Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2009

Lâchez vos ados...

Je ne sais pas trop comment je serai plus tard avec mes enfants, mais j'ai un regard critique sur certains parents qui ont du mal à lâcher la bride de leur adolescent.
Je me doute que l'adolescence est source de stress aussi pour le parent, son enfant grandit, lui échappe. Il ne peut plus tout maîtriser à l'âge justement où on aime prendre des risques et découvrir de nouvelles choses.

Pour moi, à l'adolescence, l'intérêt de la consultation psychologique réside dans la confidentialité qui est là.
L'ado a à sa disposition un espace de parole à lui, où il pourra se dire sans être jugé.
Il pourra apprendre à penser et réflechir pour lui. Alors que, en tant que parents, on a beau faire, on est souvent dans le "il faut que /il faut pas".

C'est ce que je dis lors du premier entretien, en présence de l'ado et ses parents : confidentialité pour qu'un discours différent puisse émerger, sans pression.

Mais cependant, ce n'est pas toujours simple.
Je me souviens d'un consultation où, rendant l'adolescent à sa maman, celle-ci revient sur ses pas, referme la porte derrière elle brusquemment, laissant son ado dans le couloir. Elle se tourne vers moi, et me dit sur un ton agressif/stressé :
"Alors, qu'est ce qu'il vous a dit ?"

Fichtre ! Il me semblait bien avoir expliqué l'intérêt d'un espace de parole propre...
C'est si insupportable que ça que son adolescent ai besoin d'un jardin secret, d'un lieu à lui ?
Moi je trouve toujours formidable qu'un ado qui arrive en consultation renfrogné, opposant, visiblement agacé d'être là, finisse par me faire confiance et me parle de lui. J'aimerai autant que le parent soit content avec moi ! Quelque chose du genre "Moi je n'y arrive plus, mais si au moins il vous parle à vous, je suis rassuré".
Mais non, ce n'est pas toujours possible.

Dans le cas que je racontais, j'ai rappeler à la maman les règles, puis fait rentrer l'ado et repris cinq minutes pour dire quelque chose du genre "ta maman était inquiète de ce que tu as pu me dire, est ce que tu veux lui en dire quelque chose de ton côté ? ".

Je repense à cela car tout à l'heure, la secretaire me dit qu'une maman demande à ce que je la rappelle car, dixit, "elle voudrait savoir ce qu'a dit sa fille en consultation pour mieux l'aider à la maison".
Ben, tiens, comme c'est pratique ! "Je vous assure, hein, c'est pas pour ma curiosité, que je demande ça, c'est pour l'aider, je vous jure !!"

Il faut accepter que nos enfants ne nous appartiennent pas... Ce n'est pas évident, ce n'est pas facile, on veut les protéger, mais il faut l'accepter.
J'essaie de me faire à cette idée, moi même en tant que papa, ne pas être intrusif, ne pas vouloir tout savoir, mais être là comme guide, comme repère simplement.
Peut être que j'aurai moi aussi du mal à l'adolescence de mes enfants, qui sait !

Enfin, terminons par la palme, cette maman qui m'appelle après que j'ai vu sa fille la veille :
"Oui, je voulais savoir, elle vous a parlé de son petit copain ?"
"Euh... Pourquoi vous me demandez ça ?"
"Parce...Vous comprenez...Il faut que je sache...Ils ont des rapports, oui ou non ???".
"....(blanc).... Peut être que vous pourriez en parler avec elle directement non ?

Quant à une collègue à moi, des parents ont demandé la saisie du dossier médical pour voir ses notes et savoir TOUT ce que l'ado avait pu lui dire...

Tiens, d'ailleurs, c'est une prochaine question à développer : avec l'accès du patient au dossier médical, les parents peuvent demander à voir le dossier de leur enfant.
Moi qui note le résumé de mes consultations dedans, comment je me débrouille avec le secret professionnel ? Comment ce que me disent mes petits patients peut rester confidentiel ?...


17:24 Publié dans Hopital | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Je suis révolté à l'idée que des parents puissent avoir accès au dossier psy de leur enfant. C'est proprement hallucinant. Incroyable que ça n'ai jamais été considéré comme dangereux d'un point de vue purement médical par personne à l'Assemblée lorsque le projet de loi à été voté il y a quelques années...

Écrit par : Leto | 28/04/2009

Rendez vos notes incompréhensibles pour tout autre. C'est amusant... et salutaire!

Écrit par : Rodrigue | 28/04/2009

Bonjour spyko,

Les psychologues que je connais ont tous 2 dossiers sur leurs patients: leurs notes d'entretiens d'un côté, et le dossier "officiel" d'un autre, avec des informations assez générales, qui décrivent dans les grandes lignes l'enfant (ou l'adulte quand c'est le cas), sans s'immiscer dans le confidentiel. La séparation des 2 dossiers permet de pouvoir communiquer le dossier lors d'un changement de praticien par exemple, dossier qui sera une base de travail mais respectera la confidentialité des échanges.

Lorsque le psychologue quitte l'institution il est obligé de laisser la partie "officielle", mais emporte la seconde partie du dossier (ses notes personnelles) avec lui.

Ca vous donne des idées?

L'accès au dossier médical, dans sa partie psychologique, serait dans l'idéal toujours débriefé avec le professionnel de l'époque. Avez-vous déjà eu l'occasion de reparler avec les patients de vos anciennes consultations?

Merci pour les récits :)

Halley.

Écrit par : Halley | 28/04/2009

Leto : moi aussi ca me revolte de voir que des parents puissent être aussi intrusif, se refusent à laisser un espace d'intimité à leur ado !

Rodrigue : Involotairement, je rends mes notes assez incompréhensibles. En effet, je n'ai pas une très belle écriture à la base. Mais j'avoue que lorsque je dois noter sur le dossier des choses très intimes du patients pour me les rappeler, je ne fais là aucun effort, mais aucun pour rendre mon écriture plus lisible !

Halley : oui un double dossier. On y avait pensé. Mais à l'hopital, je ne fais pratiquement pas de suivi : je vois ponctuellement des patients hospitalisés à la demande des médecins. Donc un entretien en général. Quelques uns au maximum. Ce qui fait que je ne vois pratiquement que des nouveaux patients. Et sur une année, ca fait des centaines et des centaines de dossier à créer...Mon bureau n'y suffirait peut etre pas ? Et pour s'y retrouver, il faut créer un archivage, etc, etc...
C'est sur que ce serait le mieux d'avoir un dossier psy à part. Mais pas évident à mettre en place.

Écrit par : spyko | 30/04/2009

J'espère que ton silence est seulement l'indicateur de journées surchargées... Reviens vite, Spyko!

Écrit par : Med'celine | 11/05/2009

N'oubliez pas que vous devez déclarer tous les dossiers/fichiers à la CNIL, le premier, le second , le top secret etc. Sinon police menottes prison interdiction d'exercer.

Écrit par : pedopsy | 23/06/2009

Je ne sais pas si pour un psychologue la notion de dosssier médical existe puisque la psychologie ne fait pas partie de la médecine et donc n'obéit pas aux mêmes règles. Ceci dit, quand, en tant que médecin on transmet un dossier médical, on transmet en général les résultats des examens, les courriers échangés avec les confrères, les récapitulatifs es protocoles, traitements... mais jamais les notes perso...Moi, en ce qui me concerne je remets toujours des doubles de tout aux patients, ils ont donc toutes les pièces nécéssaires sur eux.

Écrit par : marie lo | 26/06/2009

Ah ben ça me laisse perplexe cette attitude des parents... Mon fils a eu 4 séances après la naissance de son frère et de sa soeur parce que je sentais que notre relation dérapait.
Il avait donc 5 ans, le psy l'a reçu seul, j'attendais dans la salle à côté puis on faisait un point de 10 min ensuite. Le psy me retransmettait l'évolution de mon enfant et ce qui pouvait nous être utile. Entre autre que notre enfant avait besoin d'exprimer sa colère. et la reflexion sur un stage découverte du poney (sport qu'il pratique maintenant avec passion)
Idem quand mon mari l'a accompagné.
Jamais je n'ai demandé ce qu'il avait dit... Aucun intérêt... Si on emmène l'enfant voir un tiers et a fortiori un thérapeute c'est qu'on a pas su entendre ou faire dire, l'objectif est que tout le monde aille mieux... Peu importe ce qui est dit au psy!
après on s'étonne que les enfants aillent mal...
Enfin... Désolée, comme je découvre votre blog depuis quelques temps je reviens en arrière et là j'ai réagit!

Écrit par : Zéb' | 10/12/2009

Les commentaires sont fermés.