Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2010

Efficacité administrative

A l'hôpital, il faut rapporter des sous.
Et pour ce faire, il faut facturer au client au patient tout ce qu'on peut facturer.
Là où je travaille, avant de rencontrer le psy, le médecin, l'infirmière, le patient doit d'abord se présenter au bureau des entrées, où il donne carte de sécu, mutuelle et où on prend tous les renseignements administratifs nécessaires.
Cela prenait quelques minutes.

Mais, nos chers administratifs ont du trouver que cela ne convenait pas. Ils se sont surement réunis, longuement, et maintes fois, pour se demander comment ils pourraient soigner facturer avec encore plus d'efficacité nos clients patients.
Ils se sont dit qu'il faudrait surement ajouter tel et tel renseignement. Demander telle information au patient.
Au total, plein d'infos en plus pour être sur de ne rien oublier et que le patient la facture soit bien soigné bien réglée au final.

Tout cela allait surement faire de plus belles facturations, et beaucoup plus de sous pour l'établissement. Youpi !

Mais zut, le logiciel idoine pour cela n'était pas prévu pour absorber tant de nouvelles données. Heureusement, nos chers têtes pensantes administratives se sont dit qu'on pouvait rajouter là une fenêtre, là une nouvelle page, là une case, là une flèche...
Bref...Une très complète mais très confuse usine à gaz ce logiciel...Ils étaient très satisfaits probablement au bout de leurs quarante douze réunions d'avoir concocter un logiciel complet qui permettait de recenser toutes les données pensables et inimaginables pour la facturation. Pour un peu, ils en auraient pleuré de bonheur.
"Oh regarde, si je rajoute une nouvelle fenêtre ici, je peux te calculer le ratio de machintruc sur bidulechose !
"Purée, je suis trop jaloux, alors moi je te rajoute trois nouvelles cases à cocher, et une liste déroulante,  comme ça je te calcule le taux de trucmuche normalisé !"
Bref, c'était super rigolo. C'est un truc de comptables, vous pouvez pas comprendre.

Ils avaient juste oublié un truc. On accueille un patient à l'hôpital, et pas un bilan comptable.
C'est sympa dans un bureau de se dire "on pourrait demander ça et ça et ça".
C'est moins rigolo pour le patient en face qui se prend douze mille questions à l'entrée, en préambule de toute consultation.
C'est nettement moins drôle quand on s'aperçoit que le logiciel a été conçu pour les comptables mais pas pour les patients : c'est à dire qu'il est extrêmement peu pratique, lourd et très long à manipuler. Des tas de cases à cocher, de listes à dérouler, de pages à afficher. Ca passe dans un bureau : c'est plus dur avec un patient en face...

Résultat : là où on accueillait un patient en quelques minutes, il en faut maintenant entre 10 à 15 .Les files d'attentes devant le bureau des entrées se rallongent. Les patients râlent.L'attente initiale, à l'accueil donc, avant d'avoir vu le moindre médecin, infirmière ou psy, se monte en moyenne à 30 mn.
Les patients arrivent donc systématiquement en retard à leur rendez vous médical.
Les plannings sont désorganisés, les médecins (et moi !) tous en retard.
Les services d'hospitalisation râlent, car les médecins retenus dans leurs consultations, n'arrivent plus à passer voir leurs patients hospitalisés.
Les retards finissent par se cumuler, et les consultations prennent facilement une heure de retard en fin de journée...

Les administratifs, finalement convoqués par les médecins, ne comprennent pas que personne ne s'extasie devant leur beau joujou.
"Mais on a besoin de toutes ces infos nous !"
Oui...Mais nous, on a de l'humain en face de nous. De l'humain qui n'aime pas être accueilli par une file d'attente de 30 mn à l'entrée du service, pour aller ensuite dans la salle d'attente  du médecin où il attendra aussi.
On est en pédiatrie. Attendre une heure avec des enfants, cela veut dire pleurs, colères, énervements.... Consultations qui se passent mal...

Ah oui... Quand on est administratif, quelque fois, on oublie qu'il y a des patients, en bas, dans les services, et pas que des ratios, des pourcentages et des statistiques.

Au final, devant le tohu-bohut et le ras le bol général, de l'infirmière au chef de service, les administratifs ont trouvé la solution.
Pour faire fonctionner leur beau logiciel qui devait rapporter plus de sous à l'hôpital, il a été décidé de doubler les agents d'accueil pour éviter l'attente....
Du coup, ça coute plus cher qu'avant.

J'aime l'hopital...!

 

 

21:40 Publié dans Hopital | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

J'entends parler de ce genre de complications par des amies IDE qui travaillent à l'hôpital... Vivent les technocrates qui arrivent à la tête d'établissements de santé...! Il existe des problèmes en libéral, mais pas encore de ce type, ça viendra sans doute un jour, faut pas se leurrer.
Rageant pour toi qui dois payer les pots cassés ensuite avec tes petits patients. Je vois bien comment je les récupère en salle d'attente quand j'ai 45 min de retard (ça peut arriver, j'ai du mal à interrompre certaines consultations...). Pas simple ensuite de les aider, d'instaurer un climat de confiance!

Écrit par : Med'celine | 04/02/2010

ouh la j'imagine...
Je suis administratif à l'éduc mais bon pas de ceux qui font les logiciels hein, non de ceux les plus nbx à qui on dit de s'en servir et de fermer sa gueule lol...

Sinon en tant que patiente de l'hôpital je dois aussi aller chercher la feuille de consultation, bon comme j'y vais souvent (pour voir ma psy) tout est dedans, mais si je vois qu'il y a trop de monde, j'arrive à l'heure à mon rdv je dis à ma psy "j'ai pas la feuille" et après la consultation je vais dire à la gentille (ou pas lol) secrétaire que je viens d'aller voir mme psy, et voilà, bon pour l'instant je me suis pas fait incendiée , ça arrivera peut-être!

Écrit par : Opale | 04/02/2010

Medceline : oui c'est pénible pour tous le monde : les familles qui attendent et les soignants qui voient arriver en consultations des gens et des enfants remontés et énervés.

Opale : Je crois que tu as bien raison d'aller voir la psy d'abord. Au moins, tu ne la mets pas en retard sur ses consultations, elle doit te trouver très sympa !

Écrit par : spyko | 04/02/2010

Ah... je vois qu'il n'y a pas qu'à l'éducation nationale que l'on marche sur la tête !!!!
De notre côté, je ne comprends pas que personne ne lève le petit doigt pour enfin prendre en compte les études et adapter le rythme scolaire à celui des enfants.
J'en ai plus qu'assez de devoir passer la moitié de mon temps à faire des révisions de choses qui ont été oubliées à causes de toutes ces ruptures de rythme !
Sinon, c'est le même soucis à l'hôpital près de chez moi... du coup, bien souvent, pour ne pas arriver en retard chez le pédiatre, je passe par la case "entrée" à la sortie.

Écrit par : chabada | 04/02/2010

L'AP-HP annonce une diminution drastique de tous les effectifs soignants... cela n'inclue bien évidemment pas les administratifs.
C'est la fable du rameur... Est ce qu'un bateau avance plus vite avec 6 rameurs et un chef d'équipe ou avec un rameur, un contrôleur qualité, un concepteur logistique, un délégué à l'efficacité, un responsable ingénierie ramage, un chef d'équipe adjoint et un chef d'équipe senior ... ?

Écrit par : 10lunes | 05/02/2010

Et imaginez quand il s'agit d'un service d'urgence ce que ça peut donner ! Va-t-on refuser de soigner ceux qui sont incapable de "rentrer dans les cases"

Écrit par : Rodrigue | 06/02/2010

Sans parler des sacro saintes étiquettes ! Sans étiquettes , pas de consultation , pas de radio .... Logique , pour chaque acte , un bon avec ses étiquettes à code à barre pour une parfaite "traçabilité du patient" et une facturation optimale !Si les actes ne sont pas facturés , l'activité d'un service est sous estimée et des postes de soignants supprimés. On n'a pas trop le choix ...
Ce que vous racontez me parle .
Les administratifs sont installés dans un bâtiment à part et ne fichent jamais les pieds ds les services . Ils se réunissent entre eux , décident à partir de statistiques et logiciels puis imposent aux équipes un fonctionnement . Longtemps , le pouvoir médical fut écrasant , cette ère est révolue , c'est le temps du tout pouvoir administratif ! Espérons qu'avec le temps , ces contre-pouvoirs retrouvent un équilibre pour le bien être de nos patients .

Écrit par : Sandrinej | 07/02/2010

Vas-tu bien, ami Spyko?

Écrit par : Med'celine | 15/02/2010

Brr ça me fiche des frissons... je n'y peux rien : je suis paperasserophobe. Les petites cases à cocher me donne de l'urticaire.
C'est dingue comment on ne peut rien faire sans se retrouver écrasé par l'administratif !

Écrit par : Prose | 17/02/2010

Les commentaires sont fermés.