Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2010

L'expérience du Chamallow

Trop dur de se contrôler quand on est petit...
Une expérience de psychologie peut être pas très éthique mais néanmoins très drôle

 

Commentaires

j'adore: rhoo les pauvres quand même c sadique lol, ma préférée celle qui l'a à moitié mangé et qui repose dans l'assiette genre ça se verra pas !

Écrit par : Opale | 18/05/2010

suis pas sûr que ce soit trop dur parce qu'on est trop petit. Es ce que je tiens face a un morceau de chocolat ?


Vous êtes trop méchant! na

euh je plaisante ! un coup de caprice quoi ?

Écrit par : Myriam | 19/05/2010

Si, c'est en lien avec l'âge :

Notion de temps (pour se representer qu'on aura mieux à l'avenir)
Savoir compararer et estimer deux choix
Savoir maîtriser une pulsion

Tout ça fait appel à des notions qu'un tout petit n'aura pas forcement acquises

Écrit par : spyko | 19/05/2010

bon suis une eternelle enfant alors !!! troooop tard

(ok elle est facile celle là)

Écrit par : Myriam | 19/05/2010

Dur comme expérience pour un enfant, mais quand on les éduque ont fait un peu la même chose sans s'en rendre compte, genre si tu es sage ou si tu attend, tu auras droit à ceci ou cela et on table sur quelque chose que l'enfant aime par dessus tout. De toute façon avec une jeune enfant on n'a pas le choix non?

Écrit par : totem | 19/05/2010

C'est peut-être amplifié chez les enfants, mais ce n'est pas du tout spécifique !
Sevrage tabagique, alcool, désordres alimentaires, c'est exactement PAREIL !

De nombreuses études ont démontré que, lorsqu'un être humain doit choisir entre deux récompenses, deux facteurs interviennent : la taille de la récompense et sa proximité.
Lorsque l'on a le choix entre une grosse récompense lointaine ("ne pas faire un infarctus dans 10 ans") et une petite récompense immédiate ("le plaisir d'une bonne petite clope là, maintenant, tout de suite"), le choix est tout sauf évident.
Y compris chez un adulte qui se voudrait rationnel parce que, justement, la rationalité n'est pas vraiment possible entre deux choix fondamentalement incomparables. Même si on voudrait nous le faire croire.

Pour reprendre l'expérience du chamallow, entre subir 10 minutes d'attente torturée pour un deuxième chamallow ou bien s'enfiler tranquillement le premier et quitter cette pièce ennuyeuse en renonçant au second (comme la petite rouquine de la fin), je ne sais pas du tout quelle est la "bonne réponse". Et pourtant, j'ai la notion du temps, des capacités de comparaison et de maîtrise de moi...

Par contre, je sais très bien quelle est la "bonne réponse" au regard des valeurs et des usages de notre société et de notre morale occidentale. On nous a tous raconté la Cigale et la Fourmi quand on était petits, non ?

Écrit par : Borée | 19/05/2010

Bon... ça passera pour cette fois... Ce n'est tout de même pas aussi sadique que l'expérience de Milgram (où le plus sadique est en fait l'expérimentateur qui est là pour observer l'expression du sadisme de celui qui envoie les décharges... sans se préoccuper de tous les effets de culpabilité qui lui reviennent dans l'après coup dans la figure en se désillusionnant sur ses capacités d'empathie pour celui qu'il électrocute)... Mais bon... N'y revenez pas où j'appelle le 119 ! :-)

Écrit par : Jack_Addi | 19/05/2010

Boree : tu n'as pas tort sur le fond, oui. Je n'avais pas vu cette video avec cet oeil là, mais comme tu le soulignes, les comportements de santé, c'est exactement la meme chose : différer un plaisir pour atteindre un objectif important mais lointain.
Quant à savoir si la bonne réponse attendue dans cette vidéo est socio normée, peut être oui effectivement. Est ce qu'une réponse purement hédoniste "j'ai faim donc je mange tout de suite et je me barre de cette expérience qui m'ennuie" serait inadaptée ?
Zut, voilà que je me pose encore plus de question au final ! C'est pas bien Dr Borée ;-)

Jack Addi : merci de votre mansuétude. Je l'ai échappé belle !

Écrit par : spyko | 19/05/2010

Est ce qu'une réponse purement hédoniste "j'ai faim donc je mange tout de suite et je me barre de cette expérience qui m'ennuie" serait inadaptée ?

Je ne pense pas que cette réponse est inadaptée, puisqu'à l'heure actuelle c'est ce que recherchent beaucoup, mais pourrait-on digérer des frustations incontournables?

Écrit par : totem | 19/05/2010

bonne question totem, oui.
C'est vrai que c'est utile de savoir supporter la frustration, ou du moins une frustration immédiate pour un bénéfice plus grand ensuite. (sinon je me leverai jamais le matin, moi !).
Mais est ce qu'on peut inférer cela sur cette expérience ? Est ce que l'enfant qui mange tout, tout de suite est inadapté ?

Lol, depuis le commentaire de Borée, je deviens bcp plus circonspect.
En tout cas, c'est bien, ça me fait réflechir ;-)

Écrit par : spyko | 20/05/2010

C'est intéressant... mais que c'est dur pour ces petits loulous ! Combien de temps devaient-ils rester sur leur chaise ?
J'ai trouvé intéressante la réaction du petit qui a tenu mais qui a souffert pendant l'attente. Il a patienté mais je ne suis pas certaine qu'il ait pris beaucoup de plaisir à avaler d'un coup ces deux chamallows !
Sur ce, je vais aller me chercher un peu de chocolat.

Écrit par : Chab'instit | 20/05/2010

Lors d'une conférence de D. Servan Schreiber de passage par chez nous, j'ai appris que cette expérience avait pour but l'évaluation de l'intelligence émotionnelle des enfants de 4 ans.
Il parait donc que le contrôle qu'ont ces petiots sur eux-mêmes pendant ce test indique plus fiablement qu'un test QI une éventuelle future réussite d'études universitaires.

Le QE permet (entre autres) à l'Homme des faire des choix basés sur des désirs, envies et non sur de l'objectif pur, ce qui est impossible et épuisant car cela demanderait de faire une liste exhaustive des + et des - (ce qui pour le choix entre la sauce mayo ou ketchup pose quelques difficultés).
Bref, il est possible de vivre (oserais-je dire "heureux") avec un QI réduit, mais l'absence de QE rend la vie impossible ! (vu lors d'un traumatisme au cerveau très précis détruisant les connections entre le cortex et les cerveaux "primaires" (mammilien et reptilien) lieux des émotions : le gars a tout perdu : femme, boulot, joie de vivre, amis, ...).

Merci pour ce blog que je découvre et apprécie déjà beaucoup !

Laureline

Écrit par : Laureline | 29/05/2010

Laureline : merci de ton apport, je ne savais pas que c'était à la base pour le quotient émotionnel.
La part des émotions est en effet très importante dans notre façon de penser, beaucoup plus que ce qu'on est prêt à reconnaitre.
Et effectivement, sans émotion, et sans une part un peu subjective, il y a tas de choix qu'on ne peux plus faire dans la vie.

Écrit par : spyko | 31/05/2010

J'adore ! Je partage et fais suivre !

Écrit par : Gaelle | 08/07/2010

Je trouve ça terrifiant.
On pourrait intituler cette expérience : "Comment apprendre l'obéissance imbécile par la promesse d'une récompense illusoire."
La seule réaction "critique" est celle de la fillette à 3 min qui boulote son bonbon sans tenir compte de l'ordre donné et s'en va pour ne pas s'ennuyer parce qu'elle sait qu'elle aura d'autres sucreries (autant qu'elle voudra ?!) ensuite et sans effort.

Écrit par : Le Maître des Bouviers | 16/09/2011

Oui on peut se demander effectivement qui a le comportement le plus adapté

Écrit par : spyko | 20/09/2011

Les commentaires sont fermés.