Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2009

Votre avis...

Je suis confronté à une situation compliquée à l'hôpital et j'aurai aimé avoir votre avis sur la question.

J'ai suivi un petit garçon, issu d'un couple séparé. Nous avons été alerté en début d'année par son papa, qui taxait la maman de "maltraitante" et demandait la suspension de son droit de garde. En fait de maltraitance, nous découvrons qu'il s'agit d'un moment d'enervement de la mère en pleine rue un jour, qui a donné une tape sur l'arrière du crane de l'enfant dans un accès de colère. Enervée, la mere a tourné les talons, et la voyant s'éloigner, le petit garcon de 7 ans a vécu cela comme un abandon.
Du coup il a rapporté à papa "maman m'a tappé... J'ai eu peur je croyais qu'elle allait m'abandonner dans la rue"....
Bon ok, pas tres adroit de la part de la maman, ca mérite surement d'etre rediscuté, mais de là à parler de maltraitance et suspension de garde...
Bref, je vois quand meme cet enfant seul : qui redit avoir eu peur que sa maman soit enervée et le laisse en pleine rue. Mais qui a coté de ca, reste positif sur elle, veut continuer à la voir, et relate aussi pas mal de souvenirs agréables avec elle.
Conclusion : nous disons au papa que nous n'avons vraiment pas matière à signaler quoi que ce soit et que nous aimerions revoir son enfant, mais avec la maman pour discuter de tout cela. (Visiblement, il n'a pas aimé).
Nous voyons la maman quelques semaines plus tard : qui nous fait bonne impression. Qui ne s'est pas rendu compte de l'impact de sa colère sur son petit garçon, qui réalise qu'il a vécu une grosse angoisse. Qui semble prendre ça au sérieux, se remet en question.
Bref, nous en restons là.

Il y a deux mois, nouvel appel du papa, veut un rendez vous en "urgence".
En fait d'urgence, il me dit que "mon ex femme monte mon fils contre moi. Il est agressif envers moi, c'est à cause de ce qu'elle lui dit. Je demande la garde complète !".
Je vois l'enfant seul : effectivement, il a des griefs contre sa maman qui critiquerai souvent le père...Mais surprise, aussi des griefs contre papa qui critique aussi maman.... Il veut que le conflit se calme. Il en a marre. Et il en veut beaucoup à son père de demander la garde complète car lui, veut voir ses deux parents autant l'un et l'autre....
Je retranscris au pere ce que je peux dire sans trahir l'enfant : il est perdu dans le conflit. Il a certes des griefs contre maman, mais aussi contre papa, tout comme il aime maman et qu'il aime aussi papa...Bref, du normal quoi ! Qui n'a pas de grief contre ses parents, hein ?
Il veut surtout sortir du conflit, il faut l'aider à aplanir les différents, trouver un compromis et du calme avec la maman.

Plus de nouvelles ensuite...Et là, appel affolé d'un professionnel "le papa me demande de faire un signalement contre la mère pour maltraitance, vous en pensez quoi ???". Ben j'en pense qu'il a toujours rien compris et qu'à force, c'est lui qui maltraite son gamin. A ne pas l'écouter, à vouloir l'embarquer dans ses rancoeurs à lui....
Et j'apprends ce matin que le père a demandé l'accès au dossier médical de son fils et à toutes mes notes d'entretien !!!

Ouh là ! Là je trouve ça grave ! Ce gamin n'a donc droit à aucune intimité alors ? Il faut que son père sache tout de ce qu'il a dit, pour que ce puisse être utilisé contre la mère ???
J'appelle une collègue qui me dit "l'accès au dossier médical, dans la loi, c'est l'accès aux "documents finalisés" du dossier : les courriers, les syntheses. Tes notes, ce sont des notes de travail, des ébauches, tu n'as pas à les fournir". Ouf. Du coup, j'enleve mes notes, je gribouille une synthese vite fait des entretiens : en fait, tout ce que j'ai déjà dit au père, je ne lui avais rien caché d'important.

Je veux juste pas qu'il voit mes notes car il risquerait de les reprendre, sorties de leur contexte. Quand j'écris que le gamin dit que "maman dit que papa est un c....", il pourrait brandir ça au tribunal. Alors que plus loin, le gamin dit aussi "Papa j'en ai marre qu'il insulte ma mère"...

Voila, il aura accès qu'à des bribes, mais je reste avec une drole d'impression. Ce père pour moi, réalise là un véritable viol psychologique : réclamer l'accès à l'intimité de son fils, à des entretiens confidentiels. Et légalement, je ne peux pas dire "non". Bon ok , il n'y a rien de compromettant dans le dossier, mais j'aurai eu envie de dire "non" symboliquement, pour signifier que là, pas touche, même en étant père, on a pas tous les droits.

Du coup, ce que j'envisage : faire un courrier au père. Lui dire que je m'étonne de sa demande alors que j'ai toujours fait une synthese avec lui des entretiens, que rien d'important n'a été caché. Lui dire que dans le cadre d'une séparation conflictuelle, l'enfant a besoin d'un lieu de parole neutre, pour pouvoir dire ce qu'il souhaite, sans tabou, sans peurs.... Que demander l'accès à ses entretiens, c'est une intrusion grave dans son intimité, c'est signifier qu'il n'a pas le droit à un lieu de parole à lui, que tout se doit d'être su, utilisé et repris dans le conflit...
Et dire que même si je ne peux m'opposer à cela, c'est mon devoir de lui signifier la gravité symbolique de sa demande.
Et je souhaiterai envoyer un double de mon courrier à la mère, voire même au Juge des Affaires Familiales, afin que tout le monde puisse voir jusqu'au ce père est prêt à aller pour emmerder son ex femme.


Voilà, vous en pensez quoi vous ? Est ce la bonne solution ? Avez vous d'autres idées ?

13:40 Publié dans Hopital | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook

Commentaires

J'ai l'impression que de vouloir aller contre lui ce serait aider la mère à aller contre le père (donc même situation mais inversée), et donc de prendre part dans ce conflit familiale (neutralité du soignant ? ).
Un simple courrier expliquant au père l'intérêt pour son enfant des entretiens et aussi de la confidentialité des entretiens serait opportun.

Enfin c'est que mon avis ;)

Écrit par : Don Peridon | 21/12/2009

Je suis du même avis.La lettre pour lui me semble judicieuse (avec double dans le dossier médical), après, cela risque de compliquer les choses d'envoyer à la mère et au juge (c'est différent si la mère demande accès au dossier, il n'y aura pas eu d'intention de votre part).
Par ailleurs, même si le père à l'air d'être le "méchant", vous ne savez pas tout, donc prudence...

Cordialement

Écrit par : doclili | 21/12/2009

Je suis du même avis.La lettre pour lui me semble judicieuse (avec double dans le dossier médical), après, cela risque de compliquer les choses d'envoyer à la mère et au juge (c'est différent si la mère demande accès au dossier, il n'y aura pas eu d'intention de votre part).
Par ailleurs, même si le père à l'air d'être le "méchant", vous ne savez pas tout, donc prudence...

Cordialement

Écrit par : doclili | 21/12/2009

Je suis du même avis.La lettre pour lui me semble judicieuse (avec double dans le dossier médical), après, cela risque de compliquer les choses d'envoyer à la mère et au juge (c'est différent si la mère demande accès au dossier, il n'y aura pas eu d'intention de votre part).
Par ailleurs, même si le père à l'air d'être le "méchant", vous ne savez pas tout, donc prudence...

Cordialement

Écrit par : doclili | 21/12/2009

Merci Doclili et Don Peridon : effectivement, je prends conscience que la lettre à la mère ou au juge, c'est pour me défouler un peu... Donc...Zen...On prends sur soi et on reste neutre. Juste un courrier au papa, effectivement, ça semble plus judicieux

Écrit par : spyko | 21/12/2009

Bah j'allais dire grosso modo la même chose que les précédents : envoyer une lettre au père mais en donner copie à la mère et au JAF est sans doute le meilleur moyen de s'en faire un "ennemi", un vrai.
Et du coup, est-ce le meilleur moyen d'aider cet enfant ?

Je n'ai pas encore eu l'occasion de le faire, mais bravo pour vos billets, souvent passionnants sinon émouvants (je ne me suis toujours pas remis de celui de fin novembre...).
Merci donc !

Écrit par : MB | 21/12/2009

Merci MB....Plus je réflechis et plus je prends de la distance, merci à vous tous....Heureusement que je n'ai pas fait partir mon courrier à chaud !
Je fais essayer de rediger qqchose de dépassionné, neutre. Qqchose de simplement "pédagogique" envers ce papa, pour qu'il comprenne simplement que son enfant a besoin d'être preservé

Écrit par : spyko | 21/12/2009

Alors je n'ai pas lu les autrs commentaires pour rester sur mon avis de professionnelle. Je suis AS.
pour les notes, j'aurais fait pareil, je sabre et remet uniquement ce que le père sait déjà.
Dans cette situation, l'enfant m'apparait comme un outil du conflit, principalement utilisé par le père. La mère est surement fatiguée d'où parfois une réaction inadaptée par rapport au comportement de l'enfant. Mais à 7 ans, ils peuvent être parfois pénibles... Cela dit, la mère a été "recadrée" et a accepté les remarques et la remise en question.
Le père, lui, de son côté interpelle plusieurs professionnels de l'enfance au motif que la mère est maltraitante.
Mais sa demande est en fait un droit de garde complet. En clair, "faire c..." la mère car un droit de garde complet n'est pas dans l'intérêt de l'enfant ni sa demande à lui.
Il n'avait pas eu la réponse souhaitée avec vous lors de sa 1er demande, il est donc allé voir un autre prof pour la reformuler...
Pas de chance, on croise les infos dans l'intérêt de l'enfant.
Ensuite comme il n'a pas obtenu encore une fois ce q'uil veut, il s'imagine que les notes du psy vont être compromettantes pour la mère et donc les fait saisir... Dans quel but? Tjs obtenir la garde complète, on est tjs dans le maintien du conflit grâce à "l'enfant-outil".
L'interet de l(enfant est encore perdu de vue car il ne respecte pas son droit à l'intimité et au respect des confidences qu'il a pu faire "en terrain neutre".
Le père a été informé que son attitude est inadaptée et attise le conflit.

Le père étant dans l'incapacité de se remettre en question, je fais un signalement judiciaire au juge pour enfant avec demande d'AEMO judiciaire pour un rétablissement des relations sereines entre les parents dans l'intérêt de leur enfant.
Je ne communique pas au JAF qui lui est habilité à gérer la séparation et l'organisation du mode de garde et des pensions alimentaires.
Le juge pour enfant va uniquement se consacrer à l'intérêt de l'enfant et rappeler aux parents leurs obligations parentales au delà du divorce et de son conflit.

Si vous ne voulez pas de la solution judiciaire, vous pouvez tenter une médiation familiale à la demande d'un des 2 parents mais il va falloir qu'ils jouent le jeu et vu le comportement procédurier du père, c'est pas gagné!

bon courage.

Écrit par : Zéb' | 21/12/2009

maintenant j'ai lu les autres commentaires, la lettre au père pourrait être une solution mais le conflit est déjà bien avancé et il ne vous appartient pas de le régler, votre place dans cette situation est d'évaluer, accompagner et aider l'enfant pas d'effectuer une médiation alors que vous avez déjà tenté d'apaiser le conflit en recevant le père et la mère et en rappelant l'interet de leur enfant.
Si vous avez éventuellement besoin de prendre encore du recul vous pouvez solliciter une "synthèse" auprès des services sociaux de secteur en présence tu travailleurs social qui a reçu la demande de signalement du père.
Sont présents en général, un éducateur de jeunes enfants, un psy ou pédo psy, le responsable enfance du secteur et des AS scolaires ou de secteur.
ça permet de voir ce qui peut être proposer et de se sentir moins seul.

Écrit par : Zéb' | 21/12/2009

Merci Zeb de tous ces conseils... Ca serait pas mal que j'en parle à l'assistante sociale de mon service, qui est souvent très aidante d'ailleurs. Si ca se trouve, le père a déjà alerté toutes les A.S. de son quartier avec la pseudo maltraitance maternelle....
Merci pour la précision concernant les prérogatives des différents juges !

Écrit par : spyko | 21/12/2009

oui y'a des chances que ce monsieur ait déjà alerté le banc et l'arrière ban, sans donner toutes les infos à chacun...
J'avais oublié l'AS du service, quelle honte pour une ancienne AS d'hôpital! Mea culpa! Mais elle peut aussi faire le relais avec le secteur avec vous.
Pour les juges, je n'ai aucun mérite, je viens de vivre une situation similaire sur fond de handicap et de violences conjugales... Et là ce sont 3 juges différents qui interviennent! j'ai failli y perdre mon latin!

Écrit par : Zéb' | 21/12/2009

Bonjour

Je rejoins bcp des autres avis, lettre au papa avec copie dans le dossier mais pas plus.
De l'extérieur et sans travailler dans le social, c vrai que là c plutôt le père qui m'apparaît le plus maltraitant...
En tout cas les parents qui dans les divorces "vomissent" sur l'ex devant les enfants, ça mériterait vraiment de sacrées sanctions parfois, prendre un môme en otage comme ça, c dégueulasse, ils oublient l'amour de leur enfant juste pour leur propre "revanche"..

Au passage, j'aime bcp votre blog!

Écrit par : Opale | 22/12/2009

Bonjour,

Pour avoir déjà été confrontée à ce type de personnalité côté victime (pas perso mais dans mon boulot), la confrontation au système judiciaire est le seul frein. En effet, le papa ne comprend qu'une seule chose : il veut la garde de son fils. Après tous les moyens sont bons. Le juge pourra, parce qu'il a des moyens de pression, obliger le père à respecter sinon son fils et son ex-femme, au moins leurs droits. Je sais, on ne parle pas d'amour mais quand la raison n'est plus de mise, il faut bien remettre "les pendules à l'heure" !

Merci beaucoup pour votre blog.

Mélusine

Écrit par : Mélusine | 22/12/2009

A mon avis, il faut faire un courrier au père, avec le dossier médical et lui dire qu'en tant que professionnel et au vu de ce que l'enfant demande : que ses DEUX parents arrêtent de s'acharner l'un sur l'autre, et pas uniquement sa mère, qu'il serait bon qu'il réfléchisse deux secondes à sa propre attitude envers son ex-femme, pour le bien de son enfant. A priori, ça ne sort pas du contexte professionnel, vous suggérez une piste de réflexion, sans l'imposer dans la mesure où vous avez certainement également vu le papa lors du premier entretien... Par contre s'il n'entend rien à rien après ça, c'est triste à dire mais vous ne pourrez rien faire pour cet enfant à moins que quelqu'un arrive à faire prendre conscience au père (voire au deux parents) que c'est à lui (eux) de consulter, pour reconstruire sa fierté de mâle blessé dans le divorce parce que c'est bien de ça dont il s'agit de ce que j'en lis dans votre billet (et, elle éventuellement pour qu'elle ne parle plus de son père au gamin en employant des mots négatifs qui tendent à l'instrumentaliser.) C'est un psychologue en conseil post-conjugal qu'ils devraient voir au lieu d'envoyer leur même voire un psychologue pédiatrique...

Dieux que les gens sont cons. (pardon, mais je suis dans une période misanthrope, normal c'est Noël :p)

Écrit par : Leto | 22/12/2009

bonjour, il me semble qu'il est préférable de ne rien envoyer au père. Mieux vaut pour vous ne pas vous impliquer dans ce conflit. Si vous êtes amené à le revoir, tout au plus lui signifier oralement ce que vous pensiez lui écrire...
cordialement
dominique

Écrit par : dominique | 22/12/2009

L'impression que me donne votre témoignage Dr, C'est que la réalité de la situation n'a strictement aucune importance dans cette histoire.
Le père de votre patient a décidé il y a sans doute déjà longtemps d'obtenir la garde exclusive de son enfant coute que coute et quelle que soit la réalité de la relation entre la mère et l'enfant, il a essayé, il essaye et il essayera encore de l'obtenir. On est bien loin d'une situation thérapeutique.

Écrit par : C@line | 22/12/2009

pfffffff encore un enfant qui se trouve écartelé entre ses parents... avec l'un d'eux qui tente d'effacer les conséquences d'une séparation lorsque l'on est parents : avoir à faire à son ex-conjoint pendant de longues années.
Je sais ce qu'il en est et même si c'est un peu moins explosif de mon côté, parfois, j'aimerais ne plus avoir à concilier avec lui. Ce serait tellement plus simple.
Maintenant, pour nos enfants, pour leur bien-être, nous devons concilier et éviter à nos enfants de se trouver écartelés. j'imagine que cet enfant doit en perdre son latin.
Du coup, je comprends ce que vous ressentez et votre envie d'agir. Le courrier exprimant votre point de vue me semble adapté (avant de faire passer le dossier)... et même si c'est délicat le double au Jaf et peut-être à la mère peut quand même être une solution pour éviter qu'il ait gain de cause. ça peut faire l'effet d'une bombe, c'est vrai ... donc je ne sais que dire. Je sais juste que comme maman, j'aimerais recevoir ce double afin de me préparer à la bataille !
Bonne fêtes de Noël ! A bientôt !

Écrit par : chab'instit | 23/12/2009

Ben tiens, y'en a un qu'a trouvé un moyen d'avoir du passage sur son blog: demander l'avis du lecteur pour lui faire croire qu'il sera écouté. Ca génère des clics, du buzz, du meilleur classement de blog et des sous des publicitaires...et qui sait des lecteurs pour le futur (hypothétique) bouquin-du-blog. Ca aurait pu marcher en étant moins distrait/dilettante/j'm'en foutiste...
Caramba, encore raté!

Écrit par : pedopsy | 24/12/2009

Pedopsy : le buzz, le classement, je m'en tappe.
Les sous que pourrais générer le blog, encore davantage (je vous passe les "propositions" de sociétés que je recois pour inclure des pubs ici).
Il se trouve que je suis réellement emmerdé par la situation que je décris dans le billet, que plusieurs de mes collègues m'ont donné des avis divergents, et que j'ai parlé de cela ici pour collecter d'autres avis et essayer de me faire mon opinion.
Quant au coté dilettante, si vous parlez du blog, c'est la réalité. J'écris ici quand l'envie est là, pas régulièrement, car pas l'envie de me mettre des contraintes (faire un blog plus populaire ou plus commercial serait réellement une contrainte pour moi).
Sinon que me vaut toutes ces amabilités ? L'esprit de Noël sans doute ;-)

Au passage : merci d'avoir souligné la faute que j'ai faite en me mélangeant les pinceaux dans l'histoire relatée ici...J'ai modifié, tout comme votre commentaire qui en parlait : je m'en excuse, mais c'est pour respecter la confidentialité

Chab instit : merci de ton avis de maman qui peut vivre un peu les mêmes choses

C@line : je me dis ça aussi, que qqsoit ce que je peux dire, le père s'en fout et n'a qu'une idée en tete, recupérer son gamin, point.

Dominique : je doute qu'apres avoir demandé communication de tout le dossier de son fils, je revois le papa en consultation. Il serait gonflé pour le moins !

Leto : effectivement, dans ce cas, y'a plus de boulot pour un médiateur que pour le psychologue pour enfants..

Merci Opale et Mélusine pour vos avis.....

Écrit par : spyko | 24/12/2009

Juste un petit conseil médico-légal : les notes peuvent elles aussi être saisies par un juge si il a connaissance de leur existence, donc si elles ne doivent pas tomber dans des mains inappropriées, cachez les bien.

Moi je suis une ex urgentiste reconvertie en médecin du travail pour le bien de mes enfants, alors je ne suis pas une référence en psy mais, dans la mesure où le père est(semble-t-il) prêt à tout , même à piétiner la relation de son fils avec sa mère, pour avoir gain de cause, en quoi y aurait-il préjudice à porter ce "problème" à la connaissance du juge des affaires familiales?

Écrit par : colette | 29/12/2009

J'arrive un peu après la bataille! Beaucoup de bons conseils ont été donnés, notamment par Zébuline. Je ne rajouterai qu'une chose: il existe l'ACALPA, une association contre l'aliénation parentale, soutenant le parent victime de manipulations de la part de son ex, et dont l'enfant-skud fait les frais, écartelé entre deux procédures contradictoires. Certains fuguent ou se suicident d'ailleurs
Il faut ensuite que les parents aient un bon compte en banque, pour les frais d'avocat(s)....

Écrit par : Med'celine | 01/01/2010

Les commentaires sont fermés.