Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2010

Le dernier rendez-vous

La journée se terminait. J'avais vu quinze patients, quinze patients adressés de toute la France, le bouche à oreille les ayant amené des côtes basques, du fin fond de l'Alsace ou des monts du Cantal.
J'avais dit les mots justes, panser les plaies les plus secrètes. J'avais fait repartir en riant les enfants les plus tristes, apaisé les mamans les plus anxieuses, réconcillié les pères et les fils en rupture. A peine les gens avaient ils commencés à m'expliquer leur situation, que tac, se déroulaient dans mes têtes les listes de symtômes, de mécanismes de défenses, de comportements, et tac, à côté les listes de diagnostics se déroulaient en même temps. Un geste, une phrase et hop, je comprenais tout aussitôt, d'instinct, et alors, je disais  LE mot, juste celui qu'il fallait à ce moment là, et j'appuyais, juste là où ça faisait mal, pour libérer les non-dits.

J'étais l'un des psychologues les plus courus du pays, mais il était temps ce soir de retourner à la maison, ma journée touchait à sa fin.
J'allais me préparer quand mon téléphone se mit à sonner. La secrétaire.
"Je suis désolée... Un petit patient... Il n'était pas sur la liste. Je ne comprends pas. Ils disent qu'ils ont fait 800km pour vous voir"
Je regardais ma montre...Allez bah... J'étais certain de résoudre ça en 20 minutes maximum, alors pourquoi pas un petit dernier....

La mère et l'enfant s'assirent en face de moi. Il avait une tête bizarre ce garçon. Vraiment. Il me regardait avec des yeux qui me dérangeaient. C'était très désagréable. Du coup, je n'avais pas écouté les premières paroles de sa maman...Zut...
"...Et donc ça fait des mois qu'il ne parle plus. Du tout. Pas un mot. Rien. Mon mari et moi, on n'en peut plus....
"Tres bien madame, alors nous allons commencer par.....   Zut... Euh dites, moi... Il n'arrête pas de me dévisager depuis votre entrée....C'est vraiment très gênant...Il fait toujours ça ?
"Pardon ?....Vous croyez ? ...Ah...Mais oui, vous avez raison...Chéri...Pourquoi tu regardes le psychologue comme ça dis ?

Ses yeux me transperçaient. Je sentais un mal de tête venir en moi... Il me faisait vraiment bizarre ce regard...L'espace d'un instant, je cru reconnaitre dans ses pupilles la même lueur, la même étincelle que...
Mais non ce n'était pas possible. J'avais l'impression qu'il avait le même regard que moi enfant....Souvenirs lointain de vieiilles photos, souvenirs de mon regard... Foutaises oui !

"Alors mon bonhomme, reussis-je à articuler malgré la douleur qui me vrillait le crâne. Qu'est ce qui t'arrive ? Tu sais, à moi, tu peux dire tous tes secrets... Je suis sur que quelque chose t'as fait peur pour que tu gardes le silence... Tu vois, je sais beaucoup de choses moi...Alors, tu veux m'expliquer ?

Le gamin me fixa encore plus intensemment et doucement, comme dans un film au ralenti, il ouvrit sa bouche. Avec une lenteur exaspérante...Oh ce môme ne pouvait il pas se dépêcher un peu ? Il ne pouvait pas faire comme les précedents non ! J'avais si mal au crâne !

La mère se tourna vers moi, folle de joie
"Il ouvre la bouche, regardez ! Il ouvre la bouche, il va dire quelque chose !

Je la regardais avec l'air blasé de celui qui voit le même miracle s'accomplir tous les jours...

Le petit n'en finissait pas d'ouvrir sa bouche grande, encore plus grande.
Soudain, un son strident en sortit... Une horreur de son aigü et assourdissant.... Ce petit con hurlait à m'en percer les tympans...
"Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !
La mère se tourna vers moi en se bouchant les oreilles.
"Faites quelque chose, criait-elle, c'est horrible...Mais faites quelque chose je vous dis  !

"Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

Le gamin n'en finissait pas de hurler.... J'avais si mal à la tête...
Il hurlait tout en restant parfaitement immobile sur sa chaise. Il hurlait en me regardant de ses grands yeux bleus qui ne cillaient pas.
Son cri me torturait, ses yeux fixes me brulaient...Il était tard, j'étais si fatigué....Mais pourquoi criait-il encore ?
Je posais ma tête entre mes bras sur le bureau. Je ne savais plus quoi faire. Je ne voulais pas croiser le regard de la mère pour qu'elle voit mon impuissance. Je ne voulais plus croiser le regard de ce mome... Je voulais juste qu'il s'arrête de crier...

Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !...........Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiippp !

BBBBBBIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP !

J'écrasais le radio réveil d'une main.

Quel rêve imbécile...!
En me levant, je sentis aussitôt que la journée démarrait bien : j'avais un putain de mal de crâne.

 

 

Commentaires

hé ben c ça à force de dire que les gens pensent que tu devrais régler les problèmes en 3 secondes lol

Bon je te laisse faire l'interprétation du rêve, ça me parle jamais moi!

Écrit par : Opale | 20/06/2010

Si je puis me permettre, ça fout légèrement mal à l'aise ce récit oO
Sinon, la lecture du billet est un plaisir :D

Écrit par : Mottate | 20/06/2010

Le début de l'histoire me paraissait bizarre, je me suis dis "quelle notoriété?" (des patients venant de toute la France, hum!!!), je sentais une fin aussi bizarre, (j'ai été tentée d'aller direct à la dernière ligne). Quel rêve!! Comment se sent on à part le mal de crâne? Quand au réveil qui sonne en plein milieu d'un rêve, je déteste ça, sans fin, on reste sur sa faim.

Écrit par : totem | 20/06/2010

Opale : oui ca y est, j'étais devenu celui que les gens attendaient tous, celui qui résoud tout en 3 secondes et demi

Mottate : mal à l'aise certes, il y a toujours une inquiétante étrangeté dans les rêves non ?

Totem : comment ça, ma notoriété ne s'étend pas à la france entière ? et tu me dis ça comme ça ?....Aie...
En tout cas, non, c'est pas un "vrai" rêve. Juste que j'ai relu quelques nouvelles récemment de Dino Buzzati, dans "Le K", et que cette ambiance m'avait titillé.

Écrit par : spyko | 20/06/2010

C'est vraiment très fort ! Tu arrives même à guérir des radios-réveils muets ! Tiens, je vais faire un néologisme pour cette spécialité innovante qu'est la psychologie de la technique, c'est de la... "technologie". Ca sonne bien, en plus !

Écrit par : Sylvon | 21/06/2010

Ben voyons ! Un mal de crâne dès le matin... En faisant des rêves délirants... Et après ça, tu oseras me dire que tu ne picolles pas le week-end (cf commentaires "Courrier des lecteurs (1)" ) !

Tu sais, le reconnaître est déjà un premier pas vers la guérison... A quand ton récit sur ton programme en 12 étapes ?

:-D ! Evidemment !

A plus

Écrit par : Jack_Addi | 21/06/2010

Sylvon : très bon !
La psychothérapie des radio réveils, c'est super technique, rigole pas.
"Bonjour je viens vous voir car je sonne trop fort"
"Bonjour je viens vous voir car je peux pas m'empêcher de grésiller".
Que de souffrances...!

Jack Addi :
Mais c'est un vrai complot ! Je ne suis pas alcoolique !
Déjà le patron du PMU en bas de chez moi qui me dit ça hier soir, parce que j'ai légèrement manqué la porte en sortant de chez lui vers 21h00.
Ma femme qui refuse de me servir mon troisième gin vodka, alors qu'on était en week end, quoi, zut à la fin.
Et toi maintenant.
Après on s'étonne que je fasse des rêves bizarres, mais tout le monde en a après moi !

Écrit par : spyko | 21/06/2010

Excellent !

Écrit par : Chab'instit | 21/06/2010

Agressé par son réveil matin et par le coms, ouah ! Spyko nous fait un complexe de persécution, il va nous péter un câble :) Bon à sa décharge il est entrain de lire de nouvelle de Dino Buzzati, qu'est ce que ce serait s'il avait lu des nouvelles de Clark Ashton Smith!!!

Écrit par : totem | 21/06/2010

Allongez-vous et racontez-moi tout ça!... Je suis sûre qu'on va trouver des tas de trucs intéressants...

Écrit par : Med'celine | 22/06/2010

Totem : Je connaissais pas C.A. Smith, mais apres avoir farfouillé sur le net, a priori, c'est pas mal niveau ambiance effectivement !
Buzzati, ça reste soft...!

MedCeline : t'as pas idée de ce qu'on peut découvrir sur moi dans cet article... C'est à la relecture et en y réflechissant à tête plus reposée que je m'en suis aperçu...
J'espère être le seul à avoir les clefs ! ;-)

Écrit par : spyko | 23/06/2010

Les commentaires sont fermés.