Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2010

Aide ton prochain

Je connaissais déjà cette maman pour avoir vu son fils lors de ses passages à l'hôpital il y a quelques années.
La secrétaire me dit qu'elle appelle pour sa fille.
Ah ? Je ne savais pas qu'elle était suivie chez nous pour des problèmes médicaux.
Je prends la maman au téléphone

"Non, elle n'est pas suivi médicalement chez vous. Mais comme vous avez suivi le grand quand il était malade, comme ça s'était bien passé, on s'est dit que vous pourriez voir notre fille.
"C'est gentil, oui. Mais je suis psychologue du service du pédiatrie, donc je vois les enfants hospitalisés ou malades suivis ici. Pas les autres.
"Oui mais...(longues explications pourquoi je suis le meilleur, le plus beau et le plus gentil des psychologues à 100 km à la ronde, suivies de longues explications pourquoi sa fille est malheureuse et la maman aussi et que ce serait vraiment très gentil de les recevoir)

Je craque. Je donne un rendez vous.

Je me retrouve devant une jeune fille de 8 ans, qui hormis une légère timidité, un petit manque de confiance, n'a pas de soucis psychologiques majeurs. Si on exclut l'hyper anxiété maternelle...
J'explique mes conclusions à la maman : rien d'inquiétant, ça ne justifie pas forcemment un suivi à mon avis.
La maman de me donner x arguments d'inquietude : école, maison, tout y passe. Non, ça ne va pas, sa fille a besoin de parler.
Je recraque. Je redonne un rendez vous un mois plus tard.

Et pendant un an, sans trop avoir de recul là dessus, j'ai suivi cette jeune fille. Certes j'ai pu l'aider sur les petits troubles qu'elle présentait. Mais surtout, à chaque séance, la maman me redisait de nouvelles inquietudes, de nouvelles paroles de l'enfant qui justifiaient de continuer le suivi.
Jusqu'à cette derniere consultation : là j'étais sur de moi et regonflé ! La jeune fille avait bien pris de l'assurance, les thèmes un peu anxieux dont elle parlait auparavant étaient très améliorés, ses dessins étaient plus vivants, moins controlés, l'école progressait. Bref, tous les clignotants étaient au vert, enfin, je pouvais dire à cette maman que c'était fini ! FI-NI !
Je préparais déjà mentalement mon argumentaire béton en allant la chercher dans la salle d'attente, après avoir vu sa fille. C'était la derniere consultation, j'étais prêt à me battre pour ça (non mais !)

Je lui explique donc les progrès, les constats de ce jour, le suivi depuis un an : et je lui dis que voilà, le travail touche à sa fin, que l'on peut arrêter.
La maman me regarde et enchaine tout de suite, avec une petite voix cassante :
"Ah ben je suis contente, mon mari et moi on en a parlé hier justement, on commençait à trouver que ça faisait long tout ça  !"

(Calme...Caaaalme... Caaaaalme.....)

 

19:21 Publié dans Hopital | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook

Commentaires

N'est-ce pas Freud qui disait que la plupart du temps, quand le travail thérapeutique touchait à sa fin, les patients disaient avoir toujours su ce dont ils avaient parlé en séance ? Et sortaient en ayant souvent eu l'impression que leur yeux être était "venu tout seul", sans que l'analyse y soit pour quelque chose ? Et bien figurez-vous qu'il pensait même, au-delà du côté peu gratifiant de la chose pour l'analyste, que c'était en fait la meilleure sortie de cure possible (disparition du symptôme et détachement affectif par rapport à la personne du psy - chute du transfert). Bref... Quand ils nous balancent comme un vieux truc inutile... C'est que nous avons bienfait notre travail !
Réjouissez-vous. ;-)

Écrit par : Jack_Addi | 19/05/2010

En fait, tu sentais que la mère voulait arrêter, alors pour ne pas te sentir rejeté, tu as conçu ton argumentaire de fin de thérapie, histoire de te convaincre que l'idée est de toi. Typique, le summum de la paranoïa.

C'est dommage d'avoir ruiné une thérapie pour si peu. En y mettant le temps nécessaire, elle aurait bien fini par te soigner, cette petite fille.

( Ah ? vraiment ?

Bon.

C'est là, la porte ? )

Écrit par : plouf | 19/05/2010

Excellent Plouf ! Excellent vraiment, je rigole comme un fada devant mon écran.


Jack Addi : Ah ben oui, si j'analyse ça du coté transférentiel, tout est liquidé, l'enfant va mieux, on est quittes.
(et en prime, j'ai bien fait mon boulot, lol)
J'aime bien votre analyse ;-)
Je vais finir par vous demander de faire ma supervision, vous l'aurez bien cherché.
(quoi qu'à l'hopital, avec le nez sur le guidon tt le temps, des temps de prise de recul et de reflexion ne seraient pas superflus)

Écrit par : spyko | 19/05/2010

la maman était peut être un peu amoureuse du psy?

Écrit par : totem | 19/05/2010

OK pour votre supervision... Mais, je vous préviens... Je suis hors de prix ! Surtout avec les collègues qui ont un job ! Et par internet si vous voulez... comme ça ça sera plus pratique ! :-D
Je plaisante, bien sûr... Vous savez tout le bien que je pense des consultations par internet ! Mais... Mieux vaut que je le précise pour les autres lecteurs... Je ne voudrai pas passer pour un de ces charlatans que je conspue !

Écrit par : Jack_Addi | 19/05/2010

Totem : ben c'est ce que je me suis demandé. Pas forcement amoureuse, mais en tout cas, heureuse de l'attention et de l'écoute qu'elle pouvait trouver, sous le pretexte de venir pour son enfant.

Jack Addi : quoi que, même par net interposé, vous arrivez tout de meme à pointer des choses pertinentes. Vous allez voir, encore quelques années, et on en sera à trouver ça très bien, les consultations par internet....

Écrit par : spyko | 20/05/2010

Et comme pour les psys pour animaux laisser jouer la fille et laisser la mère exprimer le but réel de sa démarche non?
Ou alors du tranxene oui aussi...

Bon bref plus sérieusement, je ne sais pas pourquoi mais moi je creuserais du coté maternel... comme ça au feeling...

Enfin bref et en attendant je remarque que MOOOOOsieur se fait une clientèle au frais du contribuable et pique du boulot à ses collègues libéraux qui crèvent la dalle : Salaud!! Social traitre !!! Le peuple aura ta peau !!!


;))))) (tout ceci est une blague hein, nous sommes d'accord)

a+

yann (aka mister polémique)

Écrit par : yann | 20/05/2010

Yann : Ouais, parfaitement, je m'assure une file active de patients pérennisée avec les mamans anxieuses.
C'est tout bénéf : l'enfant va bien. Donc,quand je vois l'enfant seul, je n'ai rien à faire que 45 mn de garderie et de coloriages.
Au final, la mère est rassurée car il est suivi. Moi je glande pendant 45 mn. Et je peux donner des stats de consults remplies à la direction.

Bien comme plan non ?

(message à caractère informatif : il semblerait que se loge dans ce commentaire un éventuel second degré. Be careful.)

Enfin, eh, en vrai, j'ai quand même essayé x fois de dire à la maman que le suivi pouvait s'arrêter ! Je suis honnête, moi, môssieur !

Écrit par : spyko | 20/05/2010

Vi et t'as pensé à facturer les séances : "votre enfant n'est pas hospitalisé donc vous devez me payer?"

Non, comme ça pour voir...

Ok, allez y lapidez moi...

;)))

yann

ps : Et ben j'avais compris le second degrés d'abord. Du coup moi aussi j'en fais un peu...

Écrit par : yann | 20/05/2010

Les consults avec les psychologues ne sont jamais facturées par l'hôpital : ce sont des actes gratuits car il n'y a pas de nomenclature pour les psys, la sécu ne rembourse rien.
Tu crois que je peux demander aux parents qui consultent "pour rien" de me faire des chèques à l'ordre de "Nouvelles Frontières" ? Ca fera pas trop bizarre ?

Écrit par : spyko | 20/05/2010

Respire, respire, ça va passer !!!
Je comprends en tous cas, j'imagine assez bien le tableau.

Écrit par : Chab'instit | 20/05/2010

Je respire et ça va mieux...ppffff

Écrit par : spyko | 21/05/2010

Ben si vraiment tu es embêté de mettre nouvelles frontières tu peux toujours mettre "Monsieur Frat" ou "yann frat" ou "infirmier yann frat"...
t'as le choix hein...
Promis ca restera entre nous...

;)))

a+

yann

Écrit par : yann frat | 21/05/2010

Ben si vraiment tu es embêté de mettre nouvelles frontières tu peux toujours mettre "Monsieur Frat" ou "yann frat" ou "infirmier yann frat"...
t'as le choix hein...
Promis ca restera entre nous...

;)))

a+

yann

Écrit par : yann frat | 21/05/2010

Les commentaires sont fermés.