Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2010

Entretien d'embauche

Je lisais l’article de Jack Addi sur la morphopsychologie, la graphologie, et toutes les pseudo sciences qui se réclament peu ou prou de la psychologie…
J’y ai été moi même confronté. Il y a déjà quelques années, lors de mon embauche à l’hôpital.
Le pire, c’est que lorsque vous postulez pour un job, quand en face, le professionnel utilise des méthodes de recrutement à la noix, vous n’avez pas d’autres choix que de vous la fermer… Sinon, votre dossier de candidature atterrit en bas de la pile…
Et comme les postes sont rares pour les psychologues, vous savez que si vous vous manifestez trop, il y a en dix autres derrière qui feront moins les difficiles…

Bref.
Lorsque j’ai fait tout le parcours d’embauche pour l’hopital, il a déjà fallu rencontrer les différents médecins avec qui j’allais travailler, pour que chacun valide ma candidature. Puis ensuite, le chef de service.
Fort heureusement, mon expérience et mes diplômes correspondaient à leurs attentes, on a pu discuter de projets, de choses à mettre en place : tout le monde était ok.
Mais c’est là que j’ai découvert toutes les subtilités du monde hospitalier…

Car même quand tous les médecins d’un service et le chef de service sont OK pour votre embauche, rien n’est encore joué.
« On ne peut rien vous promettre encore, m’a-t-on dit, il faut que le dossier soit validé par la D.R.H. »

Et là, quand vous prenez rendez-vous, vous découvrez le summum.

Car, en tant que candidat à l’embauche, ce n’est pas le directeur des ressources humaines qui vous recevra.
A pas le temps. Est trop occupé. Ne voit jamais les candidats.
Non, il a délégué.
A sa secrétaire.

Oui. Vous avez bien lu : dans notre hopital, c’est la secrétaire du DRH qui décide au final qui sera embauché ou pas.
Qu’importe que ce soient les médecins qui soient les mieux placés pour savoir quel profil de poste correspond le mieux à leur service.
Non. Ca compte pas : au final, c’est la secrétaire qui décide !
Bien sur, elle n’a aucune connaissance en soins infirmiers pour décider de l’embauche des infirmières.
Aucune connaissance en kinésithérapie pour décider quel kiné fera l’affaire.
Et aucune connaissance en psychologie pour faire le tri parmi les candidats.
Mais, ô joie de l’administration, vous avez beau pesté, c’est comme ça.
Au final, c’est elle qui choisira…

Le jour J, vous découvrez que la secrétaire en question est une sorte de cerbère, avec paralysie des zygomatiques, imbue de sa personne et toute gorgée de son pouvoir.
Qui vous prend de haut, voire de très très très haut.

Premier contact : « oui ben bonjour, tenez, vous me remplissez ce dossier de candidature et vous me faites une lettre de motivation ».
- « Euh…Mais j’ai déjà donné tout ça au chef de service, mon cv, une lettre, je l’ai rencontré et…
- « Ca, ce n’est pas mon affaire. Ici vous êtes à la DRH. Il faut remplir le dossier de la DRH et une lettre de motivation. Manuscrite.
- « Pourquoi la lettre manuscrite ?

Regard au ciel

- « Et bien, pour l’analyse graphologique ! »

(Hmmpff ….Je manque m’étrangler….Analyse graphologique ? Quand on connaît le peu de validité scientifique de tout cela….M’enfin, apparement pas le choix).

Je remplis tout consciencieusement et je le donne à la charmante dame.

- « Merci. Maintenant vous me remplissez ce questionnaire de personnalité »

- « Euh…C’est à dire que je suis psychologue…Les tests je les ai étudiés à la fac, donc je suis pas bien sur que ce soit utile que je…
- « Mais Môssieur, personne n’est dispensé des tests ici ! »
- « Non bien sur…Je ne dis pas que je dois être dispensé…Je vous dis que ça risque d’être biaisé car je les ai étudiés à la f… »
- « Et bien c’est comme ça ici, Môssieur, tout le monde fait le test ! »

(Abandonne Spyko, tu n’arriveras à rien avec elle…Le greffe de neurones n’a jamais pris…Abandonne !)

Je m’isole donc pour remplir le questionnaire.
Il s’agit du Guilfort Zimmerman, un test couramment utilisé en recrutement.
Je l’avais vu rapidement à la fac.
Mais, comme j’ai tenté de l’expliquer à Mme Cerbère, les tests de personnalité, quand vous en avez étudié pas mal, vous constatez que les échelles qu’ils mesurent sont toujours un peu les mêmes, que les questions pour les évaluer se ressemblent un peu toutes. Bref, après avoir étudié ça pendant des années, devant un test, même inconnu, j’arrive en gros à voir ce qu’ils cherchent, quelle question mesure quoi, et ce qu’il vaut mieux répondre ou pas.

Donc… Je remplis consciencieusement mon test, en donnant le meilleur visage de moi même, en déjouant les échelles de mensonges, en recoupant les questions… Complètement faussé, mais bon… Elle a insisté après tout.

Et là, je vis le plus beau moment.
Au final, pendant une demi heure, la secrétaire me fera, à moi le psychologue, la synthèse de ma personnalité !
Cette dame qui doit avoir une formation en psychologie d’au moins 2h45 minutes dans toute sa vie, prétendait m’en apprendre à moi après cinq années de fac…
Là je vous jure, on ronge son frein !!!!

(Mais encore une fois, c’est toute la perversité du truc : on sait bien que si on la ramène, on est mal barré pour l’embauche….)
Mais, ô joie indicible, je savourais silencieusement ma victoire : la synthèse montrait un jeune homme équilibré, consciencieux, aimant travailler en équipe, etc… Bref, j’avais répondu tout ce qu’il fallait à son test, tout bien grugé et elle, toute gonflée de son pseudo savoir et de son pseudo pouvoir, ne se rendait compte de rien.

Quand j’ai raconté au chef de service que la secrétaire avait fait l’analyse de ma personnalité, il n’a pas voulu me croire…. Il a trouvé ça scandaleux, mais notre Directeur des Ressources Humaines n’a jamais remis en question sa manière de faire : jusqu’à la fin, ce fut sa secrétaire qui fit les entretiens d’embauche…

16:55 Publié dans Hopital | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Facebook

Commentaires

Excellent! Félicitation d'avoir tenu à ne rien dire - moi je n'arrive pas toujours. Encore un beau exemple de l'illogisme du monde (du moins pour moi).

Cette secrétaire a-t-elle fait la même démarche pour le recrutement d'un médecin? Ou le personnel administratif?

Bonne fin de journée

Écrit par : Hibou | 08/07/2010

ah ben je crois que ma mâchoire vient de se décrocher là, j'en reviens pas!!

Écrit par : Opale | 08/07/2010

secrétaire et maîtresse ?

Écrit par : nine | 08/07/2010

C'est assez pitoyable en fait... Heureusement qu'Accoyer permet aux charlatans de s'offrir une respectabilité en faisant un stage de 400 heures... Cela permet à nos décideurs de se croire dispensés de créer un délit d'exercice illégal de la psychologie, comme il existe un exercice illégal de la médecine...

Le titre de médecin est protégé... L'exercice professionnel aussi... En revanche, le titre de psychologue est peut être officiellement protégé... Mais tant qu'on permettra à n'importe qui de faire comme si il était psy, tant qu'il ne prétend pas faire usage du titre, ce genre de dérapage sera tout à fait licite...

On voit bien tout l'ineptie de la création de nouveaux titres professionnels comme celui de psychothérapeute, puisque tant qu'on ne prétend pas faire usage du titre, on peut faire la même chose sous une autre dénomination.

Oui, oui... Il y a quelque chose de bien bien bien pourri dans cette affaire... Et dans l'absence réelle de volonté des pouvoirs publics de cadrer les choses... Puisque légiférer sur les titres et non sur les pratique n'a pas d'effet autre que démagogique.


Sinon, de façon plus personnelle... Un jour je suis tombé sur une psychologue du travail qui au bas mot avait l'air d'avoir 12 ans et demi... pour un poste dans un institut relevant de l'enseignement catholique, avec une grille de salaire encore pire que celle de la fonction publique, et une mutuelle familiale obligatoire de 600 francs par mois (sur 7000 francs de salaire net...), même pour les célibataires...

J'ai eu le droit à ces questions à la con :

- votre plus gros défaut
- votre plus grand qualité
- quel livre sauveriez dans votre bibliothèque si elle prenait feu ?

Heu... moi, si il y a le feu, j'appelle les pompiers et je me barre... je ne fétichise pas les livres au point de finir en méchoui...

Elle n'a pas aimé...

Elle n'a pas aimé non plus aussi quand je lui ai demandé à quoi allait donc pouvoir bien servir l'échantillon d'écriture qu'elle m'a alors demandé en me précisant que ce ne serait pas pour analyse graphologique...

Elle m'a cassé les pieds, parce que le mot "célibataire" sur mon CV méritait davantage d'explications à ses yeux ( et oui... avais-je donc une vie sexuelle? Ou avais-je décidé de me réserver pour le mariage? Mystère !)... Sauf que toute question sur ma vie privée était illégale...

Elle voulais connaître l'école de mon analyste... Et pourquoi pas son taux d'imposition tant qu'on y était...

Et elle m'a cassé les pieds sur mon âge... qui était pourtant écrit noir sur blanc sur mon CV... et n'a pas sembler aimer que je lui fasse remarquer que c'était écrit, et que je n'imaginais pas que ça puisse leur poser problème puisqu'ils m'avaient convoqué...

Bref je n'ai pas été pris... Je ne devais pas être assez conciliant avec ce protocole de recrutement ridicule qui m'effraie encore sur ce qu'on enseigne aux psychologues du travail... Et je m'en félicite... J'ai eu vent peu de temps plus tard du bordel monstrueux qu'est cette institution, notoirement dysfonctionnante... et où il m'aurait fallu assister à toutes les cérémonies religieuses catholiques pour vraiment montrer mon adhésion au projet d'établissement...

Écrit par : Jack_Addi | 08/07/2010

On peut dire que vous Jack_Addi et Spyko m'ont bien fait rire avec leur expérience sur un entretien d'embauche. Il est dommage qu'il n'existe pas de livre sur le vécu des candidats, ce serait très surprenant et amusant (après).

Ces questions, je les ai eu à chaque entretien.
- votre plus gros défaut
- votre plus grande qualité
sauf que mon plus gros défaut est aussi ma plus grande qualité: la ténacité!

Parfois, je me demande si ce n#est pas fait pour donner du travail aux spy, les sérieux et enlever un peu de DE des statistiques du chômage?

Bonne soirée

Écrit par : Hibou | 08/07/2010

Quand je vois que le spykologue a été embauché par une secrétaire, ça donne une idée du niveau de compétence et je ne m'étonne plus de lire ce que je lis... et je me réjouis de penser ce que je pense ^^'






Bon, juste pour soigner l'ego meurtri:
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet."

Écrit par : pedopsy | 08/07/2010

Comme dirait Jakck Addi : se faire embaucher par une vieille toupie irrespectueuse
(fort nombreuses encore)et qui se reproduisent par clonage accéléré...... c'est pas top!!!

Écrit par : totem | 09/07/2010

elle était blonde ? c'est pour mes statistiques !!!!

Quand le service à ouvert, j'ai participé à l'embauche et c'est vrai que parfois tu ne peux pas t'empècher de juger par l'apparence (est venue en jogging) ou par les idées (oui je suis doué avec une perceuse) bon après tout pour la prise en charge de personnes autistes ce n'est pas la même chose. C'est vrai pourquoi vous ne faites pas l'embauche, les psychos ??? c'est une idée ça !

Écrit par : Myriam | 09/07/2010

elle était blonde ? c'est pour mes statistiques !!!!

Quand le service à ouvert, j'ai participé à l'embauche et c'est vrai que parfois tu ne peux pas t'empècher de juger par l'apparence (est venue en jogging) ou par les idées (oui je suis doué avec une perceuse) bon après tout pour la prise en charge de personnes autistes ce n'est pas la même chose. C'est vrai pourquoi vous ne faites pas l'embauche, les psychos ??? c'est une idée ça !

Écrit par : Myriam | 09/07/2010

Ahhh, un nouvel article ! Quel plaisir, y'a pas d'heure pour lire du Spyko !
Bon, moi qui défend l'administration avec la foi du charbonnier, j'en connais une qui va bien ricaner... Pour ce qui est de la greffe de neurones, je pense même que la gangrène a du se propager, vu son manque de bon sens, à cette délicieuse autant que chaleureuse dame...

Écrit par : Mottate | 09/07/2010

Ha ha ha ! Excellent ! Etre psychologue et (psych)analysé par une secrétaire. Vraiment génial !

Un entretien d'embauche, ça va dans les deux sens. C'est aussi le moyen pour le candidat d'évaluer de près l'entreprise pour laquelle il postule, car à ce moment, le recruteur est le reflet de son entreprise.
Je pense que souvent, le déroulement de l'entretien augure de la manière dont sont traités les employés. Et puis, si le recruteur est mauvais, désagréable, imbécile... il a bien fallu le recruter, donc il a été jugé apte par quelqu'un de supérieur... quelqu'un qui n'est donc pas plus capable de juger les gens et d'apprécier leurs qualités... Donc comment croire que ces employeurs vont être capables de convaincre et de conserver les personnes les plus capables, comment croire que les autres employés sont compétents et agréables ? Personnellement, si le recruteur est mauvais, ça ne va pas me donner envie d'accepter un emploi dans son entreprise.

Evidemment, dans ton cas, tu as eu l'occasion de discuter auparavant avec les membres de l'hôpital et de te faire une idée d'ensemble, avant cet entretien RH totalement absurde.

Écrit par : Sylvon | 09/07/2010

je rejoins l'idée de Sylvon:
" le déroulement de l'entretien augure de la manière dont sont traités les employés. Et puis, si le recruteur est mauvais, désagréable, imbécile... il a bien fallu le recruter, donc il a été jugé apte par quelqu'un de supérieur... quelqu'un qui n'est donc pas plus capable de juger les gens et d'apprécier leurs qualités... "

Rien à rajouter

Écrit par : Mutuelle-santé | 09/07/2010

J'avais jamais encore entendu ça, une secrétaire de la DRH qui finalise les recrutements de psychologue. Tu m'étonnes qu'après tout un chacun se permet de penser qu'il a un savoir psy sur tout et n'importe quoi. Dans le cas d'une embauche c'est encore plus grave ça c'est sûr mais bon j'aurai fait la même chose à ta place, faut jouer le jeu pour obtenir le boulot. Mais bon quand même sur le moment ça doit être rageant...

Écrit par : celine b | 09/07/2010

De toutes façons, un entretien d'embauche est bien souvent une pièce de théatre, où le postulant mauvais ou pas doit la jouer fine pour décrocher le job, c'est pour cela que l'on retrouve (surtout dans l'administration) des gens qui une fois le job décroché, déplient leurs doigt palmés. Quand au recruteur, idem, il joue aussi son rôle à merveille, il prend son pied, étant de l'autre côté de la barrière et même s'il se gourre, il s'en fout. Il ne faut surtout pas croire au père noël, l'entretien d'embauche? un vrai cirque!!!

Écrit par : totem | 09/07/2010

@Hibou : je me suis tu car l'hopital est une grande structure : je savais qu'une fois passé le cap de cette dame, je serai en service avec des médecins qui m'attendaient, qui étaient chaleureux et avaient des projets pour moi...Il fallait juste tenir bon et serrer les dents :-)

@Opale : je n'en revenais pas moi meme... Le coup du questionnaire de personnalité et de la synthese....Qu'elle me fait à moi, sans aucun recul sur nos compétences respectives.... Moi aussi ma machoire a manqué de se décrocher !

@nine : maitresse ? Du DRH ? On peut se demander effectivement pourquoi cette dame avait autant de pouvoir, au grand dam des médecins de l'hopital, et que ce fut toléré par le DRH....Mystere....

Jack Addi : assez effarant aussi les questions que tu as pu avoir... Il y a tout un tas de pseudo professionnels qui gravitent dans le recrutement. On passera sur l'emploi de l'astrologie, la numérologie...Pour des choses aussi sérieuses qu'une embauche. J'hallucine que ce soit toujours toléré, c'est fou !
Et les questions à la noix : si votre bibliotheque prenait feu....
Je me demande bien ce que ça apporte ce type de question !
Un ami a eu comme question en recrutement : "à la plage, marcheriez vous pieds nus sur le sable ou garderiez vous vos chaussures ?"
OUah...Ca c'est de la méthode validée et scientifique !

@pedopsy : vous m'avez fait bien rire ;-) Oui, vous pouvez juger de mon niveau de compétence, dûment validé par la secretaire... Tout s'explique ! ;-)

@Myriam : je detesterai faire de l'emabauche, meme si je pense avoir quelques compétences dans le domaine. Mais c'est d'un point de vue personnel...J'ai un peu trop tendance à l'empathie et j'aurai du mal à refuser certaines personnes.

@Mottate : merci de ton passage ;-).... La greffe de neurones ne prend que lorsqu'il y a au moins une ébauche de cerveau à la base

@Sylvon : c'est vrai ce que tu dis, l'entretien d'embauche augure de ce que peut être l'entreprise. MAis à l'hopital, c'est une tres grosse structure et ce n'est pas parce que la DRH dysfonctionne completement que les services hospitaliers en eux meme dysfonctionnent : mon chef de service est tres bien, mon service tres bien...Ca je le savais deja un peu à l'embauche. Le service DRH était un microcosme qui dysfonctionnait sans rien présager de tout l'hopital, ouf.

@mutuelle santé : comme je le disais à Sylvon, cette dame ne révelait que le fonctionnement de son service à elle, et pas de tous les services hospitaliers, ouf

@Celine : merci de me conforter ! J'ai rien dit mais ça m'a couté ! Pendant des semaines, j'ai imaginé ce que j'aurai pu répliquer, balancer à cette dame, j'étais tout de même frustré de m'etre tu ! Mais j'ai bien fait : passer ce cap, je ne l'ai plus jamais revu et je travaille dans un service qui me plait

@Totem : oui un rôle ! C'est clair que là c'est la comedia dell'arte ! Moi j'avais mis le masque du psychologue tout propre sur lui, qui remplit un questionnaire indiquant une personnalité parfaite, sans défaut.... (si si j'ai des défauts en vrai, quel scoop hein !)

Écrit par : spyko | 10/07/2010

Voilà un témoignage tout à fait croustillant sur les malaises du système de santé... Absurdité, quand tu nous tiens!

Cela mis à part, les tests psychotechniques, même sans les avoir étudiés en fac, au bout de dix fois, on finit par savoir ce qu'il faut y répondre pour que personne ne découvre que notre vraie passion, c'est plutôt les bons romans que la courbe du CAC 40!

Écrit par : La Nymphette | 10/07/2010

oui j'etais pas bien surtout que c'etait en fonction de ma practique et de l'organisation du service (à l'époque autisme)

j'ai eu une fois à faire une mauvaise évaluation, un stagiaire infirmier de 18 ans et je le trouvais bien jeune, il savait se tenir face à moi, mais face à mes collègues il s'amusait et faisait le coq. Lors de son évaluation, il y eu ceux qui avait de l'empathie, ok il est en formation faut lui laisser sa chance, les prof, pffff il ne sait même pas se laver les mains. Mais tout le monde fut d'accord quand j'ai posé cette question "peut_il s'occuper de ta mère ???" et là se fut un grand non !!! fini l'empathie.
Aprés, on ne peut empècher les carriéristes, manipulateurs ... de se fondre dans une équipe et aprés de montrer leur vrai visage, mais c'est bien qu'il y ai des psy !! ;-))

et puis tu as été embauché, donc elle n'avait pas si mauvais goût !!!

Écrit par : Myriam | 11/07/2010

Fort à propos de votre post... Et encore plus avec la réaction d'Hibou
Je vous conseille ce lien:


http://www.bonpourtonpoil.ch/?p=2105


A prendre au 10 000 e degrés!!!

Écrit par : Céline | 28/07/2010

Merci Céline, c'est bien écrit effectivement !

Écrit par : spyko | 29/07/2010

S'en est tristement drôle !
Le pire, à mon avis, n'est pas ses procédés utilisés... mais le manque de jugeote dont elle fait preuve. C'est incroyable !
Et ça marche toujours ainsi ?

Écrit par : chab'instit | 02/08/2010

merci pour ton article...

Écrit par : Comparateur Mutuelle | 06/08/2010

Voilà en effet une histoire de recrutement à vous dresser les cheveux sur la tête. Merci de l'avoir partagée avec nous.

Écrit par : Alex de comment réussir un entretien de recrutement | 12/08/2010

Les commentaires sont fermés.