Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2010

Dessins d'enfants

Si il y a une chose que je ne fais pas en consultation, c'est bien l'interprêtation des dessins d'enfants.
Je sais que tout un tas d'auteurs, qui ont produit tout un tas de livres sur le sujet, sont intimement convaincus qu'il y a des clefs, des significations secretes et universelles dans le dessin d'enfant.
Si la maison a une fenêtre de travers, ah ah, attention, alors ça veut dire que...
Si la cheminée penche à gauche, oh là, probablement sexuel mon brave monsieur.

Ca m'agace, moi, qu'on croit qu'il y ai quelque part un grand manuel de décodage des dessins d'enfants, qui dirait que pour chaque détail,correspond UNE signification univoque.
C'est comme pour les rêves. On voit fleurir des tas de manuel d'interprêtation des rêves, mais encore une fois : je ne partage pas ça. Il n'y a pas d'interprétation unique d'un rêve.
Si je rêve que j'ai un blog sur le net (ouais je sais je fais des rêves bizarres), ca aura une certaine signification pour MOI et seulement moi. Si ma femme fait le même rêve, je suis persuadé que ca aura pour elle une signification différente, car elle a une autre histoire, une autre personnalité (et accessoirement, pas un blog aussi chouette que le mien, non mais).

Ce que je dis pour les dessins d'enfants, ce n'est pas qu'ils ne revèlent rien de l'inconscient. Ca, je suis convaincu du contraire : on exprime dans le dessin des choses qu'on ne dit pas autrement,  ca me semble une évidence.
Ce que je dis, c'est qu'il n'y a pas de clefs univoques, de grille d'interprétation valable pour tous. La cheminée de travers, ça va vouloir dire 1000 choses différentes pour 1000 enfants qui l'auront dessiné.
Les grands gourous de la psychologie qui ont un avis tranché sur tout, méfiez vous. Avec eux, tout est toujours simple. Mais la vraie vie, c'est pas comme ça !

Ca m'ennuie quand des parents affolés me disent "mais il dessine en noir en ce moment...Je suis tres tres inquiete...Je lui ai interdit le noir, ça va l'aider j'espère !"...
Idem : à part un gros lieu commun (on est triste, on voit tout en noir, donc on dessine en noir), je ne vois pas là dedans une vérité absolue ou scientifique. Certains gamins qui vont bien vont dessiner en noir. D'autres dépressifs ne vont pas l'utiliser. Si on a des dessins noirs, on va déjà en parler à l'enfant. Chercher d'autres signes éventuels de dépression et recouper les éléments. Et pas faire une interprétation magistrale sur UN élément isolé

Je ne sais plus où j'avais lu cet exemple édifiant de l'analyse sauvage du dessin (si quelqu'un l'a lu aussi, qu'il me le dise).
C'était une maman qui racontait avoir emmené son fils chez la psychologue. Le chérubin fait à la demande de la psy un dessin de la famille. Où le père prend une place immense sur le dessin.
La psychologue explique alors à la mère que son fils a de graves soucis dans la representation familiale, oedipe, machin, ouh là là, c'est inquiétant tout ça.
Et la mère de lui dire : "Euh...C'est à dire, mon mari mesure plus de deux mètres, je pense juste qu'il a dessiné la réalité"...!

Et boum.

Alors ce que j'en dis ? Que le dessin de l'enfant contient beaucoup de choses de l'inconscient, ça c'est clair.
Mais les dessins n'ont pas de signification universelle et toujours valide, ils n'ont qu'une signification pour le sujet lui meme.
Donc quand quelque chose m'étonne dans le dessin, je fais verbaliser l'enfant dessus, je le pousse à faire des associations, j'essaie de comprendre ce que Lui, cet enfant là, en face de moi, a voulu dire dans ce dessin.

Je me souviens d'une petite fille de cinq ans en consultation.
Elle me dessine une maison, un arbre. Banal. Puis un oiseau, mais au sol. Avec son nid à coté. Pas banal ça.
Je lui demande ce qu'elle  a voulu faire.

"C'est un bébé oiseau. Son nid est tombé"
"Ah bon ? Et qu'est ce qu'il va lui arriver alors ?
"Ben....Il a plus sa maman... Il va mourir le bébé"
"Tu crois qu'il va mourir ?"
"Oui...Et là il est mort...Je l'efface" (elle gribouille sur l'oiseau et le nid)
"Et sa maman elle est où ?"
"Dans un autre nid. Avec un autre bébé".

J'appelle la maman. Je lui raconte l'histoire. Et je vois des larmes couler le long de ses joues.
"J'ai....J'ai perdu un enfant...Juste avant ma fille... Une fausse couche...Ma grossesse était déjà bien avancée.."
"Le bébé tombé du nid...Je comprends"
"Oui mais....Je n'ai en jamais parlé à ma fille...Ce n'est pas possible qu'elle le sache !
"Il faut croire qu'elle l'a entendu pourtant. Ou qu'elle a plus ou moins compris les non dits...

 

 

 

11:19 Publié dans Hopital | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Facebook

Commentaires

c'est vrai que les dessins d'un enfants contiennent beaucoup de chose de leur inconscient (j'ai pu le voir avec mes filles qui dessinaient beaucoup), mais pas toujours, cela peut être aussi un amour pour le dessin car ma 2è fille à orienté ses études dans le dessin et je peux vous dire que dessiner une maison en forme de champignon dans le désert (ma 2è fille) aurait fait poser des tas questions à un psy. en réalité après questions, elle trouvait tout simplement que c'était plus joli comme ça. Donc il s'agissait juste de l'imagination de sa part, qualité qu'elle a gardé aujourd'hui et pour dessiner c' est important.

Écrit par : totem | 13/05/2010

L'anecdote du dessin au père immense et à la mère minuscule, c'est dans Desproges. Dans les /Chroniques de la haine ordinaire/, je crois.

Écrit par : Frogman | 13/05/2010

Dans le même état d'esprit un psy nous avait raconté qu'un jour, dans une école, il y avait eu une grosse réunion de crise autour d'un enfant qui s'isolait dans la cours et ne jouait pas avec les autres. Donc grosse prise de tête chez les psy : depression? autisme? maltraitance? abus sexuel? Suicide? Prison? Drogue? Sans trop se décider...

La réponse est venue de la mère quelques semaines plus tard... Il fallait juste l'amener chez ophtalmologue car le gosse ne voyait pas bien la balle dans la cours et ne pouvait l'attraper...

Depuis tout va bien.

Donc analyse oui, analyse sauvage non...

;)))

a+

yann

Écrit par : yann | 13/05/2010

J'aime bcp mais alors bcp bcp ton raisonnement face à tout cela, pour moi c ça les vrais psys, des gens qui avant de tout chercher dans un bouquin restent ancrés dans la réalité (elle est comme ça ma psy c pour ça que je la trouve géniale ,na)

Et alors le coup du papa de 2 mètres, j'aurais aimé voir la tête de la psy qui était déjà sûre de son diagnostic lol

Écrit par : Opale | 13/05/2010

Ah ! Cher Spykologue !

Comme c'est rassurant de rencontrer des collègues ayant un minimum de bon sens ! Le fait mérite d'être souligner parce que franchement... ce n'est pas aussi courant que cela. Je partage tout à fait votre point de vue. On devrait envoyer au pilon tous ces manuels d'interprétation des rêves ou ces grilles d'analyse des dessins de l'enfant.

Ces monuments d'obscurantisme qui se réclament de la psychanalyse (et dont nous avons hérité grâce aux délires spiritualistes jungiens sur l'inconscient collectif), en lui faisant honte, oublient en effet, qu'il n'y a d'inconscient que singulier ! Que chaque sujet a un système de représentation qui lui est propre, et que de ce fait le détail d'un rêve ou d'un dessin n'a jamais de signification que mis en perspective avec l'ensemble du rêve ou du dessin, et que seul le discours et les associations que le sujet pourra tisser au sujet de son rêve (cf l'interprétation des rêves de Freud !) pourra éventuellement contribuer à ce que l'inconscient s'exprime.

Vous trouvez en effet, des "psys" qui prétendent pondre une interprétation à partir du simple texte d'un rêve... ou en regardant le dessin sans même discuter plus que cela avec le rêveur ou le dessinateur... Une hérésie interprétative. Si on prétend donner dans l'interprétation des manifestations de l'inconscient, encore faudrait-il le faire en étant bien au clair sur ce que sont l'inconscient, la psychanalyse et son éthique, et ne pas tout mélanger pour aboutir à une pratique de la psychologie qui ressemble plus à de la divination, et qui renseigne davantage sur les fantasmes du prétendu clinicien que sur ceux du sujet dont il prétend parler à sa place, en plaquant projectivement du sens et en faisant l'économie de l'écouter.

A propos... Lors du procès d'Outreau, c'est sur la base des interprétations très sexualisées et très tirées par les cheveux (lors du second procès cette dame s'est ridiculisée atrocement) des dessins des enfants d'une pseudo-experte psychologue a contribué à envoyer des innocents en taule... On voit la haute fiabilité de cette "technique", pour prouver ce qu'on a simplement envie de voir.

Bref... Le dessin avec l'enfant, comme vous nous l'illustrez si joliment, ça ne sert à rien de plus, au même titre que le jeu, qu'à faciliter la parole de l'enfant et ses associations en cours de séances, et dans le cadre du transfert (ce qui devrait réserver l'usage de l'interprétation du dessin qu'au cadre thérapeutique)... Que le dessin soit fait en effet dans le cadre de la relation transférentielle est un point capital : l'enfant ne dessine pas forcément la même chose, et ne bâti pas le même discours au sujet de son dessin en fonction de la personne pour qui il dessine. Les dessins et les histoires racontées au psy ne sont pas forcément celles adressées aux parents... Et toute interprétation du contenu d'un dessin hors de son contexte transférentiel ne peut être que profondément erronée...

Ce serait bien en effet, de ne pas oublier que la technique psychanalytique, c'est un tout. Et que l'élucidation de l'inconscient par le biais d'interprétation, ça ne se fait que dans la prise en compte du transfert... Or ces manuels et ceux qui s'y réfèrent l'oublient très souvent.

Je suis effaré de voir, sur cette question, comme sur d'autres, comment la psychologie dite clinique utilise le savoir psychanalytique de façon souvent partielle et détournée et en le galvaudant. Sur cet exemple précis, vous nous en donnez une belle illustration. Et je vous suis reconnaissant de le dénoncer.

Cordialement,

____________________________________

PS : Conseil aux parents : quand vos enfants vous font un dessin... Ils attendent juste qu'on leur dise merci et qu'il est très joli. Rien de plus.

Écrit par : Jack_Addi | 13/05/2010

Totem : un champignon dans le désert ? Hmmm mais c'est très inquiétant ça. Champignon, forme phallique, le désert, la mort...Aie... Moi je suis super inquiet!!!
;-)

Frogman : Un grand merci ! c'est effectivement dans Chronique de la haine ordinaire (que je viens de retrouver dans ma bibliotheque). J'ai un peu remanié l'anecdote dans ma mémoire (le papa ne mesurait que 1,93 m) mais bon l'essentiel y était !

Yann : tt à fait : un comportement pose problème, on analyse d'abord avant de foncer sur des réponses toutes faites.
(J'ai déjà eu "ma fille bat des mains quand elle est contente, elle est autiste hein ?", devant une adorable demoiselle de deux ans, sourire malicieux, grand yeux rieurs, contacts excellent, bavarde, etc....)

Opale : manque juste la photo de la tete de la psy au moment de la révélation finale !

Jack Addi : merci des ces commentaires étayés que je lis avec grand plaisir, vraiment.
La part transférentielle dans le dessin, c'est effectivement quelque chose que j'aurai du aussi abordé, merci de le souligner.
Quant à Outreau...Ah on pourrait en dire ! Moi j'ai déjà vu un signalement judiciaire partir car un enfant de maternelle avait dessiné...un zizi sur un bonhomme....
En pleine période de découverte du corps,des organes sexuels... Sans meme prendre le temps de parler un peu avec le marmot pour savoir ce qui pouvait se passer.
(idée de post, tiens, les leçons d'Outreau )

Écrit par : spyko | 13/05/2010

Bonjour.

Que voilà une note qui me parle. Mon fils, bientôt 9 ans, a été suivi pendant un an au cmpp à la demande de l'école parce qu'il avait un réel problème à l'autorité.

J'étais reçue en entretien une fois par mois pour parler du cas Timousse qui ne s'arrangeait pas, loin de là. Et ce jour là, elle me montre un dessin de mon fils. Elle lui avait demandé de représenter sa famille, il l'a fait.

Il y avait le père, la mère, la soeur et lui, la plage et le sable blanc, le soleil et le ciel bleu et notre volier juste à côté (nous vivons sur un bateau).
Et bien elle m'a tendu le dessin en me disant texto "il est trop parfait. Regardez les autres dessins, il tue son père, ou le grand frère est en cendre ou .... mais là, rien. Juste de l'amour et du rêve."

On rentrait de vacances, un mois passé en mer et dans des mouillages désertiques.
Mais pour cette dame, mon fils se mentait à travers ses dessins et cherchait à représenter sa famille sous un angle parfait, ce qui est impossible. Et elle a conclu par "il y a effectivement trop d'amour dans cette famille".

J'étais sidérée. Et ça m'a pas mal destabilisée. J'ai fini par arrêter le suivi de mon fils, en suivant l'avis d'un autre psy du privé.

Par contre, les dessins de ma fille à son âge étaient eux porteurs de messages douloureux, très. Et c'était sa façon de communiquer. Ca nous a beaucoup aidé à l'aider.

Alors oui, des fois un dessin ne raconte que ce que l'enfant veut raconter et vouloir à tout prix l'analyser négativement ne peut de surcroit que perturber plus encore une famille déjà fragilisée par la vie.

Merci pour cette note qui me renforce dans mes convictions.

Écrit par : kaliuccia | 13/05/2010

Tout ça me rappelle mon fils de 4 ans et sa période noire : il coloriait tous ses dessins en noir ... ce qui m'avait un peu inquiétée. Puis j'avais discuté un peu plus avec lui pour finir par apprendre qu'il dessinait Batman partout !

Écrit par : dge | 14/05/2010

Aaaahhh que je suis rassuré ! Le nombre de fois qu'on m'a parlé de "Dessine-moi un arbre ou un cochon, et je te dirai qui tu es" ! Ouf ! Personne ne saura donc à travers mes dessins quelle est ma personnalité secrète. Gnark gnark gnark !

Blague à part, le fait de supprimer la couleur noire est complètement idiot... ça revient à éliminer un symptôme en croyant que le problème disparaîtra aussi. Quand un enfant a la rougeole (vive le vaccin), ce n'est pas en faisant partir les boutons à la cortisone qu'on va le guérir. Les gens n'ont plus de bon sens...

J'adore ce blog, il va falloir que je lise les archives.

Écrit par : Sylvon | 14/05/2010

Kaliucccia : dessin trop parfait et trop d'amour dans la famille ? En voilà un drôle de diagnostic ! Je comprends que vous ayez fui !

Dge : j'adore votre anecdote, voilà qui vérifie encore ce que je pense.

Sylvon : et non personne ne vous perçera à jour si vous dessinez un cochon en tutu avec une carabine à la main... (il y a juste deux gentils infirmiers qui passeront vous chercher, mais surtout, ne vous inquietez pas ;-) )
Pour le noir : je l'ai entendu plusieurs fois, la phrase, "je lui ai supprimé le noir pour qu'il dessine en couleurs un peu plus"... Promis !
La comparaison avec les symptomes médicaux est parlante, en effet. Moi je dis souvent "si je donne du doliprane pour une appendicite, c'est vrai que l'enfant a moins mal et n'a plus de fievre...De là à dire qu'il est guéri..."

Écrit par : spyko | 14/05/2010

Je ne sais plus où j'avais lu cet exemple édifiant de l'analyse sauvage du dessin (si quelqu'un l'a lu aussi, qu'il me le dise).

DIS TU

Ecoute, je peux me tromper mais il me semble que Florence de Meredieu en parle dans Le Dessin d'enfant.

Pour le reste je suis entièrement d'accord avec toi, le dessin dans mes séances avec les enfants me sert avant tout de support de discussion.

Écrit par : femmepsy | 15/05/2010

Héhé... ma fille, alors âgée de 7ans lors d'une visite chez une psy pour un saut de classe:

-Alors ça c'est bien passé avec la dame ma chérie ?
-heu oui... Elle a voulu que je dessine un arbre et des pommes et j'ai dessiné plein de pommes par terre.
-Ah? Elles étaient mûres tes pommes ?
Non, c'est pour qu'elle me demande pourquoi elles étaient par terre, les psy ça aime bien se demander....
J'en rigole avec ma fille aujourd'hui, elle a 18 ans et s'en souvient très bien.

Écrit par : Catherine | 15/05/2010

Géniale ta fille Catherine, lol , allez faisons plaisir à la psy, collons lui des pommes par terre, j'adore !

Écrit par : Opale | 16/05/2010

Femme psy : heureux d'être sur la meme longueur d'onde que toi ;-)

Catherine : extraordinaire la répartie de ta fille ! Superbe ! "Les psys aiment bien demander"... Je me lasse pas de la spontanéité des enfants !
Merci de ton anecdote

Écrit par : spyko | 17/05/2010

Ma collègue raconte que son fils a eu une période de dessins tout en noir aussi... Ca a alarmé l'école, les parents et tutti quanti... Au final, c'était tout simple...
Thomas est daltonien, et après s'être fait reprendre 200000 fois car il dessinait avec des "couleurs inadaptées" genre "l'herbe orange", il est passé au noir pour contenter tout le monde, et toc!

Écrit par : Céline | 28/05/2010

A la lecture de cet article, je comprends enfin, 25 ans après, pourquoi, suite à un test en moyenne section, tout le monde, instits, parents, semblait bouleversé par la cheminée que j'avais dessinée de travers.
Hors, moi, si je l'avais dessinée de travers, c'est parce que du haut de mes 4 ans, je ne savais pas dessiner une cheminée autrement que perpendiculaire à un toit. C'est tout. O_o

Écrit par : tounute | 31/12/2010

Oui Tounute, pas la peine de faire des interprétations tirées par les cheveux pour tout et n'importe quoi, effectivement

Écrit par : spyko | 16/01/2011

Bonjour
Je me suis séparée de mon ex compagnon et mon fils avait 7 Mois
il dessine réguliérement sa grand mére aini que moi même mais jamias son pére alors qu'il voit celui ci tous les quinze jours
Pourriez vous me dire si le pére de mon petit garçon lui manque

Écrit par : dumont | 14/02/2011

Bonjour
Je ne réponds jamais aux questions personnelles.
Si vous avez des inquiétudes, je suis sur qu'un psychologue, en libéral ou en centre de consultation, près de chez vous, pourra en discuter avec vous.

Écrit par : spyko | 18/03/2011

J'ai un garcon de 6ans qui dessine des prisons noires en flemme et avec des eclairs. Il me tiens tete tout le temps est en colere et contr dit ce que j essaye de lui apprendre. Je ne sais plus quoi faire...

Écrit par : Dellepiani | 18/05/2012

Dellepiani,un blog "psy" n'est pas un espace de consultation. Spyko a déjà répondu au commentaire précédent en pointant qu'il ne répond pas aux questions personnelles. C'est une question déontologique. Il y a des psys dans les pages jaunes ou au CMP de votre secteur.

Écrit par : Jack | 23/05/2012

Vous avez raison. Un dessin n'a qu'un seul sens : celui que veut bien lui donner l'enfant. C'est particulièrement pénible cette psychologisation à deux balles où l'on voudrait que tel signe renvoie nécessairement à tel signification, en faisant l'économie d'écouter le patient. Hélas, comme c'est là la façon dont la majorité des gens (qui ignorent réellement de quoi il retourne) pense... Et bien des "psys" se mettent au diapason pour répondre à cette demande bien qu'elle soit inepte. Ravi en tout cas de voir ici qu'il n'y a pas que du médiocre sur les blogs "psys" du net.

Écrit par : Psy Méchant | 05/06/2012

Les commentaires sont fermés.