Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2010

Indécent...?

Et pendant que les journaux font leurs gros titres sur Liliane Betancourt, les footballeurs et le tour de France, je tombe sur ce simple entrefilet, minuscule, dans le Figaro, évoquant cette information :

 

Mozambique : 11,5 % de la population atteinte par le Sida

Près de 12% de la population du Mozambique est atteinte du sida, selon la première étude officielle réalisée dans ce pays sur la propagation du virus VIH."Lorsque plus de 5% des habitants sont atteints par le virus, cela signifie que le pays est dans une situation dramatique. Un taux de prévalence de 11,5%, c'est deux fois plus", a déclaré à Maputo le ministre de la santé Paulo Ivo Garrido, qualifiant la situation d'"extrêmement sérieuse".L'étude sur la prévalence du sida, d'un coût de 6 millions de dollars (4,7 millions d'euros), a été réalisée en 2009 par le ministère de la santé et le service national des statistiques, sur un échantillon de 16.600 personnes résidant dans les dix provinces du pays. Plus des deux tiers des personnes atteintes du sida dans le monde vivent en Afrique subsaharienne où le programme commun des Nations unies sur le sida (Onusida) établit à 5,2% le taux de prévalence du sida chez les adultes.L'étude menée au Mozambique souligne que les femmes sont les plus touchées avec 13,1% d'entre elles, comparé au taux de 9,2% constaté chez les hommes de 15 à 49 ans.

 

Dans un monde normal, chez des gens normaux, cela devrait déclencher des vagues d'indignations, de soutien, et de recherche. Potentiellement des millions de morts si on ne fait rien....
Mais chez nous, c'est quelques lignes dans le coin d'un site d'infos.
On ne pourra pas dire qu'on ne savait pas.

Mais c'est en Afrique, ma bonne dame, c'est pas bien grave, hein.

Ok c'est facile de s'indigner bien confortable chez moi derrière mon ordi. J'ai qu'à y aller au Mozambique si je trouve ça si injuste ?...
Mais ça m'a vraiment fait drôle ce soir, voilà tout.

Commentaires

Tu as bien raison....et comme ça, "ça vend pas" ben ça prend pas de place dans le journal, c à vomir parfois cette société...

Écrit par : Opale | 05/07/2010

Oui, facile derrière son ordi. Toujours est il que ca va mieux en le disant. Le SIDA tue encore ici aussi d'ailleurs. A ce propos, je viens de recevoir les actes d'ELCS. A mettre entre toutes les mains!

Écrit par : Asclepieia | 05/07/2010

Je pense qu'en relayant l'info vous faites déjà quelque chose : INFORMER. Parce que je ne le savais pas, et moi-même ayant indigné parce que je viens d'apprendre (grâce à vous), je le relaierai à d'autres personnes. Alors parfois même assis bien confortablement chez vous derrière votre ordinateur, vous avez un peu contribuer à une petite prise de conscience, qui touchera un bon nombre de personnes je pense suite à cet article.
Bonne soirée.

Écrit par : Isabelle | 05/07/2010

Ça me rappelle un trajet en bus au retour d'une classe de neige, avec la radio allumée. On y égrenait rapidement quelques faits-divers de la semaine, une agression qui avait eu lieu dans une crèche, un adolescent trouvé mort après avoir pris de la drogue coupée avec n'importe quoi, un "accident de personne" dans une gare qui avait retardé d'au moins trois heures le trafic en forçant un millier de personnes à patienter (je pourrais cibler mon commentaire rien que sur celle-là tiens)... Et ensuite était venue la vraie information importante, celle qui avait occasionné des interviews et une quinzaine de minutes sur le sujet : un projet de loi sur les pesticides avait été posé. Je ne sais pas si je suis particulièrement désaccoutumée de la radio et de la télé, mais j'avais trouvé ça très glauque. La misère existe quelque part, mais faisons tout pour ne pas nous sentir concernés...

Écrit par : Xetra | 06/07/2010

Sordide. (oui, c'est succinct, mais ça ne m'inspire rien d'autre qui n'ai déjà été dit.) à part ça je pense comme Isabelle, qu'informer c'est déjà l'action de base de l'individu, qui permet de relayer et d'étendre des causes jusqu'à ce que l'ampleur prise soit suffisante pour permettre de régler le problème...

Écrit par : Mottate | 06/07/2010

Opale : oui j'avoue que ça m'a vraiment fait bizarre hier, le contraste entre ce petit entrefilet dans le Figaro et les pages et pages sur l'affaire Bettencourt.

Asclepieia : Oui c'est tjs bon de rappeler la réalité à propos du Sida, car il y a une tendance à banaliser tout cela

Isabelle : merci de votre petit mot...Informons donc !

Xetra : oui, le traitement de l'information et la hiérarchisation des infos font parfois froid dans le dos... Globalement, toutes les catastrophes dans le tiers monde sont relayées en fin de journal.

Mottate : regler le problème, je crains bien que ce ne soit déjà tard, mais le truc qui me fait vomir, c'est le non dit derrière tout ça : ça se passe en Afrique, c'est loin, la mortalité élévée, c'est quasi normal là bas ...Beurrrk.

Écrit par : spyko | 06/07/2010

Eh oui, les médias ne distillent que les histoires qui vont leur apporter de l'auditoire ou faire plaisir à leurs publicitaires, aux industriels, au gouvernement... Variez vos lectures, n'hésitez pas à lire des magazines qui ont l'air un peu déjanté (par exemple : "Nexus, Science et Alternative"). Et si vous posez un regard critique sur ces informations "peu recommandables", sachez porter le même regard critique sur l'"Information officielle".
Soyez conscients que tout article reflète le point de vue de son auteur, avec un niveau de compétence (in)suffisant, d'(im)partialité, d'ouverture(étroitesse) d'esprit, sans oublier les intérêts qu'il protège (et ce sont rarement les vôtres). Faites l'exercice de comparer des articles traitant du même sujet et venant de sources différentes. Alors vous vous rendrez compte à quel point l'information peut être transformée, manipulée et cachée.

Je dois filer, les hommes en blanc se sont entraînés à la course... ;-)

Écrit par : Sylvon | 06/07/2010

C'est même plus qu'indécent! C'est horrible! Savez-vous que le paludisme tue 1 millions de gens par an et pas de gros titres dans les média, comme se fut le cas pour la grippe porcine (du Mexique vers le monde) avec annonce de pandémie par l'OMS. Que la lutte contre le paludisme n'est pas cher (je crois le chiffre est de 1 euro la dose, si je me souviens bien encore), en tout cas nettement moins que le programme de vaccination de la grippe porcine (dont l'efficacité et sans nuisance à la santé n'est pas encore prouvé)! Mais là encore, cela se passe en Afrique, donc rien pour faire de gros titres.

Bon mardi

Écrit par : Hibou | 06/07/2010

Pour bien abrutir les masses, il faut choisir des sujets d'info. dans l'air du temps et qui ne demandent pas trop de réflexion, des sujets dont tout le monde parle de préférence histoire de se faire mousser un peu, mais les problèmes en Afrique ou dans d'autres pays pauvres ça n'intéresse pas la masse. C'est moche et grave mais c'est comme ça.

Écrit par : totem | 06/07/2010

Tu sais le but a toujours été de vider l'Afrique de ses habitants car on veut bien du contenant mais pas du contenu et entre les faux vaccins contre le sida, les tri-thérapies périmées et le poids de l'église sur les préservatifs ; on y arrivera !!!!!!!!!!!!!

Écrit par : femmepsy | 06/07/2010

Il y a les Philippines aussi, et sans doute d'autres pays. Là-bas, certains vaccins contre le tétanos ont été trafiqués avec des hormones intervenant sur le développement de l'embryon pour empêcher les femmes d'être enceintes.

Mais chut ! L'important, c'est que le gouvernement fasse la lumière sur cette défaite honteuse de l'équipe de France. Il faut en tirer les leçons et punir les coupables. Non mais !

Écrit par : Sylvon | 07/07/2010

Ce ministre m'a l'air d'être un sacré scientifique :"Lorsque plus de 5% des habitants sont atteints par le virus, cela signifie que le pays est dans une situation dramatique". La publication m'a échappé, mais elle devait sans doute dire qu'à 4% c'est du pipi de chat et à 20% la population fabrique des vuvuzelas...
En tout cas, je veux bien aller faire des études de prévalence au Mozambique à ce prix là... Avec un prix public de 15€ par test du SIDA ( on peut avoir bien moins cher, surtout pour de telles quantités) sur 16.600 testés ça nous fait du 16600x15= 249 000 Euros. Prix commercial, s'entend. 4 700 000 - 249000, il reste presque 4,5 millions d'euros pour aller d'un centre de test à l'autre, loger en hotel de luxe en attendant les résultats. Si ceux qui se chargent des études ne sont pas les neveux ou les cousins du ministre, je veux bien postuler, et comme je suis généreux, lui proposer une étude pour à peine 4,4 millions d'euros. Avec le reliquat, il pourra envisager des soins "extrèmement sérieux".

http://www.depistage-mst.com/?gclid=CMKXgOqq2aICFR0B4wodyA63ww

Écrit par : pedopsy | 07/07/2010

Si je suis d'accord avec la plupart certains des propos de vos commentaires m'ont indignée. Oui bien sûr c'est scandaleux que l'on lise des pages et des pages sur des affaires de "gros sous" et peu sur ce drame humain qui se joue en Afrique. Mais est-ce que ce n'est pas à nuancer un petit peu???
Cessons s'il vous plait la rengaine du "grand complot des journalistes".... Savez-vous vraiment comment fonctionne un journal? "un tél, vous me ferez pleine page sur Bettencourt, vous 3 col sur tel autre, vous 5000 signes sur le sida au Mozambique".
Le journaliste en lui-même n'a que rarement le choix du format de son info. Pour ce qui est de la subjectivité, bien sûr elle existe, et bien malin qui pourrait se croire tout à fait objectif, non? Mais est-ce qu'on n'aurait pas tendance à taxer de subjectif celui qui n'a pas dit ou écrit ce que j'avais envie de lire ou d'entendre? Et d'objectif celui avec lequel je suis parfaitement d'accord?
De plus, même si cela parait cette fois-ci démesuré, ce qui se passe dans le jardin de ma voisine prendra toujours plus de place que ce qui se passe à 10000km, à info égale. Que je sache, l'objectif du Figaro n'est pas encore de vendre au Mozambique, cela parait logique qu'ils privilégient une info française.
Alors où est vraiment la tyrannie de l'information? Dans les mains du lecteur, non? Car c'est lui qui, en choisissant ou non d'acheter un journal, influence directement la ligne éditoriale, bien plus que le journaliste (à tout hasard je rappelle que chaque papier est relu par le directeur de la rédaction, dans l'esprit de ce qu'attendent les lecteurs).
Voilà, désolée pour ce ton peut-être un peu incisif, mais mon mari étant journaliste (vous l'aviez certainement compris!), et intègre (ou du moins tentant de l'être), nous en avons un peu assez de ce genre d'attaques un peu éloignées de la réalité éditoriale.
C'est un peu comme dire que l'école est seule responsable de la faillite du savoir, ou que les psys ne servent à rien....un peu rapide, non?
PS: Indignés que nous sommes (car je le suis aussi) par rapport à ce choix éditorial, pourquoi ne pas plutôt écrire à ce journal en leur demandant de s'expliquer? Effectivement, on peut agir sans aller jusqu'au Mozambique...

Écrit par : Amande | 07/07/2010

Sylvon : oui vous avez tout à fait raison qu'il faut élargir ses sources d'infos, comparer, analyser, se faire son opinion. Que j'aimerai avoir plus le temps de faire tout cela et ne pas me prendre l'info "brute", sans pouvoir avoir de recul

Hibou : votre exemple est très adapté également. Le paludisme sévirait sous nos contrées, je suis certain qu'il serait éradiqué depuis fort longtemps...

Totem : on sélectionne l'info qui fait vendre...On ne donne pas trop d'analyse ou de mise en perspective non plus, les lecteurs ne veulent pas se casser la tête se dit-on... On peut le déplorer mais c'est comme ça effectivement.

Femmepsy : je ne sais pas ce qui est prévu pour l'Afrique. Ce qui est certain, c'est que son sort indiffère globalement nos dirigeants.

Pedopsy : Oui, la présentation des faits n'a pas une bonne tête scientifique, c'est vrai.
Je n'avais pas vu le problème du financement et le les surcouts bizaroïdes : merci de le souligner. Faire des études est important certes, mais si c'est pour appauvrir encore davantage le pays avec des coûts exhorbitants..
Ceci dit, même si l'analyse manque effectivement de finesse et de rigueur, 12% d'un pays atteint par le Sida, c'est effrayant.

Amande : merci de votre analyse. C'est vrai que c'est facile de s'insurger contre les journalistes, quand c'est le système tout entier qui dysfonctionne.
Comme vous le soulignez, qu'est ce qui fait vendre ? Il n'y a qu'à regarder les quotidiens locaux : trois quart des lecteurs les achètent pour les nouvelles du coin, la page des décès et basta. Ce qui se passe en Afrique va être lu, mais ce n'est pas ça qui poussera à l'achat.
On est tous plus ou moins responsable de toute façon.

Écrit par : spyko | 07/07/2010

@ Amande : Effectivement, si je mets en cause les journalistes, c'est surtout le système complet qui est responsable. Et je plaide coupable d'avoir généralisé à outrance ce que j'ai observé ça et là.
Il n'empêche que dans beaucoup de médias, on a vraiment l'impression que ceux qui choisissent les thèmes le font en fonction de ce qui va plaire, intéresser ou choquer le lecteur/spectateur.
J'ai aussi remarqué par exemple que toute contestation, interrogation ou remise en cause de la version officielle des attentats du WTC (version officielle = 4 longs courriers se sont écrasés par la faute de Ben Laden) a été farouchement et même agressivement combattue par l'ensemble des grands médias. Et il ne s'agit pas ici de négationnisme, mais simplement de s'étonner de faits troublants (téléphoner avec un portable à plusieurs km d'altitude pendant 10 minutes, trouver un passeport échappé de l'avion au milieu de milliers de tonnes de débris, faire évaporer des réacteurs d'avions par la chaleur, avoir une cellule de gestion d'attentat en place comme par hasard, envoyer les intercepteurs dans la mauvaise direction, et j'en passe). -> www.reopen911.info

Écrit par : Sylvon | 07/07/2010

Je lisais dans un commentaire une évocation du poids de l'Eglise sur la question du préservatif... Mmmouais... Certes... Mais... Une question m'a toujours titillé quand j'entends qu'on fustige les papes de ne pas faire l'apologie de la capote en Afrique... Au-delà du fait de savoir si cela fait partie ou non du job des papes de faire VRP pour Durex et Mannix (on en demande pas autant au Dalaï Lama, aux Popes, aux autorités des cultes musulmans - pourtant bien implantés en Afriques-, ou au Grand Rabbin de France, etc...)... Je me demandais si ce n'était pas un leurre que de se donner bonne conscience en renvoyant les africains vers la capote... quand on sait que dans les années 80 et 90... la population africaine majoritairement rurale était loin d'avoir un accès au préservatif... Je ne suis pas un spécialiste de l'Afrique, mais qu'en est-il aujourd'hui ? Les Africains ont-ils réellement les moyens d'une prévention à base de latex (plus qu'il y a 20 ans en tout cas)? Je serais curieux de le savoir. Alors... L'Afrique dévastée par le sida... La faute au pape ? Ou la faute d'un système où une partie de l'humanité s'enrichit sur la misère de l'autre ? Je trouve que d'accuser telle ou telle autorité religieuse d'irresponsabilité est un écran de fumée bien pratique pour masquer la cruauté de la distribution des cartes géopolitiques, et le défaut de solidarité manifeste des états les plus riches pour les plus pauvres... Tiens au fait... Savez-vous qu'actuellement les chinois sont en train de racheter les terres agricoles africaines ?

Écrit par : Jack_Addi | 07/07/2010

Je lisais dans un commentaire une évocation du poids de l'Eglise sur la question du préservatif... Mmmouais... Certes... Mais... Une question m'a toujours titillé quand j'entends qu'on fustige les papes de ne pas faire l'apologie de la capote en Afrique... Au-delà du fait de savoir si cela fait partie ou non du job des papes de faire VRP pour Durex et Mannix (on en demande pas autant au Dalaï Lama, aux Popes, aux autorités des cultes musulmans - pourtant bien implantés en Afriques-, ou au Grand Rabbin de France, etc...)... Je me demandais si ce n'était pas un leurre que de se donner bonne conscience en renvoyant les africains vers la capote... quand on sait que dans les années 80 et 90... la population africaine majoritairement rurale était loin d'avoir un accès au préservatif... Je ne suis pas un spécialiste de l'Afrique, mais qu'en est-il aujourd'hui ? Les Africains ont-ils réellement les moyens d'une prévention à base de latex (plus qu'il y a 20 ans en tout cas)? Je serais curieux de le savoir. Alors... L'Afrique dévastée par le sida... La faute au pape ? Ou la faute d'un système où une partie de l'humanité s'enrichit sur la misère de l'autre ? Je trouve que d'accuser telle ou telle autorité religieuse d'irresponsabilité est un écran de fumée bien pratique pour masquer la cruauté de la distribution des cartes géopolitiques, et le défaut de solidarité manifeste des états les plus riches pour les plus pauvres... Tiens au fait... Savez-vous qu'actuellement les chinois sont en train de racheter les terres agricoles africaines ?

Écrit par : Jack_Addi | 07/07/2010

@Jack_Addi: vous avez raison. je suis de votre avis que la faute plutôt "dans un système où une partie de l'humanité s'enrichit sur la misère de l'autre" que de celle "du Pape" et son absence de propagande du préservatif.

Je vais un peu plus loin en posant cette question, même si cela ressemble au syndrome de Mulder dans X-Files: peut-être certains veulent-ils dépeupler complétement l'Afrique de ses habitants? Pourquoi: peut-être pour avoir une terre vierge d'humains afin d'exploiter mieux la terre à sa guise ou pour des essais en grandeur nature sur un fléau à moindre coût?...

Non, je ne savais pas que la pieuvre Chine s'implante autant en Afrique.

Bonne journée

Écrit par : Hibou | 08/07/2010

Et si on ne pouvait simplement pas supporter toutes ces informations sur lesquelles nous n'avons aucune prise ?
Déjà que les infos locales nous désemparent, nous font nous sentir démunis ... mais bon, nous pouvons encore voter pour nos ministres, sensibiliser nos connaissances sur les dangers de rapports sexuels non-protégés, se syndiquer (ou non), donner une pièce ou un sandwich au sdf du coin, s'engager pour l'accessibilité aux personnes handicapées, ...

Mais que pouvons nous faire pour les africains ? Et si on fait qlq chose pour eux, il faudrait penser aux philippins, aux palestiniens, aux tibétains, ...
Toutes ces misères sont insoutenables parce que nous ne pouvons rien y faire ! Alors, pourquoi se faire du mal ? Autant pas savoir, non ?
(et pour se donner bonne conscience, on verse un peu d'argent à MSF ou autre ...)

Perso, je n'ai plus la télé, les infos radio sont très limitées (pas de journal écrit non plus), mais si j'ai le choix, j'achète éthique ou bio (qui a une charte éthique aussi), PEFC ou FSC, j'évite l'huile de palme (mission impossible)... bref que MES actions, au moins, soient les plus respectueuses des gens et de leur (notre) environnement.

Saluons le Figaro d'avoir parlé de cette problématique (même brièvement) plutôt que du faux pli dans le brushing de Paris Hilton qui aurait probablement eu plus d'impact sur la majorité des gens (c'est bien connu, médire fait du bien à notre ego ! c'est plus agréable que d'entretenir notre sentiment de culpabilité).

Écrit par : Laureline | 14/07/2010

Laureline : oui je comprends ce que vous voulez dire : si on n'y peut rien changer, autant ne pas savoir.
D'autant plus que certains médias vous jouer avec notre corde sensible en diffusant des infos seulement dans l'émotionnel et le sensationnel. Ce qui ne nous apporte strictement rien au final.

Mais au fond de moi, fermer les yeux, ça me gêne. Je suis ok que je n'y peux rien changer, mais au fond, j'ai envie de savoir ce qui dysfonctionne dans le monde, comprendre mieux les choses, avoir une vision plus globale, être informé.
Pour essayer d'y réflechir, d'en discuter autour de moi, avec mes enfants : en parler, ce n'est pas grand chose, mais on peut diffuser des idées, des révoltes, et peut être que mis bout à bout, nos petites révoltes individuelles peuvent aboutir à quelque chose.

Écrit par : spyko | 15/07/2010

Je suis tout autant d'accord avec vous !

Mais je cesse de me culpabiliser sur mon ignorance de l'actualité de base (sans pour autant me bercer d'illusions quant aux souffrances dans le monde).
Quand j'ai le temps et l'énergie pour prendre l'information et en discuter avec mon entourage, c'est effectivement ce que je fais. Mais en cette période de ma vie, je me sens déjà tellement submergée pour ne pas dire dépassée par mon quotidien que je ne trouve ni ce temps ni cette énergie ... Ben tant pis ... et c'est sans culpabilité aucune je préfère utiliser mon peu de temps libre à me délasser avec d'autres thématiques (comme la lecture d'un blog psy, par ex ;o)), ce qui n'encouragera aucun rédacteur en chef à parler des injustices de ce monde ... ;o)

Aller, ... je me remets à mes activités !

Écrit par : Laureline | 18/07/2010

Les commentaires sont fermés.