Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2010

Ouverture facile

L'inventeur de la mention "ouverture facile" est un gros pervers.
Un salaud. Qui devrait être poursuivi pour crime contre l'humanité.
Je suis sur qu'il s'éclate tout seul chez lui à nous imaginer, heureux, soulagés, content de lire sur le paquet "ouverture facile", pensant déjà régler l'affaire en deux coups de cuillère à pot.
Que nenni ! L'emballage facile est un traitre !!
Il te fait croire qu'il s'offre à toi alors que tu vas y passer deux plombes en manquant d'y laisser un doigt/un oeil/une veine (rayez la mention inutile)

Suis je le seul à ouvrir mon paquet de gruyère rapé là, juste en haut, où la mention "ouverture facile" est écrite en gros, et constater que l'ouverture facile finit par se déchirer et éventrer mon paquet jusqu'au beau milieu.
Et une fois déchiré, c'est là que vous constater sur le devant du sachet, la jolie mention "sachet refermable". Ben tiens. Refermable, maintenant que le paquet est depecé de bas en haut ?
L'inventeur d'"ouverture facile" a du fonder un club avec celui de "sachet refermable". J'en suis sur. Ils doivent éprouver une jouissance extrème de nous imager dans nos cuisines.
Parce que mine de rien, c'est du boulot. Il faut que de loin, vraiment, ça ai l'air d'être une ouverture facile. Pour que des gogos en achètent plein d'espoir et d'ouverture facilitée en tête.

Et que dire de ces boîtes de conserves avec le petit anneau métallique. Ouverture facile. Sauf que le dit-anneau vous casse entre les doigts. Au beau milieu de l'ouverture de la dite boite. Et que vas-y, tiens, maintenant, à l'ouvrir ta boite à moitié ouverte/fermée, sans y laisser un tendon.
Et je ne parle pas de la brique de lait/de jus d'orange qui t'explose à la figure quand tu essaies de déchirer à la main sur le petit pointillé joliment dessiné par le même pervers.
Et les CD... Un poeme. La pochette plastique du CD, c'est un bonheur. Derrière, là, juste derrière, l'inventeur de la protection plastique t'as mis une petite languette de plastique qui depasse pour que tu tires dessus. Sauf que le dit-plastique s'arrache à mis parcours une fois sur deux.

Non, c'est clair. Tu auras mis moitié moins de temps en le faisant à l'arrache, comme d'hab, avec les dents, un ongle ou une paire de ciseau.
Mais non, toi, très scolaire, tu lis "ouverture facile", et hop, tu fonces tête baissée dans le piège....
Et tu passes deux fois plus de temps, avec deux fois plus d'enervements, et deux fois plus de risque d'y laisser une partie de ton anatomie.

C'est décidé, je n'acheterai plus que des emballages marqués "ouverture complexe". Ou bien "Casse tête chinois". Ou bien "réservé aux plus de 150 de QI".
Au moins les choses seront clairs. Je mettrais peut être deux mois à les ouvrir. Mais je me sentirai super content de moi quand j'aurai réussi.

Parce que là, pas même réussir à ouvrir une ouverture facile, franchement, ça fout les boules, ça énerve, et ça retentit sur l'estime de soi quand même !
Finalement, ce gros pervers d'inventeur, il doit être psychologue.
Parce qu'avec tout ces gens qui se sentent nuls à pas réussir à ouvrir un truc facile, ça en fait des clients potentiels au narcissisme dévasté.


Bon.Ben...Je devrais te dire merci alors ?

22:18 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook

Commentaires

Je vois que nous tétons aux mêmes mamelles de fournisseurs... Ne pas oublier l'ouverture (facile...) du flacon de xylocaïne, avec la languette que pète en plein milieu, menaçant de te sectionner les doigts si d'aventure tu tentes de les utiliser tels quels sans l'aide salvatrice d'une pince. Oui mais quand t'as pas de pince sous la main, tu bidouilles avec un stylo bille ou autre joyeux ustensile un peu rigide, annulant la relative stérilité du bouchon. Belle entaille une fois, dans la précipitation et le stress...
Contente de te voir revenu, ami Spyko!

Écrit par : Med'celine | 01/03/2010

et bien en voila un article, à la fois utile dans la réflexion et pratique.
Donc en se qui concerne les aléas liés dans la zone cuisine (gruyere, sous vide, micro onde ..), et bien que j'en sois aussi ici à l'égalité des sexes, il faut bien l'avouer Monsieur demander à Madame les techniques utilisés.
Il y a aussi Belle-maman qui a sa recette, ou la collègue qui a trouvé "THE" solution.
Pour le coté médical je confirme surtout pour certain médicaments en gouttes prescrit en urgence ( hum hum)

Faire des pâtes commence à être compliquer, à qui ne sait pas lire !

A bientôt

Écrit par : Myriam F. | 01/03/2010

Je me souviens d'une émission de France Inter il y a longtemps qui s'appelait "les échos du bordel ambiant" dans laquelle il y avait eu tout un sujet sur ces fameuses ouvertures. J'avais bien rigolé ce jour là.
En tous cas, il y a longtemps que je n'y crois plus et j'attaque directement aux ciseaux sans chercher à comprendre. Après, je referme le tout avec une pince à linge. Pas glamour mais au moins je ne m'énerve plus.

Écrit par : orthophoniste | 01/03/2010

Très bien vu ! Qui ne s'est pas pris la tête avec ces ouvertures faciles... Je ne peux m'empêcher de penser à l'ouverture sur laquelle on s'applique et qui finit par lacher d'un coup !! Et bonjour l'huile de sardines sur le pantalon...

Écrit par : Manuel | 01/03/2010

excellent!
allonge toi, on va parler de ce traumatisme lol

Écrit par : Opale | 01/03/2010

Bien vu !
Eh oui, les psy peuvent remercier l'inventeur de "l'ouverture facile"... comme tu le dis si bien ça ne fait pas de bien à l'estime de soi que de se retrouver vaincu par une ouverture facile. Comme quoi l'équilibre psycho tient à peu de choses ;-)
Merci pour ce "billet-sourire".

Écrit par : chabada | 01/03/2010

La vraie ouverture facile, c'est ici:
http://www.ouverture-facile.com/

bises

Écrit par : popin | 02/03/2010

Med'celine : ouh là, c'est super dangereux d'être docteur à ce que je vois. Au moins si tu te fais mal avec le flacon de Xylocaine, tu l'as déjà sous la main pour te soulager ensuite..

Myriam : oui les gouttes en urgences c'est tjs comique...Chez nous quand les ados "pêtent un cable", les pedopsy ont tendance à nous prescrire des médocs en gouttes pour les calmer. Sauf qu'il faut un paquet de gouttes pour un ado. Et un paquet de temps pour les faire couler. Pendant ce temps....

Orthophoniste : je suis idem un adepte de la pince à linge sur les paquets ouverts...

Manuel : ah oui j'ai oublier les boites de sardines qui ne s'ouvrent qu'a moitié, sauf à tirer comme un fou sur l'anneau en métal et risquer de s'ouvrir la main

Opale : tu crois que j'ai besoin d'une thérapie ? C'est que j'aime pas les psy moi...!

Chabada : on va faire une étude sur l'augmentation de la dépression dans les pays occidentaux, corrélés à l'apparition des boites à ouverture facile. Je suis sur qu'on va trouver qqchose.

Popin : il est sympa ce site, mais pas facile dis ! Merci pour le lien

Écrit par : spyko | 02/03/2010

Sauf erreur de ma part, l'ouverture facile ne date pas d'hier : qui ne s'est pas englué dans de la vache qui se marre avec son petit truc rouge qu'il faut tire dessus et hop ! ta part de fromage sort toute seule du papier d'alu ???? ben tiens !ca m'a dégoûtée à tout jamais de la vache en question !!!!

Écrit par : anne | 02/03/2010

En ce qui me concerne je tiens à m'élever contre le chatterton, qui, disons le une bonne fois, colle partout (surtout sur lui même) SAUF là où on veut !!!
En plus j'ai touché le fond le jour du déménagement où j'ai voulu faire mon malin et le couper avec les dents comme les pros devant moi... Il s'est collé sur l'intérieur de ma labiale inférieure et a tout arraché en sortant déclenchant une hémorragie apparemment très drôle pour les autres...
...
Je suis sûr qu'à cette heure les déménageurs rient encore...
...
...
Ah les salauds !

;)))

a+

yann

Écrit par : yann | 03/03/2010

Je ne dirais qu'une chose : et l'emballage des jouets ! Genre deux heures pour décrocher une poupée du carton pendant que la môme, impatiente, risque d'exploser.
En tout cas merci, j'ai bien rigolé...

Écrit par : Frau Torchon | 04/03/2010

C'est marrant parce que mon frère s'est enervé hier contre une "ouverture facile" de colle à papier peint! Comme quoi, y'en à absolument partout! Il faudrait leur proposer des niveaux d'ouverture "facile", "moyen", "difficile", "infaisable", "suicidaire". Au moins, celui qui arriverait à ouvrir correctement un niveau "suicidaire", ça lui flaterait un peu l'égo :].

Je pense aux poches d'alimentation parentérales [kabiv*n et compagnie]. C'est constitué d'une seule poche qui est "soudée" en plein milieu pour séparer les composants qui doivent être reconstitués au dernier moment. La technique de l'IDE qui m'encadrait c'était de s'appuyer de tout son poids sur la partie inférieur pour faire péter la soudure. Puis il m'a proposé de tenter le coup et au moment fatidique m'a sorti "fais quand même gaffe, ça peut exploser et t'en à pour 500€ la poche"...ah ah...

Écrit par : Marie | 05/03/2010

Très drôle votre billet !
Je découvre juste ce blog et ce billet si vrai me donne envie d'en découvrir plus !
Moi ce sont les paquets de café à ouverture facile qui m'énervent ! Chaque fois j'en met partout et j'enrage de devoir tout ramasser, alors soit je prend des ciseaux quand même, soit j'ouvre les 4 paquets d'un coup que je transvide dans une boîte hermétique comme ça j'enrage et ne ramasse qu'une fois !

Écrit par : papillon23 | 06/03/2010

Haaaa ! Donc, ça n'arrive pas qu'à moi !!! du coup je me sens beaucoup moins... nulle !

[je découvre ce blog par "hasard" et avec beaucoup de plaisir... je me suis régalée à lire quelques billets... Merci pour ce temps de partage offert...]

Au plaisir...

:o))

Écrit par : Petite Voix | 06/03/2010

Super marrant ce billet sur un problème courant qu'on n'ose pas évoquer tellement on se sent con quand on y est confronté. Exemmple, hier invité chez mes parents, je les trouve désespéré devant une boîte de petits poids dont la languette s'est cassée et pas d'ouvre boîte sous la main. Eh bien il a fallu un couteau pointu solide + une paire de pince pour ouvrir cette boîte au risque de finir aux urgences si ça tourne mal. Faut avouer que c'est du VRAI délire.

Écrit par : totem | 11/04/2010

Super marrant ce billet sur un problème courant qu'on n'ose pas évoquer tellement on se sent con quand on y est confronté. Exemmple, hier invité chez mes parents, je les trouve désespéré devant une boîte de petits poids dont la languette s'est cassée et pas d'ouvre boîte sous la main. Eh bien il a fallu un couteau pointu solide + une paire de pince pour ouvrir cette boîte au risque de finir aux urgences si ça tourne mal. Faut avouer que c'est du VRAI délire.

Écrit par : totem | 11/04/2010

Anne : ah oui, la vache qui rit, c'est super dur à pas écraser en l'ouvrant !!

Yann : Ouch....Ca doit faire mal la lèvre qui part avec le ruban de chaterton...Aie aie aie

Frau Torchon : ouais les jouets, c'est galère. Surtout la mode depuis qq années de mettre des genre de fils de fer enroulés qui maintiennent chaque pièce. Ca prend des plombes à enlever

Marie : j'aime bien ton idée du niveau "suicidaire". Ca doit correspondre aux boites de conserves dont la tirette te pête entre les mains, manquant de t'ouvrir les veines du poignet...

Papillon : ah ben on est deux pour les paquets de café où on en verse la moitié à coté à l'ouverture...

Petite voix : bienvenue au club !

Totem : et oui, bien sur, quand c'est écrit "ouverture facile" partout, on jette son ouvre-boite..Grossière erreur !

Écrit par : spyko | 12/04/2010

Je découvre ce blog à l'instant, et je pense déjà qu'il va me mettre en retard pour les rééducations de l'après-midi (je suis logopède - l'équivalent belge de l'orthophoniste).

Pour l'emballage des CD, il y a une jolie explication juste ici:

http://www.bouletcorp.com/blog/index.php?date=20060303

Écrit par : Céline | 20/05/2010

Dites-donc... ça me fait penser à un texte de feu Pierre Desproges (Anne appréciera ):

Chroniques de la haine ordinaire, 14 mars 1986

Le type qui a inventé l'espèce de fil rouge autour des portions de crème de gruyère, on peut pas le tuer, quand même.
Ce n'est pas possible qu'il l'ait fait exprès. Il ne connaît même pas les gens qui aiment manger des portions de crème de gruyère. Ne les connaissant pas il n'a aucune raison de leur en vouloir à ce point.
Peut-être qu'il est dingue, ce type. Peut-être qu'il est dingue de père en fils. Si ça se trouve, c'est une forme d'aliénation mentale plus ou moins héréditaire. Peut-être que son père, c'est le type qui a inventé l'espèce de papier collant autour des petits-suisses ? Peut-être que sa mère c'est la pétasse qui a inventé le chocolat dur qui tient pas autour des esquimaux ? Peut-être que son grand-père, c'est le fumier qui a inventé la clef qui casse le bout des petites languettes des couvercles de sardines, en complicité avec le pourri qui met de l'huile jusqu'à ras bord des boîtes ?


Yann... désolée, mais le coup du Chatterton, j'en ris encore moi aussi...

Écrit par : berengere | 20/05/2010

Céline : excellent lien que cette BD, j'ai bien ri, merci !

Bérangère : mais oui, ce texte de Desproges ! Maintenant que tu le cites, je m'en souviens (j'ai Chroniques de la haine ordinaire à la maison, mais lu il y a longtemps)

Je devais avoir ça inconsciemment quelque part en mémoire, parce que c'est vrai que ça se ressemble pas mal. Merci de me l'avoir fait rappelé (et redonné l'envie de le lire)

Écrit par : spyko | 20/05/2010

Volà qui est d'actualité, je viens de repeinre le lino de la cuisine, avec une chouette couleur: jaune crème anglaise. Parce que les ouvertures faciles, elles sont parfois TROP faciles, et comme la faible que je suis, j'ai voulu secouer la brique. Quelle folie !

J'aime bien ce blog, je sens que si je retourne chez un psy, je vais pas m'ennuyer. Parce que bon, j'en ai "essayé" quelques uns, dont un qui décrochait trois mots à chaque fois, et surtout, qui NOTAIT. C'est horrible, ça, le menton dans la main, le bic qui glisse sur le papier et quand on voit que les pages défilent, ça fait peur ("mais quoi? Je suis si folle que ça?")

D'ailleurs, ça m'a inspirée: je trouve pas de psy me convenant, et ben je le deviendrais moi-même, et toc.

(Bon, à 19 ans, faudrait que je m'active, je sais.)

Il y a aussi les canettes de coca, sinon. "Qui est l'enf...qui a secoué ma canette?" Quand on se retourne pas l'ongle pour soulever la languette.

Écrit par : Liibra | 18/06/2010

Libra : heureux de vous avoir fait changé d'avis sur les psys, lol.
Mais petit bemol, là c'est mon blog, je me libère un peu et je ne suis pas délirant comme ça en entretien ! Heureusement !
Ceci dit, je pense toujours qu'on peut être sérieux sans se prendre au sérieux.

Écrit par : spyko | 20/06/2010

Bon, nom d'un lupanar, je me suis encore mal faite comprendre: ne pas trouver de psy avec qui je me sente à l'aise m'a inspiré. Votre blog m'a conforté dans mon idée qu'on ne devient pas un extra-terrestre pour autant au cours des études.

Et je suis tout à fait d'accord. Quand on commence à se prendre au sérieux, c'est le début (du snobisme) de la fin (de la vie sociale bien chouette, avec les parents bourrés qui brûlent des Pères-Noël made in china et tout et tout)

Je me doute bien que vous n'êtes pas comme ça en entretien, vous n'auriez pas fait long feu, je pense lol

Écrit par : Liibra | 22/06/2010

Les commentaires sont fermés.