
Je sais que ce n'est pas évident, mais malheureusement, vu le peu de temps dont je dispose, la sélection première se fait à la lecture des CV et lettres : une mauvaise impression initiale, et hop, je passe au suivant.

@Jack : merci de ton passage, surtout que tu es l'instigateur de ce billet, n'est-il pas.
Est ce que ça vaut le coup de recevoir des stagiaires ? Je dirais, même si comme toi, je ressens parfois une grande lassitude...
Se trainer des mois une stagiaire non motivée, et apathique, c'est lourd.
Se taper des entretiens pour recruter une stagiaire avec des gens qui n'ont rien préparé, c'est méga lourd.
Genre à la question complètement inattendue hein, mais complètement, du "Pourquoi avoir choisi notre structure ? ", l'étudiant qui ne sait pas quoi répondre. M'enfin, quoi... Si on prépare, même 10 mn, l'entretien, on a quand même réflechi au pourquoi !!! Non ?

Bref, oui des fois c'est épuisant, chronophage, et parfois inutile.
Mais il arrive, régulièrement, qu'on tombe sur LA perle, l'étudiante sympa, autonome, qui a bossé ses cours, qui a réflechi sur son positionnement de psychologue lors des consultations, qui a un peu bossé sur elle même...
Et là, et bien je m'éclate. Parce que les échanges sont riches, constructifs, moi même ça me fait rebosser les reflexions théoriques, ça me donne d'autres pistes en fin de consult.
Alors, pour ces étudiantes là, oui je continue

@Lili : se déplacer, c'est pas mal aussi. A condition d'avoir déjà envoyé courrier avant. Sinon ça fait un peu forcing et ça peut être mal interprété.

@Leos Janacek : Merci de votre témoignage. Je vois qu'on croise les mêmes phénomènes un peu partout, ca semble universel.
Je rebondis sur ce que vous dites des étudiants qui cherchent un stage très tard dans l'année et qui se permettent de me "presser de répondre" car EUX, ils sont à la bourre. Ca ça m'agace prodigieusement ! Commencer à chercher un stage en cours d'année, et presser le professionnel, ça donne pas la meilleure image.
Moi en bon stressé, quand j'étais étudiants, je cherchais mes stages avant même d'avoir commencé l'année universitaire, tellement je craignais de ne pas en avoir trouvé un à temps. Et ça a toujours payé.
Alors oui, les CV en avril, ça fait moyennement sérieux...

Écrit par : spyko | 08/02/2012

Votre billet me fait replonger dans des souvenirs très frais! La difficile et périlleuse recherche de stage en M1 surtout, parce que pour le M2 c'est déjà un peu plus facile...
Je me souviens de m'y être pris dès la licence, un an de recherches intensives pour trouver le stage, très bon stage d'ailleurs! Alors oui, je pense que tout comme les étudiantes que vous décrivez, mes 1ères candidatures étaient banales, types, et ne devaient pas susciter grand intérêt (bon j'avais quand même la présence d'esprit de mettre mon adresse professionnelle). Puis petit à petit, au fur à mesure, se poser les bonnes questions pour progresser, pourquoi je veux postuler là (en dehors du il me faut un stage), question bien difficile quand on n'a aucune expérience du terrain...Alors on se pose d'abord la question du "pourquoi là, je veux surtout pas faire un stage"...Puis aussi les choses qui ne facilitent absolument pas le 1er contact: "allo? Oui bonjour, je me présente, mlle..., je souhaiterais parler au psychologue de votre service...ah non c'est pas possible il est occupé...Pouvez vous m'indiquer son nom?...C'est pourquoi? Je suis à la recherche d'un stage et je ...Non désolé, il faut envoyer un courrier au service des ressources humaines...Oui mais est-il possible de me donner le nom du psychologue?...Non écrivez au DRH...(où là bien sûr on ne me donnait pas son nom non plus...)
Dans tous les cas, cet exercice est un bon entraînement pour préparer à la recherche d'emploi...

Écrit par : maya | 08/02/2012

@jack: c'est vrai l'argument du temps n'est peut être pas le meilleur, d'autant que ça varie beaucoup d'une personne à l'autre. Par exemple moi j'ai 41 heures de cours par semaines (sans compter évidement tout le travail des cours à faire chez soi) plus un engagement associatif qui me prends entre 3 et 8 heures par semaines, eh bien je trouve qu'il ne me reste pas énormément de budget temps à consacrer à écrire des lettres de motivations. Du coup c'est vrai, je n'adapte pas spécialement à l'entreprise, pour "gagner du temps", mais ce n'est pas la seule raison: je trouve que ce n'est pas toujours évident de trouver comment adapter. Un exemple simple, admettons qu'on veuille travailler dans une boulangerie (au hasard), qu'est ce que telle boulangerie a de mieux, ou de spécial par rapport à la boulangerie située trois rue plus loin? Les boulangeries n'ont pas de site internet détaillant leur particularité...

En fait, ce qui me gêne le plus c'est que la qualité de la prose n'est pas (je pense en général, je suis sûre dans mon cas) en corrélation avec le niveau de motivation. Et par conséquent, les recruteurs jugent un critère A alors qu'au fond ils sont intéressés par un critère B, sans lien avec A! Bon vous allez me dire, et vous aurez raison, que c'est le seul critère dont ils disposent, mais c'est bien dommage.
Un autre point: je pense que l'art d'écrire des lettres et de concevoir un CV devrait être enseigné à l'école, pour au moins donner un point de départ commun à tout le monde et "relever le niveau". J'aimerai faire mieux mais qui peut m'apprendre?

Écrit par : Sasa | 09/02/2012

Avant toute chose je me présente: étudiante en M1 de psychologie. Dans cet article je me suis reconnue dans tous les conseils donnés. S'y prendre à l'avance et non pas à la dernière minute, créer une adresse mail professionnelle, veiller à l'orthographe ou encore personnaliser les lettres de motivation. Et pourtant ..
Pour cette année un stage m'a été accordé et croyez moi j'ai du me battre pour l'obtenir (nous étions une dizaine à le vouloir), j'en suis plus qu'heureuse. Mais voila pour l'année prochaine (pour le moment) je fais chou blanc. Certes quelques professionnels m'ont contactée pour me remercier du contenu de ma lettre ( ce qui fait toujours plaisir) mais les réponses négatives continuent d'arriver. Alors je m'inquiète mais sans baisser les bras !
Si d'autres conseils vous viennent à l'esprit je suis preneuse !!
Bonne soirée à vous.

Écrit par : Aurore | 09/02/2012

Oui je comprends votre agacement.. Mais de l'autre côté on est tout aussi agacé en tant que stagiaire ! L'an dernier j'ai fait pas moins de 60 lettres de motivation pour ma troisième année de psycho, on va dire que près de la moitié était personnalisée puisque je postulais pour des services dans lesquels je voulais vraiment travailler. L'autre moitié c'était plus ou moins du copier coller avec des variantes, mais c'était fait de façon à ce que ce ne soit pas trop visible !
Quand sur tout ça vous ne recevez QUE des réponses négatives (quand on a des réponses), parce que soit on vous dit qu'on ne prend que des masters 2 (parce qu'ils sont plus expérimentés, bah oui forcément!), soit le psy ne prend jamais de stagiaire parce que c'est TROP contraignant, soit tous les stages sont déjà pourvu (j'ai appris pour deux services que les stagiaires ont été engagé par piston.. Oui on n'a qu'à avoir un réseau aussi hein !), soit tout simplement on vous dit : vous n'avez pas assez d'expériences (excusez-moi d'avoir 22 ans.. Je n'ai pu avoir que deux-trois boulots en lien avec la psycho : quelques mois en IME, un an en maison d'enfants.. Et si en troisième année on galère pour trouver un stage, les années d'avant ce n'est même pas la peine d'essayer!).
Alors je comprends votre agacement, et je le suis aussi quand je vois certains de mes "collègues" étudiants qui ne foutent rien (mais qui passe avec tout juste la moyenne), n'ont pas à enchaîner deux jobs pour vivre en plus de la fac, mais qui arrivent à trouver un stage grâce à papa ou maman ! Je le suis aussi par ces psychologues qui ne prennent pas la peine de lire vos motivations, d'étudier votre CV et qui par principe vous disent NON ! Donc je comprends aussi certains étudiants qui peuvent être dans mon cas, et qui à force, ne font que des photocopies..
Heureusement pour moi, j'ai pu trouver deux stages cette année (oui oui en plus de mes deux boulots).. Je pense aux étudiants qui n'ont toujours pas trouver de stages ! Et moi, là je repars en galère pour l'an prochain !

Écrit par : Isabelle | 09/02/2012

Dans le cadre de mon travail j'accompagne des jeunes dans l'insertion professionnelle et plus particulièrement vers l'emploi...et parfois j'avoue rigole en écoutant les messageries téléphoniques ou en lisant les adresses élécetroniques.
Les meilleures que j'ai pu voir pour le moment sont certainement :
nanalafofolle@....
maxtuning@....
et au niveau des messageries dans le top 10:
- mettre en guise de messagerie 3 min de rap agressif
- dire "allo, allo...et bien non je ne suis pas là..."
- dire bisous à la fin du message
- dire une blague s/ les blondes
- dire "vous êtes sur le répondeur de la femme la plus sexy du monde...", cette fois là, j'avoue j'ai pensé avoir fait un erreur dans le n° avoir contacté un téléphone rose !

A croire que certains se ferment volontairement à toute possibilité de réponse favorable à leur demande...

Écrit par : filomena | 10/02/2012

J'avoue, je ne peux être que d'accord avec Isabelle et Sasa. D'autant plus qu'un étudiant, par définition, il n'est pas professionnel, alors il fait des fautes, il n'a pas d'expérience, il n'a pas le "feeling" qu'un pro à. Tout le monde est passé par là. Bien sur, c'est facile de voir les défauts des petits jeunes quand on à des kilomètres au compteur et c'est facile de tirer sur les ambulances. Ce n'est absolument pas faute de faire du mieux qu'on peut pour la majorité d'entre nous, j'en suis persuadée! Comme partout il y a des catastrophes, et moi aussi je pourrais en raconter des kilomètres, rien que sur la pratique professionnelle de personnes qui m'ont encadrée [c'était pas des psys, mais des IDE].

Y'a des moments ou on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a.

En me relisant, j'ai l'air un peu agressive, mais ça n'est absolument pas le cas.

Écrit par : Marie | 13/02/2012

Je me relance aujourd'hui dans la recherche de stage, et pour cet été et pour l'année prochaine mais je cherche malgré tout une formation, un concours pour pouvoir le cas échéant me réorienter.. Je ne me fais pas d'illusions, je garde malgré tout l'espoir de recevoir une réponse positive (on ne sait jamais ^^).
Soit dit en passant, La Poste et France Télécom devraient m'offrir un poste pour l'argent dépensé dans ces recherches de stage. Trêve de plaisanterie, bon courage à tous les étudiants de psycho qu'elle que soit les années. Il y a toujours des solutions: moi je compte (si mon année est validée et si je suis refusée en Master 2) conserver le statut étudiant (il faut encore que je trouve comment) et demander un stage loin d'ici (changer d'air ne me fera pas de mal).
Bon courage !

Écrit par : Aurore | 14/02/2012

Merci à Spyko pour ce doux billet :o)
Le monde est parfois injuste! j'ai jamais envoyé 150 lettres de motiv' que ce soit pour un stage ou mon job actuel de psychologue... j'ai probablement bénéficié de chance et juste assez d'audace pour que les choses se mettent en place naturellement ou alors j'ai juste assez bien ciblé ces demandes, je ne sais pas !?! Je ne crois pas que la quantité aide forcément, je pense aussi que les refus forment à la réalité de la recherche d'emploi et nous font avancer !! Cela dit j'ai accepté d'autres boulots (animation, service, ménage...)et pris du temps dans mes études (j'ai été forcée de prendre du temps!) pour accéder enfin au poste de mes rêves ;o) Tout ça pour dire n'y a pas une recette pour que ça marche et que le professionnel en place a bien raison de gérer les choses comme il l'entend parce que ça semble refléter la complexité de l'Autre... et donc quelque part la rencontre avec l'Autre...
ps: contente de voir un commentaire de Jack

Écrit par : Ma | 14/02/2012

Merci pour ce billet que j'ai eu l'occasion de partager et de commenter avec ma fille qui venait d'entamer sa recherche de stage dans le domaine de l'éducation! Votre humour et vos conseils lui ont largement profité puisqu'elle a obtenu exactement le poste qu'elle espérait :-)

Écrit par : Vany | 14/02/2012

Bonjour

J'espère ne pas trop déranger en me permettant de poser cette question, mais...
lettre de motivation manuscrite ou informatique ?

Bonne journée/soirée/nuit/ce que vous voulez :)

Écrit par : Papricka | 15/02/2012

Mon bien cher Spycho, (je débute mon CV)

qu'est ce que j'ai ri, mais pas genre sourire, non le vrai, le célèbre "krkrkrkrkr". Je partage pleinement ton avis bien évidement, mais (car oui y'a toujours un mais) je me dis que ça marche d'habitude pour la majorité, alors pourquoi changer? la flatterie mène au sommet là où l’honnêteté en soit mène bien moins loin.

La flatterie de "oh vous êtes trop génial que votre lieu de stage est trop génial et que vous devez faire le meilleur des boulot, grâce à vous...blah blah" je suis sur que ça marche dans 70% des cas hélas.

En ce moment on a justement une étudiante psychologue, c'est très marrant, cette connaissance d'un cadre théorique mais absolument pas appliqué...à la vie toute simple, et qui s'étonne de choses "basique".

Par contre les adresses petiteminette@fourniseur.com et autres m'ont vraiment fait mourir de rire #TellementVrai

Un plaisir de te lire
Twitamitiés

Écrit par : Ragou37 | 16/02/2012

Bof, oui c'est fréquent, et alors ?

Certes vos remarques sont pertinentes, mais empreintes d'un certain mépris : on oublie que le copier-coller des lettres fait écho a des démarches qui peuvent intéresser parfois plus d'une centaine de destinataires.

C'est surtout un marqueur d'une formation incomplète, en premier lieu sur la demande d'emploi, un truc que les étudiants en droit savent mieux apparemment.

En second lieu c'est aussi un facteur de discrimination sociale, avec ceci que ça permet au recruteur de rejeter l'élève avec plein de bons sentiments (ah ma bonne dame si vous saviez comme ils sont idiots!!). Relisez Bourdieu, et plus particulièrement La Reproduction, éléments pour une théorie de l'enseignement (si vous voulez la fiche Wiki de M. Bourdieu est très instructive au sujet de l'échec scolaire).

Vous avez raison de vous insurger, mais pensez aux futurs excellents psychologues a qui on a simplement pas appris à écrire une lettre de motivation et dont la candidature est passée à la corbeille. Et a la place, vous avez en stage l'étudiant bovin qui sait écrire une lettre, certes, mais qui est incapable de faire le minimum. Comprenez simplement que l'exercice de la lettre de motivation, n'est pas le test le plus efficace pour discriminer les étudiants. Le plus pratique, et -à la longue- éreintant pour le recruteur surtout...


Juste pour prolonger la réflexion et sortir de la dénégation trop évidente.

Sinon vous travaillez en pédiatrie, j'ai une question pour vous : devrait-on trouver un psychologue dans tous les services de pédiatrie?? Est-ce le cas? La loi le demande ?

Merci et bonne soirée !

P.S. : ouhla j'ai été un peu fort en me relisant, m'en veuillez pas :)

Écrit par : Yop | 19/02/2012

@maya : effectivement il y a un côté trés démoralisant à la recherche de stage, j'en suis bien conscient... Mais comme vous dites, le monde de l'emploi sera pareil, sinon pire. Ce n'est qu'une préparation à ça !

@sasa : tout à fait d'accord avec vous qu'on devrait à la fac donner qq cours sur comment rediger un cv, une lettre de motivation, chercher un emploi... Parce que au départ, c'est plongée totale dans l'inconnue et on perd un temps précieux.

@Aurore : continuez à vous accrocher ! Ce n'est pas simple, j'ai été étudiant aussi, je le sais. Mais la persévérance finit par payer.

@Isabelle : je comprends bien votre agacement, qui est bien justifié. Je donnais juste mon point de vue, de l'autre côté de la barrière. Quant au piston, oui il est bien réel c'est vrai.
Disons que si une collègue m'appelle en me recommandant un stagiaire qu'elle a déjà eu et en me disant qu'il est excellent...C'est vrai que je vais le prioriser... C'est clair, j'ai l'impression de minimiser les risques.

@filomena : Excellents ces mails ! Je n'ai pas eu l'honneur de tester les messages répondeurs délirants...Mais c'est vrai qu'en tant que professionnel, ça calme de suite pour un éventuel entretien...

@Marie : Bien évidemment que je vais tenir compte que les demandes viennent de jeunes étudiants encore sans expérience et je ne vais pas m'attendre à un avoir un CV et une lettre nickel dignes de quelqu'un qui bosse depuis 20 ans. C'est clair.
Mais des demandes d'&étudiants, j'en vois passer des dizaines et des dizaines, et clairement, il y en a qui sortent du lot par leur qualité. Et d'autres qui sont à jeter car l'étudiant n'a visiblement fait aucun effort dans sa demande.
Je ne fais que comparer les étudiants entre eux. Je ne compare pas aux professionnels en exercice.

@Vany : je ne sais pas si j'ai aidé votre fille. Si c'est le cas, alléluia !

@Paprika : lettre de motivation manuscrite ou imprimée ? Je sais que l'usage recommande la lettre manuscrite. Moi perso, je m'en fous.
Du moment que la lettre imprimée ne soit pas une "lettre type". Du moment qu'on sente ce que l'étudiant a comme projet, comme qualités, comme volonté. Du moment qu'il arrive un peu à expliquer ce qu'il souhaiterait faire sur ce lieu de stage. Moi ça me va. Je privilégie la qualité, le fond, plutôt que la forme.
Plutot mille fois une lettre imprimée réellement motivée, qu'une lettre manuscrite standard et bateau.

@Ragou : mon cher Ragou, enchanté de vous croiser sur ce lieu ;)
Quant à la flatterie, moi ça m'agace... Enfin, bien sur que l'étudiant doit montrer que le lieu de stage l'intéresse, c'est sur.
Mais en faire des caisses sur "un service à la pointe", ou le role probablement "passionnant" du psychologue y travaillant, bon mollo quoi.

@Yop : désolé si mon ton peut ressembler à du mépris, ce 'est pas le cas.
De l'agacement oui, du mépris non.
Qu'il y a ait un manque de formation des étudiants sur la façon de rédiger un cv, une lettre et comment s'y prendre, c'est évident.
Qu'ils ne fassent pas l'effort de se renseigner un minimum sur comment faire, à bac+4 ou bac+5, c'est un peu déprimant non ?
A ma lointaine époque où internet n'existait pas, je me suis tappé quelques manuels de correspondance, ai cherché quelques anciens CV d'étudiants pour trouver des modèles et savoir comment faire, car je n'en avais aucune idée.
A l'heure d'internet, les infos sont trouvables en deux minutes, alors que les étudiants ne me disent pas qu'ils ne savaient pas comment on fait un CV....

Ensuite, que la lettre et le CV soient culturellement et socialement marqués, c'est sur. Evident.
Ceci dit, on peut écrire une lettre de motivation avec style et recherche, et ne pas donner un pet de motivation tangible quant au stage.
On peut écrire un peu bancalement et se montrer motivé avec des projets et des envies.
Je ne m'arreterai surement pas au style dans ce cas.
Par contre, c'est vrai que pour moi l'accumulation de fautes d'orthographes, j'avoue que c'est un peu rédhibitoire car j'ai un peu peur de tomber sur l'étudiant kikoolol.

Le mieux serait de tous les rencontrer, et se faire une idée.
Mais comment rencontrer des dizaines et des dizaines d'étudiants, quand dans mon boulot, je n'ai aucune plage horaire dédiée à cela ? Ca me prendrait des jours et des jours, et mon administration le refuserait car je ne verrai pas de patients à ce moment là...
Donc je suis bien obligé d'opérer autrement.
CV, lettre de motiv. Bêtement comme tout le monde.
Des fois, quelques coups de fils aux maîtres de stages antérieur pour avoir une idée de comment s'est passé le stage.
Puis je convoque trois ou quatres étudiants et je choisis.

Pas le mieux certes. Mais le mieux que je puisse faire avec le peu de temps dont je dispose...!


Pour votre dernière question : Je ne pense pas qu'il y ai une législation obligeant à un psychologue dans chaque service de pédiatrie.
Je dirai même que cette volonté ira en s'amenuisant dans le futur.
1 - le psychologue ne "rappporte" rien à l'hopital, car ce sont des consultations non cotées sécurité sociale, donc non facturables. Et à l'heure de la rentabilité à tout prix, ce n'est pas intéressant pour l'hopital
2 - Roselyne Bachelot a fait supprimé en 2010 des missions de l'hopital la prise en compte de la "dimension psychologique" du patient (ce qui était mentionné avant pourtant). Ceci en dit long sur la volonté du ministère de ne pas favoriser les psys à l'hopital...

Écrit par : spyko | 20/02/2012

Malheureusement, ce type de candidature "déprimantes" pour celui qui les reçoit n'est pas propre à la psychologie ! Ayant travaillé dans le juridique, j'en ai reçu aussi des lettres de motivations pas motivées et des CV bourrés de fautes alors même que pourtant les étudiants en droit sont censés savoir rédiger un texte correctement...

Écrit par : Marie.cotcot | 20/02/2012

Merci d'avoir répondu.

C'est bien dommage de faire disparaitre les psychologue à l'hopital, on en a besoin...

Écrit par : Yop | 04/03/2012

Bonjour! (fan du blog, bien écrit toussa toussa)

Je ne suis pas du tout dans le même domaine, mais j'ai dû aussi en passer par là. Et j'aimerais parler un peu de la mo-ti-va-tion.
Parce que justement, quand on est en licence ou même en master, il y a encore de fortes chances pour qu'on ne sache pas exactement-précis-parfait CE qu'on va préférer, ou encore plus souvent, on aime TOUT.

Dans l'exemple, si j'aime faire de la psychologie avec les enfants, de manière générale, hé ben je vais le dire. Mais si je ne m'intéresse pas à la névrose schizoïde bisounoursienne en particulier, ben je ne vais pas dire que ça m'intéresse plus qu'autre chose, même si le service s'en occupe... Car le service d’à côté s'occupant de la bisounoursoïde névrosée shizophrénienne m'intéresse tout autant!
Ex personnel, j'ai voulu faire un stage dans la modélisation de réaction chimiques, j'aurais dû demander: "hé, ça me plairait bien, et si vous me donnez quelque chose à faire, n'importe quelle réaction, pourvu que je la modélise, je serai motivé pour le faire!". Mais je l'ai pas fait:)

Alors, d'un point de vue tout à fait personnel, ça m'ennuie qu'on demande à des étudiants de "mentir" sur leur mo-ti-va-tion, bien que je vous rejoigne tt à fait en ce qui concerne les lettres de motivation copié-collées...

Voilà, continuez comme ça:)

Écrit par : Hors Service | 05/03/2012

@Hors Service : loin de moi l'idée de dire qu'il faille mentir !
Je sais que, étudiant, on a envie de tout découvrir et on ne connait pas à fond les spécificités d'un service.
Mais zut, quoi, quand j'étais étudiant, j'essayais de préparer un minimum mes courriers en me renseignant un peu, sur les spécificités du service, et ce qu'il me plairait d'y faire.
Venir en pédiatrie parce qu'on "aime les enfants", c'est bien, mais un peu court non ?
J'avais postulé en pédiatrie avec un petit laius sur l'enfant hospitalisé, la solitude à l'hopital, pouvoir rompre l'isolement par le dialogue et le jeu, etc
Rien de bien original j'en conviens, mais je pense que ça a montré que je voulais vraiment y faire qqchose dans ce service et pas juste coller mes fesses sur une chaise pour obtenir un certificat au bout de qq mois...

Donc oui, je vous rejoins, on ne peut pas ultra détailler sa motivation en étant étudiant, mais on peut au moins y réfléchir un peu ?

Merci de votre passage

Écrit par : spyko | 05/03/2012

@Sasa : En effet comme vous le dites... L'argument du temps est loin d'être le meilleur. Il s'agit surtout de savoir quelles sont ses priorités et de les assumer de façon responsable. Si vous ne voulez pas prendre trop de temps pour faire une recherche de stage sérieuse... Et bien tant pis pour vous! Faudra pas vous plaindre après... Vous aurez été prévenue du fait que lorsque nous recevons 100 CV, nous n'avons pas 100 heures à consacrer pour donner la chance d'un entretien à chacun des candidats (ben ouais... vous avez plein de trucs à faire... figurez-vous que nous aussi! Et qu'en plus on n'est pas payés plus pour vous accueillir!)... Quelqu'un qui a passé du temps pour soigner sa candidature est nécessairement motivé... En revanche je ne suis que psy (et débordé) et pas voyant... Alors n'attendez pas de moi que je cherche à deviner le génie autoproclamé qui se cache derrière une lettre bâclée, et qui se pense néanmoins plus motivé que d'autres qui ont pris le temps.


Maintenant en effet, il n'y a pas d'atelier de CV à la fac... mais vous avez toute une littérature spécialisée et pas forcément très chère sur le CV et les règles de l'art de la lettre de motivation. Les principes sont universels... Mais... Hummm... Il faut prendre le temps de les lire...

@Yop : Je dois vous paraître méprisant en appelant au sens des responsabilités... Et en rappelant la triste réalité de ce monde : les stages ne tombent pas tout cuits en claquant des doigts... Et oui, je fais partie de ceux qui aussi pensent que lorsque l'on entend être psychologue... La moindre des choses serait de savoir s'exprimer correctement. C'est une nécessité absolue pour faire ce métier que d'être capable de tenir un discours nuancé et de rendre compte d'un raisonnement complexe de façon transmissible (quand vous intervenez en équipe, quand vous êtes chargés de contribuer au montage d'un projet, quand vous faites un compte rendu, quand vous rencontrez des parents à qui vous devez expliquer les troubles de leur enfant etc...). Il y a des réalités et des nécessités dans ce métier... Savoir s'exprimer correctement n'est pas superflu! Et le niveau du langage écrit est toujours un EXCELLENT indicateur de la fluidité verbale et de la capacité à raisonner. Désolé. Là encore... Navré si nous ne sommes pas voyants et donc incapables de déceler les génies qui se cachent derrière une syntaxe carencée.

Pour finir... Si vous voulez donner dans le registre sociologique... Je me permettrai de vous rappeler que la fac est loin de valoir certaines écoles entre 5000 et 10 000 euros l'année... Avec des concours d'entrée en culture générale assez corsés... Qui pour le coup sont très discriminants sur le plan social. Les études de psycho sont loin d'êtres aussi sélectives sur le niveau social.

Mais oui... c'est vrai... Il faut savoir écrire... ça aide d'ailleurs pour avoir une mention à son mémoire de M1 et pour être admis en M2... Il ne s'agit pas là de savoir qui est le plus friqué... Mais qui aura des chances de savoir faire ce métier à peu prés correctement... dans l'intérêt des consultants.

@tous : pour finir... oui ce boulot c'est une grosse responsabilité. Un peu normal donc de devoir faire des efforts pour pouvoir prouver qu'on est apte à l'exercer. Je n'ai jamais vu personne réussir des études et trouver du boulot en attendant que ça se fasse tout seul et en y consacrant pas le temps nécessaire... A moins d'avoir un piston...

Écrit par : Jack | 22/03/2012

Je vous assure que si vous recevez une lettre de ma part d'ici quelques années, vous seriez bien content que mon mail ne contienne pas mon nom complet... ;D

Écrit par : Lousk | 27/03/2012

@Lousk : Vu la teneur de votre blog, il n'y aura aucune chance pour que je vous prenne en stage. Peu importe votre nom.

Écrit par : Jack | 02/04/2012

Bonjour. Je tenais à juste commencer en te disant que j'adore le site.
En tout cas ce post est pareil, vraiment cool.
Par contre j'ai un très lèger soucis, le header a l'air déplacé vers la gauche chez moi (sous windows) !
A plus tard. :D
Ps : en tout cas, je vais repasser lire tes articles souvent.

Écrit par : Achat panneau solaire France | 13/10/2012

Oui comme beaucoup de commentaires, j'ai bien ri en lisant votre article et me rappelle des souvenir tout aussi cocasses.
Merci pour ces temps souriants.

Écrit par : Location voiture Guadeloupe | 21/11/2012

Bonjour M. Spyko. J'ai longuement hésité sur le choix de l'article où mettre mon commentaire, et j'ai fini par choisir celui-ci, qui est peut-être le plus "neutre" de tous. En effet, je viens ici pour vous féliciter, et il me paraissait un peu déplacé de le faire au-dessus ou encore plus haut. Mais bon, l'essentiel c'est mon message. Vous êtes (ici en tout cas, vu que je ne vous connais pas) un individu avec un réel talent d'écrivain. Vous faites rire, vous faites pleurer, en vérité vous communiquez vos émotions avec force et justesse, au moins en ce qui me concerne. Il est vrai que je n'ai pas des connaissances de critique littéraire immenses, loin de là. En fait je suis juste en L2 de Psychologie. Alors peut-être que c'est pour ça que vous me touchez autant, mais je ne le pense pas. Il y a autre chose, ce n'est pas parce que Gandalf a des vêtements blancs qu'il peut s'y connaître en lessive, si vous me permettez la comparaison maladroite. Et je ne veux même pas m'orienter en pédiatrie, alors c'est dire si ce n'est pas ça la raison. La raison c'est que vous écrivez bien.
Et avant de partir dans de nouvelles figures de style étranges orientées films Fantasy, je conclus ici en vous disant merci. Merci de faire partager votre vie, qui plus est d'un plume aussi agréable à lire. Bonne continuation.

Écrit par : Jonathan | 16/05/2013

Bonsoir, article intéressant, il serait encore plus intéressant d'en faire un où vous parleriez des conditions d'accueil parfois minables des stagiaires. Du genre où le stagiaire se retrouve bouc émissaire d'un service dysfonctionnant. Où le stagiaire se retrouve mêlé aux conflits entre direction et salariés. Tout cela sans appuie du centre de formation qui n'ose pas prendre position. Effectivement ce serait un article encore moins drôle que de partager un mafé avec madame Le pen.

A bon entendeur, cordialement et tout ça!

Écrit par : Harissa | 09/10/2014

Sur SUBVERSIVE PSYCHOBLOGOLOGY toute l'actualité critique et décalée de la blogosphère psy

Écrit par : Psychoblogology | 01/12/2014

Je suis étudiante en Psychologie et je comprends tout à fait les psychologues. Cependant je dois dire que je ne suis pas d'accord sur plusieurs points.

Premièrement réussir à adresser la lettre de motivation au nom du psychologue n'est pas évident. En effet les noms se trouvent rarement sur internet, les structures refusent souvent de donner le nom du psychologue employé. Dès que l'on dit que l'on est étudiant en psychologie, une méfiance s'installe. Il est vrai que de recevoir une centaine de lettre par an est éreintant.
Je pense que lorsque la lettre est faite dans les règles et que l'on y explique clairement pourquoi on a choisi tel ou tel endroit, que l'on montre que l'on s'est renseigné et motivé: La lire ou avoir un email automatique en cas de réponse négative permettrait autant à l'étudiant qu'au psychologue de gagner du temps. C'est clairement fatiguant de n'avoir aucunes réponses et de se demander si on "harcèle" la personne en la relançant pour avoir une réponse.

Je sais également qu'ils arrivent à des élèves de solliciter des établissements où ils ne prennent pas de stagiaires du tout et se rendre compte que un tel a eu un stage à cet endroit parce qu'il a été pistonner ou copter ! A d'autres la lettre de motivation soignée lorsqu'un coup de fil à tata permet de dégoter un stage avec un psychologue "qui n'a pas le temps de prendre de stagiaire" ! Néanmoins je vous l'accorde ce n'est ni systématique, ni généralisé et heureusement pour les étudiants n'ayant pas de réseau.

Écrit par : AD | 01/04/2015

Les commentaires sont fermés.