Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2010

Surtout, rester calme....

Si il y  a quelque chose que je détestais au tout début de ma carrière, c'est qu'on me demande de faire des interventions orales, à l'hôpital ou lors de colloques à l'extérieur.
C'est que, pour moi, faire une intervention orale c'est un boulot monstrueux ! Comme j'ai peur de me planter, peur de paraître ridicule si j'oublie quelque chose ou fait une erreur, peur de ne pas savoir répondre aux questions, je prépare mon topo à fond... Mais à fond.
Ca veut dire que deux mois avant le topo, je commence à lire des bouquins, imprimer des articles, synthétiser, réflechir.... Je passe des plombes à rédiger mon truc, c'est une vraie horreur, car je veux que ce soit nickel, parfait, verrouillé et inattaquable...
Un truc de fou.

Alors vu le boulot que ça me demande, je ferais bien quelques fois de dire "non". Mais ça, c'est pareil, je n'y arrive pas. Je veux dire que ces interventions, ça fait partie de mon boulot, partie intégrante, je le sais, et dire "non" pour moi, ce serait comme ne pas faire vraiment mon boulot.
Et puis au fond de moi, une petite voix me dit "allez....T'es capable de faire ça hein ? Tu verras, ça va bien se passer"...

Bref. Autant dire que quand le fameux jour du topo arrive, je suis épuisé par deux mois de préparation et de lectures intenses, deux semaines de rédaction intensive, voire du powerpoint la veille pour corriger les dernières erreurs et peaufiner le tout.

C'est ainsi qu'il y a quelques années on me demanda de faire une intervention devant une association de malades, sur une pathologie dont je m'occupe au quotidien avec les enfants.
Je vous jure, j'avais fait un super topo. Sans me vanter, c'était pas mal. Je parlais de la culpabilité dans la maladie , où j'avais même fait des liens super intéressants avec notre culture judéo chrétienne, sa conception du péché et la maladie vue comme un péché.
La difficulté du parent, la difficulté de l'enfant, les difficultés de dialogue, les refus de soins, ....Bref, c'était du boulot, mais j'avais fait un exposé très bien, le tout sur powerpoint, car on me l'avait demandé sous cette forme.
Et j'avais passé du temps à chercher des illustrations (et des illustration quand on est psy, c'est pas simple.... Si t'es médecin, t'as des choses à montrer, mais psy, je montre quoi ? Un scanner du complexe d'Oedipe ? Des IRM de mécanismes de défense ?).

Le jour J arrive. Et à l'époque, c'était il y a une dizaine d'années, on n'avait pas encore toutes ces clés USB, j'avais gravé mon topo sur CD et j'étais venu à l'association avec le dit CD.
Mon tour arrive, je monte sur l'estrade, devant une centaine de personnes, je donne mon CD au médecin responsable de la journée, il le met dans l'ordi.
Attente.
Je souris à la salle. J'attends (c'est pas un peu long là à demarrer ?)
Je regarde le médecin qui trifouille son ordi.... Je souris à la salle (genre tout va bien, ne vous inquiétez pas....MAIS C'EST PAS UN PEU LONG A DEMARRER LA ????)

Une bonne minute s'écoule...Je suis toujours devant la salle et rien sur l'écran...Hmmm hmmm

Et là, le médecin se penche vers moi

"Il n'y a rien sur votre CD"
"Hein...? Quoi ?....Mais, si, il y a mon powerpoint, enfin !"
"Non...Rien...Il n'y a rien du tout...."

Je souris à la salle (Mais pourquoi mes jambes commencent à trembler, ça va pas non ?)

"Vous pourriez faire votre intervention sans le support informatique ?"

Hein ? Eh mais tu crois quoi, toi, que j'ai appris un topo de 45 min. par coeur.... C'est pas possible....Je peux pas le faire sans support !

"Je suis désolé", répète-t-il,  "je vois plus que ça....Il faut que vous improvisiez..."

Là, je tombe sur le sol, mort, et j'échappe à la honte qui va s'abattre sur moi et mes enfants sur 34 générations.

En fait, non. Je meurs même pas. J'ai un coeur solide. Pas de bol. Tiens, ça m'apprendra à faire du sport.  J'aurai du fumer et me gaver de Bic Mac, au moins, je serai tombé raide mort.

Je sais pas comment je vais faire quand soudain, un autre médecin, avec qui je travaille,  s'avance pour voir ce qui se passe. On explique.
Il hoche la tête et me dit "Ah...Ben on peut arranger ça..Tu te souviens, tu m'as envoyé ton powerpoint cette semaine pour que je le lise. Je l'ai dans mon portable. Ici."

Alléluia !!!!!

C'est ainsi que j'ai récupéré mon fichier. Fait mon exposé.
Et à dire vrai, le stress de l'exposé en lui même m'est apparu bien minime par rapport au stress qui a précédé.

Et maintenant quand je pars faire un exposé, j'ai DEUX clés USB. <
Et mon topo powerpoint imprimé avec moi au cas où.
Le premier qui dit "parano", attention ! 

Et le côté positif, c'est aussi qu'un exposé "normal" m’apparaît finalement plus aussi stressant après ça...

17:56 Publié dans Hopital | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook

Commentaires

Ah, je ferais comme vous: deux clés USB et un imprimé - on ne sait jamais. La technologie a aussi ses sautes d'humeurs contre lesquels l'homme est impuissant.
Je me demande comment cela se passait avant l'aire informatique?!

Bonne semaine

Écrit par : Hibou | 02/11/2010

Non, je ne dis pas parano... mais prévoyant, c'est évident !
C'est assez incroyable tout de même comment ces nouvelles technologies, censées nous faciliter la vie, nous occasionnent du stress et des situations difficiles à vivre !

Naïvement, peut-être, je croyais qu'un psy gérait naturellement le stress et ne connaissait pas la nervosité ou le manque de confiance... Ah, les clichés !

A bientôt !

Écrit par : Chab'instit | 02/11/2010

hahahaha (hein non j'ai pas ri, même pas vrai!)
J'aurais voulu voir ta tête ;-)

Écrit par : Opale | 02/11/2010

Parano, non... "Control freaks" oui par contre ;)))
Mais je ne te jette pas la pierre, Pierre...

;)))

a+

yann

Écrit par : yann | 02/11/2010

J'aime faire des conférences et des exposés. J'ai toujours aimé ça; mais au début, j'en étais "malade" un mois à l'avance, et parfois je priais le ciel, en y allant, qu'il m'arrive quelque chose, un -petit accident, une panne d'essence, je sais pas mais quelque chose- qui fasse que je n'aie pas à me présenter là où l'on m'attendait. Peu à peu ça s'est calmé... maintenant, tout en étant un peu stressé, j'y vais presque en souriant...
Et puis j'ai envie de te raconter : On m'a demandé un jour, dans un collège (pour les parents d'élèves, pas pour les élèves), une conférence-débat sur le thème de l'indiscipline, la désobéissance, le refus, enfin, toutes ces choses qui mettent à mal la relation entre ados adultes. Tout bien préparé, comme toi, notes, papiers, exemples, lectures....
200 parents se sont présentés. Leur entrée s'échelonnant sur la première demie-heure dans un brouhaha indescriptible, j'étais bien en peine de commencer mon exposé... jusqu'au moment où j'ai fait projeter sur l'écran le mot "INDISCIPLINE". Je me suis rassis (du verbe "se rasseoir", pas "rassir"), ai pris un bouquin, et, faisant semblant de m'en foutre complètement, me suis plongé dans ma lecture. Pour un peu j'aurais sorti la bière que je n'avais pas et la clope -que j'avais.
Une minute plus tard, le silence s'est fait, je n'ai pas bougé. Et c'est le directeur du collège qui est venu me demander de commencer la conférence.
Je crois que ce jour-là, bien des parents ont compris ce qu'était... l'indiscipline.

Quant au CD qu'on amène et qui n'est pas lisible par le lecteur de la salle, c'est une histoire que je connais aussi (ça me rappelle aussi l'histoire de ce formateur qui s'était gouré de CD et a balancé (véridique !) un film porno au lieu de son diaporama sur la formation professionnelle), mais ça c'est une autre histoire.

Écrit par : Psyblog | 02/11/2010

C'est ce qui s'appelle : "sauvé par le gong" Je suis sûre que si vous aviez pu serrer de bonheur dans vos bras ce collègue médecin sur le coup vous l'auriez fais :))

Écrit par : TOTEM | 02/11/2010

Hibou : avant l'ère informatique ? Bah on rédigeait un beau discours, ça demandait d'autres compétences plus littéraires que le powerpoint. Et des talents d'orateurs.... Le powerpoint a des avantages mais aussi des inconvénients, comme trop simplifier la pensée par ex.

Chab'Instit : mais je gère le stress incroyablement bien. D'ailleurs, je ne connais pas le stress. Sais même pas ce que c'est. Jamais vu.
(Je le fais bien hein ?)

Opale : ma tête ? C'était sourire-figé et panique interne....
D'autres intervenants m'ont dit que je semblais à l'aise.... Je cache drôlement bien mon stress

Yann : Alors control freaks ne m'évoquait rien mais mon ami Wikipedia me dit que c'est un peu autre chose : une personne qui veut aussi contrôler les autres en plus de lui même.
Moi je ne cherche qu'à me contrôler moi c'est déjà bien assez de boulot comme ça

Psyblog : excellente anecdote... Il faut de l'aplomb pour faire ça devant une salle, mais oui tu as raison, je pense que ces parents ont retenu la leçon. Tu as eu des retours ensuite ? Comment ça a été perçu ?
Et pour le CD et la confusion avec le film porno...Alors là.... COmment on peut affronter cela professionnellement parlant ? Je veux dire après ça, on est grillé de chez grillé... Comment continuer à bosser et cotoyer les gens après....Ouh là, faut sacrement prendre sur soi !

Totem : oui je lui suis très redevable ! Comme quoi y'a pas que dans les séries TV qu'il y a des happy ends inattendues

Écrit par : spyko | 02/11/2010

Cette anecdote me rappelle quelque chose... Ne l'auriez-vous pas déjà racontée ? (mais je me trompe peut-être...)
En tout cas, personne ne dira le contraire : il ne faut rien laisser au hasard :D

Écrit par : Mottate | 03/11/2010

ah voui comme Mottate j'ai eu une impression de déjà lu , p't'être que tu radotes lol

Écrit par : Opale | 03/11/2010

ah ben oui je confirme tu radotes hihihi
http://spykologue.hautetfort.com/archive/2009/07/20/ridicule.html

hmmm....hmmm....allongez vous, expliquez moi pourquoi vous avez parlé 2 fois de cet événement ? hmmm...on sent poindre le traumatisme là hmmmm....

;-)

Écrit par : Opale | 03/11/2010

Tout pareil pour moi. Le stress m'empêche d'improviser et si je sais qu'il y a une faille (même minime) dans ma présentation, je suis incapable de faire mon exposé avec conviction.
La seule solution c'est de préparer un truc en béton ET de l'apprendre presque par coeur (au moins les idées clefs).

A l'idée que je vais avoir plusieurs présentations orales en fin de semestre, je suis déjà en train de me ronger les ongles...

Écrit par : Prose | 03/11/2010

Mottate et Opale : vous êtes la mémoire de ce blog ;-)
Ce doit être mon grand âge qui me cause ces oublis...
En relisant mon ancienne note, je vois que je relate l'anecdote un peu différement : là ce n'est pas ma mémoire qui me joue des tours. C'est que, lorsque je raconte ici des trucs persos, je modifie qq détails pour éviter que ce soit trop reconnaissable.
En tout cas, merci à tous les deux d'avoir pointé cette redite !

Prose : courage Prose ! On sera dans le même cas à peu près au même moment ! (moi aussi je dois y repasser)

Écrit par : spyko | 03/11/2010

Je dois le faire aussi bien que toi vu ce que me renvoient régulièrement les personnes qui ne me connaissent pas ici : "Chabada, pas besoin de s'inquiéter pour le jour de l'examen, elle gère bien le stress !" Pour ne citer qu'un exemple !

Écrit par : Chab'instit | 04/11/2010

tss, tsss, tssss !

Cette maniaco-manie de la perfection parfaite sinon je meurs tout de suite me semble devoir relever d'une psychothérapie !
Ca me semble gravissime !

Ceci dit, moi que ne suis pas psy, pas médecin, pas... il m'est arrivé une aventure du même genre et j'ai également été sauvée par un miracle. Mais comme j'étais un subalterne dans cette affaire, j'ai pris un savon... maison !

Et bien, ça ne m'a guérie, et je ne fais pas souvent attention à prendre un double, un triple, bref des précautions.

Peut-être que, finalement, j'aime le savon .

C'est grave Docteur ? Faut-il que je consulte ?

Écrit par : Edith | 07/11/2010

Chab Instit : bienvenu au club !!!! J'entends à longueur d'année "oh toi, pas de souci, tu es à l'aise à l'oral!"..... BEN NON PAS DU TOUT !!
On postule tous les deux pour le César du meilleur acteur ?

Edith : ca devrait aller, pas de consultation, sinon on y a tous le droit a priori !
Quant à moi, ce n'est pas tout à fait une volonté de la perfection. La perfection, je sais qu'elle n'existe pas.
C'est plus une volonté d'avoir l'impression tout contrôler pour abaisser mon anxiété. Si je pense à un détail, même infime, où je pourrai perdre le controle, ca ne va plus !

Écrit par : spyko | 08/11/2010

Oui, on ferait un sacre duo dans le film : "Zen en toutes circonstances" Le film de notre vie !

Écrit par : Chab'instit | 09/11/2010

Les commentaires sont fermés.