Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2009

Blog(s) de psy

Psyblog nous quitte.

Certains un peu cyniques, en dehors de la blogosphère, me dirait que c'est un non-évenement, qu'il y a douze mille arrêts de blog par jour dans le monde et qu'on ne va pas faire un article là dessus à chaque fois que cela se produit. Probablement oui.
Mais tout de même... Il n'y a pas tant que ça de blogs de psy sur le web. Ou alors j'ai mal cherché.
Et celui de Psyblog me plaisait dans le sens où il mélangeait billets "pros" et billets plus personnels. Et que l'on découvrait l'être humain derrière le psychologue. Evidemment, pour moi, c'était quelque chose de bien intéressant tout ça, et humainement parlant, de bien touchant souvent.

Il faut dire que je suis un peu la meme voie ici : j'ai ouvert ce blog avec l'idée de faire partager mon quotidien professionnel. Parce que c'est quelque fois lourd, parce qu'écrire les choses permet d'en évacuer une partie. Parce que je ne parle pas ou très peu de mon métier à mes proches, car c'est souvent pas rigolo et que ça plombe l'ambiance à chaque fois que je veux faire partager un peu.
Bref, j'ai voulu écrire tout ça ici. Et petit à petit, j'ai inséré des notes plus personnelles. Sans vraiment y réfléchir. Et je me dis finalement que c'est pas mal, que je ne suis pas seulement un psychologue, mais aussi un homme. Que j'ai comme tout le monde mes peurs, mes joies, mes peines, mes douleurs. A force que le psy mette une barrière, mette à distance les émotions, on pourrait se dire qu'on a tout réglé, qu'on est "en paix" avec soi meme. Foutaises, oui. On est comme tout le monde.
Peut être un peu plus conscients de nos points faibles, peut être un peu plus au clair sur ce qui nous tourmente, sur ce qui fait qu'on est "nous". Mais pas forcemment plus en paix avec tout cela.
Alors moi ça me fait du bien ce blog car c'est un des rares endroits où je suis moi, réellement moi : où je parle de ma vie professionnelle, où je parle de moi et ce que je ressens, les deux à la même place.

J'aimais le blog de Psyblog pour cela. Surement parce que je m'y retrouvais, et que je me suis dit, "ouf je suis pas le seul psy humain, alors !".
J'espère que tu trouveras, cher Psyblog, un autre lieu sur le net où te dire sans censure, où trouver un espace de liberté pour écrire ce que tu souhaites comme tu le souhaites. Il me tarde d'ailleurs de te lire si tu trouves cet endroit quelque part....

Quant à moi, je vais continuer ici à dérouler mon quotidien. Je sais que ce blog n'est pas tenu à jour très régulièremment ! J'espère que vous ne m'en tenez pas rigueur. Je dois lutter contre une tendance lourde à la procrastination.... Et j'écris ici seulement quand l'envie est là. Je souhaite pas écrire "pour écrire", parce qu'il faut faire un billet, parce qu'il faut remplir le blog. Ce coté obligatoire me lasserait vite, et j'ai assez d'obligations par ailleurs pour ne pas m'en rajouter ici.
Mais quand je passe ici, c'est avec grand plaisir....Pour le moment, je n'ai pas l'envie d'arrêter.

Sur ce, je pense que les enfants ont besoin de mon aide pour les cadeaux de Noël. J'entends des cris qui me font dire qu'il y a encore quelques cadeaux rebelles dans leur utilisation.... Allez, je vais me mettre à quatre pattes et aider ma fille à remettre d'aplomb sa maison playmobil. Aider mon grand à utiliser son robot aux vingt-deux-mille fonctions que-j'ai-déja-du-mal-rien-qu'à-comprendre-comment-on-le-met-en-route. Et mon autre fille semble avoir bien du mal à zigouiller les méchants sur sa console... Allez, super Papa, au boulot !

 

Commentaires

Je passe souvent vous lire sans jamais laisser de commentaire il est vrai...
J'apprécie beaucoup vos articles, peut-être précisément pour ce juste mélange de "professionnel" et de "privé", parce que l'on découvre l'homme à travers le professionnel et l'émotion dans le privé....
Je comprends que pour un psy cela ne doit pas toujours être facile "d'emmagasiner" les problèmes des autres et d'arriver à en faire abstraction totale en rentrant chez soi, même si c'est ce qu'il faudrait faire !....
Je pense que psyblog n'abandonne pas, il cherche une autre voie (voix) et tout comme vous je vais attendre qu'il nous en montre le chemin...
Je vous souhaite bonne continuation et de bonnes fêtes.... et je suis sûre que vos enfants vous aideront et arriveront à vous expliquer comment fonctionnent tous ces "trucs" modernes qui nous donnent tant de mal ! ;-)

Écrit par : souricette | 26/12/2009

Heureusement qu'on a le droit de passer ici sans laisser de commentaires ;-)

Effectivement, pour les enfants, je ne sais pas qui aide qui au final, au sujet des jouets de Noël

Écrit par : spyko | 26/12/2009

Il y a toujours une espèce d'équilibre à trouver quand on tient un blog. Entre en dire trop et en dire pas assez. Entre se raconter et raconter le monde. Entre être anonyme et être soi... Et puis c'est variable selon le but qu'on cherche à atteindre ou les raisons qui nous poussent à écrire.
Ce n'est pas valable que dans la blogosphère, d'ailleurs... Je ne sais pas si c'est le lot de tout le monde, mais moi j'ai souvent du mal à m'y retrouver. J'ai l'impression d'endosser en permanence des rôles, de me coller des étiquettes, selon les circonstances, et d'essayer de les faire coïncider au mieux avec ce que je pense être.
Bref, je m'écarte peut-être du sujet. Pour ma défense, je suis fatiguée...

Écrit par : Prose | 27/12/2009

Mince, Spyko... j'ai eu un choc en ouvrant ta page, j'ai rebondi chez notre ami, et bon sang, le coeur m'a pincé d'un coup...
Tu exprimes si bien ce que je ressens moi aussi sur le but de tenir un blog, à mi chemin entre pro et perso. Je trouve chez vous deux une communauté d'esprit,l'union du psy et de l'homme en un tout indissociable. Oui, nous sommes des êtres humains, nous mangeons, nous faisons nos courses, nous nous engueulons parfois, nous faisons même des fois tout ce qu'on vous dit de ne surtout pas faire. Nous avons des failles, des creux, des bosses, des sillons, des crevasses, du relief, quoi! Rien ne me fait plus fuir qu'un site ou blog purement professionnel, avec de froids exposés étalés comme de la chair fraîche. Ils ont leur utilité, bien sûr, mais je n'y trouve aucun plaisir intellectuel. J'aime sentir l'émotion sous les mots, ça me rappelle que je suis vivante aussi, au cas où je l'oublierais...
Reste surtout toi-même, et ne cède pas à la pression d'écrire pour écrire. Ceux qui t'apprécient reviendront toujours!
Une bise cuvée spéciale an 2010!

Écrit par : Med'celine | 29/12/2009

Tu sais quoi, j'ai lu ton post sur "votre avis" et je suis épatée et de ta démarche et des réponses (bon sauf une est-il besoin de préciser).
J'avais juste envie de te dire ça, j'ai un milliers d'autres trucs en tête mais ça serait beaucoup trop long, bref, ça m'a fait du bien, ce soir, là, ta question et les commmentaires, c'était...juste, pour la faire courte.

Écrit par : lechalote | 29/12/2009

nouvelle lectrice pour ma part !

Écrit par : Peggy C | 30/12/2009

Prose : hors sujet mais pas inintéressant en tout cas ;-)

Medceline : je confirme que j'aime la lecture de ton blog pour les mêmes raisons que tu cites...!

Lechalote : merci de ton commentaire....Et de ton passage

Peggy : à bientot alors, j'espère, après ce premier passage

Écrit par : spyko | 02/01/2010

Les commentaires sont fermés.