Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2009

Suppression des Rased

Ce matin c'était la réunion de rentrée à l'école de mes enfants. Projets scolaires, horaires, explications, deux bonnes heures bien denses mais conviviales.

Mais ce que j'ai appris de la bouche de la directrice m'a scié : l'état supprime progressivement les Rased dans les écoles.
Qu'est ce que les Rased ? Une petite définition ici en grand.


Sinon je vous explique vite fait : si un enfant est reperé comme en difficulté à l'école, trois conduites possibles à l'heure actuelle :

- Les MAP : modules aides personnalisés : sur une demi heure ou 45 mn, l'enseignante prend en petit groupe les enfants qui auront un problème très ciblé et a priori à résolution rapide (par ex. il n'a pas compris les divisions)

- Le Rased : il  s'adresse aux difficultés plus globales : échecs face à la lecture par ex., problème de comportement en classe, problème de logique en général... Le rased comprend tout un réseau de spécialistes au sein des établissement : des psychologues scolaires, des réeducateurs,  soit ciblés sur les troubles d'apprentissages, soit ciblés sur les troubles du comportement.

- Enfin, si vous n'avez pas confiance en l'école ou si le souci est plus sérieux , troisième solution : libre à vous de consulter à l'extérieur de l'école, ou en libéral.


Donc dans l'école de mes enfants, suppression pure et simple des psychologues scolaires, des rééducateurs. Le problème est qu'on habite une toute petite ville (ou un gros village au choix ) : pas une orthophoniste, pas un psychologue en vue en libéral.
Donc si la maitresse voit un élève en difficulté sérieuse : rien ne peut plus être proposé à l'école. Mais rien de possible non plus sur la ville. Rien de rien. Il vous faut prendre votre voiture, aller en libéral...

Et on en vient à une école à deux vitesse : votre enfant a un souci, vous avez des sous : pas de soucis, vous prenez votre voiture et allez consulter le spécialiste dans la grande ville.
Vous n'avez pas d'argent, pas de véhicule ? Et bien on ne vous propose rien.... Pas de psy à l'école, pas d'orthophoniste en ville, rien. Vous vous démerdez. Et vous laissez votre enfant couler doucement en classe.

Je ne veux pas croire qu'on prenne consciemment des décisions pareilles...  Cela veut dire que très froidement,on décide de laisser sur le bord de la route des dizaines de familles et d'enfants qui n'auront pas de ressources suffisantes pour trouver de l'aide...

Pourtant, il y a trois ans, quand mon fils a eu quelques soucis d'apprentissage, l'aide de la psychologue scolaire et du rééducateur nous avait grandement fait avancer. C'est tout de meme mieux d'avoir une aide sur place, au sein de l'école, plutôt que d'aller courir de droite et de gauche voir des profesionnels, faire rater l'école à l'enfant...
Moi qui suis psy, je ne prêche pas pour ma paroisse ; des tas de choses peuvent se résoudre au sein de l'école et ne justifient pas forcement d'aller consulter le psy.

Oui mais maintenant ?
Si des enseignants me lisent, j'ai peut être fait des raccourcis, pas tout saisi, n'hésitez pas à me dire ce qu'il en est.

 

12:26 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook

Commentaires

C'est sûr que dans le meilleur de monde, chaque enfant aurait un suivi personnalisé. C'est ce que j'aurais aimé pour moi, c'est ce que j'aimerais pour mes enfants.

Mais qui va payer ?


(combien coûtent les Rased?)

Écrit par : olivier | 15/09/2009

Tout a un coût c'est sur. La question est de faire la part bénéfices attendus/coût.

Ce qui m'ennuie dans ce que je relate des Rased, c'est que là, spécifiquement, dans la ville où j'habite, éloignée des grandes villes, c'est la fin de tout accompagnement et toute aide pour les enfants des familles les plus désargentées.

Écrit par : spyko | 15/09/2009

parole de prof : c'est fort bien expliqué et je ne vois pas de raccourcis ... j'ai même appris des choses ...
je suis tout à fait d'accord avec le raisonnement tenu.
Actuellement dans l'éducnat, tout plein de petites mesures sont prises à gauche et à droite, sans que le lien entre elles soit forcément évident. Avec un chouia de recul, on s'aperçoit qu'elles vont toutes dans le mm sens : faire des économies (petites) en diminuant (grandement) le service proposé. Je ne suis pas très optimiste quant au résultat...

Écrit par : Micahuète | 15/09/2009

Et ils étaient où, les gens, quand on a protesté contre la réforme Darcos l'année dernière? Quand on a fait la nuit des écoles pour râler contre la suppression (entre autre) des RASED?
Je m'étais investie là dedans, et j'avais été dégoûtée par l'absence de réaction des gens, des parents comme nous, qui ne se sentaient pas concernés, qui n'écoutaient même pas ce qu'on avait à leur dire! j'ai vécu le fait de se sentir insultée en distribuant des tracts dont moi, j'étais convaincue de l'utilité!
Une révolution, en France, en 2009? Impossible! Ce mot devrait être rayé du dico tellement la population est incapable de réaction collective de nos jours! Tout est trop morcelé, de toute façon, tout est cloisonné, on monte les gens les uns contre les autres, caste par caste, service par service. Intéressante, l'application du "diviser pour mieux régner": on y est, les 2 pieds dedans, et bien enfoncés...
Alors, les RASED... T'es riche, tant mieux pour toi; t'es pauvre? Crève! Je suis furax, là, désolée!
Bises!

Écrit par : Med'celine | 15/09/2009

Med'Celine je dois admettre que tu as 100% raison. Je ne me sens pas très fier de râler après la bataille...
Je crois qu'on est souvent pris dans une sorte d'inertie. Soit où se dit "allez, ça finira par s'arranger, pas la peine de stresser". Ou bien pris dans le fatalisme on se dit à quoi bon manifester, ça ne changera rien.

Moi non plus je n'ai pas réalisé, ou pas voulu voir, l'ampleur et la réalité de ce que allaient entraîner les réformes.

Écrit par : spyko | 15/09/2009

L'Etat pense peut-être que l'aide personnalisée peut remplacer les RASED... non. J'ai apprécié de travailler avec des collègues de RASED, formées pour ça, avec qui nous avions des vues complémentaires sur les enfants concernés. (Enfin, il faut aussi préciser que certains RASED, malheureusement, fonctionnaient avec des personnes qu'on ne savait où caser plutôt qu'avec des personnes formées pour; j'ai malheureusement connu le cas, mais ce n'est pas la majorité, heureusement!)
L'aide perso peut aider des enfants en difficultés ponctuelles, elle est précieuse, mais ne résout (ou tout au moins n'essaie de résoudre) que les problèmes d'apprentissage ponctuels, ou portants sur des points précis du programme.
Des difficultés plus "psy"? Il reste à orienter les parents vers les CMPP, surchargés mais gratuits...

Écrit par : une instit ;-) | 15/09/2009

Tu as tout bien compris. Dans l'école où je bosse, il y a un psy scolaire qui peut intervenir, qui est à mi-temps sur un secteur étendu qui couvre plus d'une dizaine d'écoles. Il ne peut que faire un diagnostique (recevoir les parents, puis l'enfant deux fois, puis les parents pour un bilan) et les aiguiller... vers les services hors école, ou leur dire, bien souvent : votre enfant n'est pas encore élève, il aurait besoin d'un maître du rased mais il n'y en a pas dans le secteur, donc on ne peut rien faire pour lui.
Et nous, que fait-on avec cet enfant qui n'est pas élève ? Et les parents, que font ils avec leur enfant qui n'apprend pas, ne grandit pas... et c'est une espèce qui se multiplie bien vite !
Certes, les rased ça coute ... cher... mais laisser des enfants sur le bord de la route, c'est multiplier le nombre d'adultes qui ne seront pas autonomes, non ? ça coute rien ça à la société ? Faut pas regarder plus loin que le bout de son nez, c'est ça ?
Je suis en colère, c'est clair par toutes ses mesures qui favorisent toujours et encore les milieux très favorisés (qui ne représentent pas beaucoup de personnes) au détriment de tout le reste de la population. Quelle société est on en train de construire pour nos enfants ?
Une satisfaction, malheureuse, mais une satisfaction tout de même : certaines personnes, comme toi, sont conscientes de l'importance de l'école pour l'avenir de nos enfants comme de l'importance de ces Rased !
Merci à toi d'avoir fait cette note.
A bientôt.

Écrit par : Chab'instit | 15/09/2009

il semble que même des Inspecteurs Généraux ont compris la distinction entre enfant en difficulté ponctuelle (aide personnalisée, pourquoi pas ?) et enfant en lourdes difficultés (aide RASED, dans les murs de l'école). C'est dans le Monde d'aujourd'hui.
Pour ma Circonscription rurale, 5 suppressions de postes RASED sur 18 en cette rentrée... au moins 125 gosses sans l'aide adaptée dans les semaines qui viennent. Dur dur...
Cordialement, Guy, rééducateur

Voici l'article du Monde.

L'aide en question
Le doute est permis : si l'aide individualisée ne sert pas aux élèves les plus en difficulté, ne dessert-elle pas les autres ?


Epinglée, l'aide personnalisée ! Celle qui devait diviser par trois le nombre d'élèves entrant au collège sans savoir ni lire ni écrire " ne permet pas, selon les enseignants, de compenser les difficultés lourdes ", estiment Odile Roze et Philippe Claus. Ces derniers ne peuvent être accusés de vouloir dénigrer l'action politique, étant de la grande maison éducation nationale. Ce sont en effet deux inspecteurs généraux, éminents spécialistes, qui ont été mandatés pour suivre sur le terrain la mise en place dans le primaire des grandes réformes de la rentrée 2008, et dont les travaux sont aujourd'hui rendus publics. Nuancés, Odile Roze et Philippe Claus ne concluent pas non plus à l'inefficacité totale du dispositif - qui permet de prendre deux heures par semaine les enfants les plus en difficulté - qu'ils qualifient de " bon coup de pouce " pour des élèves souffrant de difficultés ponctuelles.

La question centrale reste de savoir si, du point de vue des politiques publiques, il est plus efficace de soustraire une demi-journée de classe à l'ensemble des élèves pour distribuer ces heures annuelles sous forme d'aide personnalisée, que de laisser 26 heures hebdomadaires à tous. L'éducation montre là encore son double visage, son inscription à cheval sur les politiques publiques et les intérêts personnels. Elle a le devoir d'optimiser l'argent du citoyen et de favoriser les destins individuels. Un second angle d'approche, amplifié depuis que Nicolas Sarkozy a assigné à l'école la mission d'être son propre recours, avec l'instauration d'une aide la plus personnelle qui soit. (PHOTO : AFP)

Écrit par : Guy HERVÉ | 16/09/2009

Je ne peux, hélas, que m'indigner avec toi et ceux qui s'indignent aussi.
Ce n'est même plus de colère dont il s(agit, mais d'impuissance désolée et désolante... On ferme ce genre de classes partout, et les mômes se retrouvent perdus au fond de classes qui ne prennent en main leurs difficultés qu'à petits coups d'aides personnalisées qui sont autant de coups d'épées dans l'eau pour ces élèves en grande difficulté...
Je ne sais effectivement pas trop ce que tout cela nous prépare pour demain et après-demain, sinon qu'il y a un décalage abyssal entre les intentions et les moyens...
Mais bon, nous sommes tous pareils, n'est-ce pas, Med'celine, on ne s'interesse à tout cela que lorsqu'on est concerné. Consternant !

Quant aux CMPP, pour ne citer qu'eux, c'est effectivement gratuit -enfin, gratuit... remboursé sans avance par la sécu qui paie parfois 300 euros pour une séance... qui ne couterait que 40 ou 50 euros chez un psy en libéral pour le même travail (et je ne parle que des psys...)- et surchargé : Pour information, un coup de fil hier-même au CMPP du coin pour une prise en charge urgente d'une gamine de 13 ans en grande souffrance psychique ? D'accord monsieur, le 9 février, ça vous va...? Tu parles si ça me va !!!! En attendant cette prise en charge, je prends la gamine en consultation... 40 euros payés par des parents qui mettraient bien cet argent ailleurs... Tiens, ce n'est plus de la consternation, ça redevient de la colère...

Écrit par : psyblog | 22/09/2009

Je vois qu'on a les memes difficultés pour orienter les enfants vers des suivis !

En clair, maintenant c'est : vous pouvez payer ? Ok, aller en libéral vous aurez un rdv dans qq semaines.
Vous ne pouvez pas payer ? Contacter le CMPP, ou le centre de consultation de votre ville....Et attendez six mois...

L'état est en train de supprimer des aides sur l'école (mais aussi sur l'hopital de toute facon), sans donner les moyens aux centres de consultations externes pour absorber le surplus de demandes...

Écrit par : spyko | 23/09/2009

je ne suis pas d'accord pour dire que les rased coutent cher bien qu'ils ne soient pas comptabilisés comme ayant une classe; Ce sont des enseignants spécialisés et donc inclus dans le budget de l'education nationale. Par contre c'est la possibilité de prendre en compte l'individu qui apprend ou qui ne peut apprendre, sans le stigmatiser, c'est l'opportunité de faire réfléchir les équipes pédagogique sur la difficulté inhérente à tout apprentissage, de prendre du recul sur ce que veut dire être en difficulté à l'école selon l'age que l'on a et la vie que l'on vit. C'est un autre regard sur l'enfant et l'élève adossé à un autre positionnement institutionnel et alimenté par une autre approche théorique. Tous les enseignants de rased on été enseignants dans une classe ils connaissent donc les deux facettes de ce qui se passe à l'école, ils savent la difficulté d'enseigner mais ont choisi de se pencher avec plus d'attention sur la difficulté à apprendre que rencontrent certains élèves quelque soit le milieu dans lequel ils vivent. Oui il y a surement des élèves qui ont besoin de l'aide d'un rased même à Neuilly!!!Les rased à l'école c'est une épine dans le pied de nos "comptables à la petit semaine" qui n'ont aucune idée de ce qui se passe dans une classe et encore moins dans la tête d'un élève. Enfin les rased sont sûrement les témoins les plus privilégiés des conséquences des réformes misent en place et des dysfonctionnements qu'elles provoquent à tous les niaveaux et peuvent en témoigner, comme ils peuvent témoigner que les enseignants n'en peuvent plus d'être critiqués, conspués, humiliés dans leur professionnalisme;Ce sont des témoins gênants et celà est impardonnables,,,
Nadine rééducatrice rased

Écrit par : guionie | 27/09/2009

Celà est impardonnable!!!(sans faute cette fois)

Écrit par : guionie | 27/09/2009

Les commentaires sont fermés.