Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2009

Et l'autorité bordel ?!??

Par cette belle journée ensoleillée, j'ai envie de râler.
Pourquoi ? Légère pointe d'amertume ! Je vois depuis ce matin par la fenêtre de mon bureau le beau ciel bleu et le soleil éclatant. J'entends le rire des enfants dans les jardins de l'hôpital. Et je suis là assis sous les néons à consulter. On a beau être psychologue et apprendre à gérer et mettre à distance ses émotions, non franchement, il y a des choses où ça n'est pas possible.
Comme le disait cet auteur classique du XXème siècle bien connu, "le lundi au soleil (...), c'est quand on est derrière les carreaux, que l'on travaille que le ciel est beau". Méditez là dessus, vous avez deux heures, une copie-double minimum.
Bon ok, on est mercredi je sais , mais ça ne change pas fondamentalement le message qu'on soit lundi ou mercredi, et puis n'embêter pas, puisque je vous dis que j'ai envie de râler. Bon sang, vous écoutez ce qu'on vous dit des fois ?

Bref, disais-je, j'ai envie de râler. De faire mon vieux ronchon passéiste, le coup du "c'était mieux avant" et de "ma bonne dame, de mon temps c'était autre chose, ah si mon père avait vu ça".

Je vous avais déjà parlé de la consultation Super Nanny , celle où le rôle du psychologue (un peu dépité) se borne à rappeler aux parents que "si, si, je vous jure, vous avez le droit de dire "Non" à votre enfant et de lui donner des limites".

Alors petit florilège des derniers semaines de consultations Super Nanny :

- Pré ado d'environ 12 ans que je viens chercher dans la salle d'attente entouré de ses parents. Il jouait à sa console dans la salle d'attente. Voyant que ses parents se lèvent, il se lève aussi mais tout en continuant d'avoir l'oeil rivé sur la console, et il marche tout en jouant. Pas de "bonjour" non plus en réponse au mien, ça c'est optionnel (règle number ouane : papa et maman ne s'émeuvent pas de l'absence de réponse à mon bonjour, c'est la condition sine qua non de la consultation Super Nanny : pas de réaction, surtout pas, lorsque l'enfant sort des règles ou du cadre).
Bref, nous nous asseyons dans mon bureau et je le regarde s'asseoir et continuer à jouer. Ca n'a pas l'air d'émouvoir grand monde. Je pose quelques questions, dont certaines à l'ado.
Maman se fend d'un "dis, tu pourrais éteindre ta console quand le monsieur te parle". Mais pour autant elle ne bouge pas. (règle number tou de la consultation Super Nanny : être persuadé que ses ordres ne seront suivi d'aucun effet, les dire sur un ton pas du tout persuasif et ne pas s'inquiéter s'ils ne sont pas suivis d'effet).

Je décide d'attendre. La maman commence à m'expliquer la situation. Je lui non, que j'attends, qu'on puisse discuter tous les quatre de ce qui les amène ici. Et je me tourne vers l'ado en lui disant que j'attends qu'il soit prêt.
20 secondes de silence.
(c'est long 20 secondes quand même dans cette situation... ). Et papa, enfin, comprend que, tiens, peut être, il pourrait donner un....Ah zut comment ça s'appelle déjà ?...Un...Ah oui. Un ordre.

Ouf. Alors c'est sur que lorsque la consultation commence comme ça, et que les parents m'expliquent ensuite qu'ils ont des soucis avec leur ado malade "parce qu'il refuse de prendre ses traitements", je me dis que j'ai peut être un bout de l'explication.

Ceci dit, cet ado s'est révélé plutôt bavard une fois seul et avait plein de choses à expliquer sur son vécu de la maladie, l'impression que les adultes avaient tellement tout décidé pour lui étant petit (traitement, hospitalisations,...), que refuser, c'était pour lui la seule façon maintenant de s'affirmer et de récupérer un peu de pouvoir.


Et le pompon revient à cette dame.

Elle avait rendez vous un mercredi à 10h00. Je l'attend. 10h15 personne. La secretaire m'appelle à ce moment :
"La maman de la petite Bidule vient d'appeler. Elle ne viendra pas. Elle dit que sa petite dort encore, elle n'a pas osé la réveiller".

Gloups... Je manque de m'étrangler... Elle n'a pas osé la réveiller ????
Et juste ensuite, la cerise sur le gâteau
"Et puis, elle dit que comme elle n'a pas pu venir aujourd'hui, il lui faut un autre rendez vous. En urgence.".

Je crois que finalement, j'aurai du m'inscrire à la fac des Super Nanny, ça aurait été vachement plus aidant pour certains patients.


Et puis, l'habituel, celui qu'on a plusieurs fois dans la semaine et dont on ne se lasse pas, l'autorité à son plus beau niveau...
Dans mon bureau, j'ai bien sur pas mal de jouets, feuilles, feutres à disposition des enfants.
Et bien entendu, les petits font souvent un peu le chantier, c'est normal, ça ne me choque pas outre mesure.
Par contre, ce qui me choque un peu plus, c'est quand, en fin de consultation, que mon bureau ressemble à un champ de bataille avec des jouets dans chaque coin. Que la maman (ou le papa) se lève et dit (et ça c'est une phrase que j'entends tres tres souvent !) :

"Oh...Il a fait du chantier.... Désolé ! Et bien, au revoir et à la prochaine fois".

Et hop. Pas de rangement. Déjà c'est pas sympa pour moi, mais ça, je vais pas en mourir.
Mais par rapport à l'enfant, je trouve ça assez extraordinaire de lui inculquer comme règle "tu as le droit de faire du chantier chez les autres et de ne pas ranger".
Ou alors je suis un vieux C..., je ne sais pas, mais quand mes enfants retournent la caisse de jouets dans le bureau de mon généraliste, je leur demande toujours de tout ranger en partant. Chai pas. Doit être bizarre moi.

Dis, Super Nanny, tu fais pas des massages aux psy un peu fatigués en fin de journée, quand il fait beau dehors et qu'ils consultent, et qu'ils sont un peu énervés, et qu'ils en ont marre des parents qui veulent pas donner de règle.
Hein ? Pas moyen ?
Des fois, c'est trop pas juste la vie de psy.




18:06 Publié dans Hopital | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

Commentaires

Ah! ah! ah! vous nous avez bien eu avec votre poisson d'Avril !! On sait bien que c'est super fun une consult' supernanny (je suis sûre que vous en redemandez ;-))

Bon courage..sous le soleil !

Écrit par : doclili | 01/04/2009

Tres bon Doclili !
Effectivement, j'avoue, j'adore ce genre de consultation, j'en veux encore, je postule pour être la doublure de SuperNanny à la tv....Mon grand rêve !

Écrit par : spyko | 01/04/2009

J'aimerais être jury au casting de recrutement, je te ferais passer!!
J'en ai eu aussi à gérer, des enfants-à-envoyer-direct-contre-le-mur... Des qui sautent partout, même escaladant le bureau, dotés de parents liquides à force de mollesse. Une fois, j'en ai attrapé un par les épaules en plein milieu de son cirque, je te me l'ai assis d'autorité sur la table d'examen en lui intimant d'un air pas commode que "ça suffit, maintenant, tu m'écoute!". Mère évanescente, volatile, aréactive. Proche d'un Glasgow nul... Ben dis, il a été tout sucre ensuite, Attila! J'ai pu l'examiner comme un gosse normal (ce qu'il était en fin de compte), il devançait presque mes demandes! La mère, toujours mollement: "ah ben c'est la première fois qu'il se laisse faire!". Normal...

Et d'autres fois, je jauge les mères dès le premier regard, et on dérive la discussion de l'angine qui l'amène au déficit d'autorité parentale. Je ne les juge jamais (qui suis-je pour ça?), je tente de leur donner des pistes concrètes en partant de ce que vois à ce moment-là en consultation "là, par exemple, vous auriez pu dire ou faire ceci...".

Des fois, on s'éloigne de la médecine pure et dure, on fait du social, on se fait confesseur (et non con-fesseur, c'est absolument hors contexte...)

Écrit par : Med'celine | 01/04/2009

... et au fait, j'adore tes raleries!!

Écrit par : Med'celine | 01/04/2009

Comme je te comprends! parfois j'aperçois ces enfants terribles dans la salle d'attente qui hurlent en déchirant les revues, ou qui courent dans les couloirs de la clinique , ou pire qui pataugent autour du distributeur d'eau fraiche proche de mon bureau... et c'est moi qui les tanse, pendant que les parents ont l'air de se demander "de quoi je me mêle?". L'enfer c'est la consult gynéco avec un petit présent, d'abord parce qu'il n'a rien à faire là, et ça les met super mal à l'aise (comme tu dis les parents pensent qu'il ne comprend rien!)et quand ils sont mal élevés (terme très approprié) et qu'ils ont mis un sac terrible dans mon bureau pas du tout adapté, et bien je ressors quasi échevelée et ennervée... mais je pris la maman de ne pas revenir avec son petit... et tant pis si ça ne lui plait pas! Bon , toi tu ne peux pas loool ! comme toujours ton histoire est bien narrée, tu vois je m'y suis cru et je râle aussi!

Écrit par : Thétis | 01/04/2009

Thetys et Med'Celine : on va créer le collectif de ceux qu'en ont trop marre des parents qui gèrent pas leur enfant. Non mais. Ca suffit nonmého !
Je suis un peu comme toi Med'Celine, j'aime pas trop donner des conseils et des recettes, car je me fais la meme remarque : qui suis je pour juger ou pour croire mieux faire. Mais quand meme, faut pas dépasser les bornes des limites tout de meme. Là je dis les choses, un peu comme toi, en donnant non pas des recettes toute faites, mais en m'étonnant que l'enfant puisse faire ceci ou cela.
Quand à toi Thetys, je te plains, la consult' gynéco avec le gamin au milieu, j'imagine ! "Vous êtes gênée pendant vos rapports ? "..."Dis maman, c'est quoi un rapport heiiiin ?????"
Moi je te suggère pour occuper le mome : un pessaire dans la main, un speculum debout à l'autre coin de la pièce et hop, essaie de l'accrocher, hop.
Un jeu sain et sans danger.
Le lancer de sterilet est beaucoup plus alétoire. A éviter.

(Bon ok, c'est nul. Je sors)

Écrit par : spyko | 01/04/2009

Je vois bien ce dont tu parles car je suis en ce moment confrontée à ce type de situations où je suis amenée comme vous tous à nommer les limites aux parents et aux enfants. Certains parents attendent aussi que le psy agite sa baguette magique et qu'au bout d'un entretien le problème de comportement soit réglé. Il y a du boulot...

Écrit par : celine b | 02/04/2009

Oui Céline, je vois bien ces attentes implicites de certains parents " Soignez mon enfant mais surtout ne me demandez pas de me remettre en cause !"
Tu parles Baguette Magique et c'est drôle, parce que quelques fois, c'est ce que je dis à certains parents pour les faire un peu réagir.
Quand ils me font les doléances de tout ce qui ne va pas chez leur enfant, que je tente quelques petits conseils et qu'à chaque j'ai "ah non ça, ça ne sera pas possible" et "ça ne marchera pas", je lance quelques fois "Je suis désolé, mais aujourd'hui, j'ai oublié ma baguette magique...!" et j'essaie de faire passer le message qu'il va falloir se remettre un peu en question

Écrit par : spyko | 02/04/2009

ha ha ha la fac des Super Nany !
Bon je vois que nous vivons tous les mêmes choses... y compris le chantier dans la salle d'attente. En plus j'ai une salle d'attente "spécial enfant", où ils se permettent des chantiers pas possibles... Je leur demande avec le sourire de "juste laisser au moins un peu de place pour que l'on puisse ouvrir la porte"... Alors je te raconte pas la crise monumentale -du gamin, pas de moi-, un jour, lorsque j'ai dû détruire la superbe construction d'un gamin de cinq ans ... qui avait entassé TOUS les jouets présents dans la pièce... juste devant la porte... "Super Papy psy" est arrivé d'abord avec sa tendresse, puis sa voix douce mais ferme, puis avec sa fermeté, et a fini par engueuler le petit, devant les yeux amusés des parents qui, souriants, lui ont expliqué que "ben voilà, il est toujours comme ça, il fait toujours tout le contraire de ce qu'on lui demande"... C'est cela... oui.

Écrit par : psyblog | 02/04/2009

C'est fou tout de même, la (encore) jeune instit que je suis dit déjà "c'était mieux avant", "les parents ne savent plus dire non à leur enfant", "ils ne savent ce que c'est que respecter des règles et faire des efforts"... il faudrait bien une "super nanny"de passage dans chaque école afin de recevoir les parents tien !
ça me rappelle un motif d'absence pour un de mes élèves de l'an dernier : Mon fils ne sera pas là cet après-midi car nous allons chercher la nouvelle voiture...
Précision, en fin de cp, après 2 ans dans ma classe, il n'avait toujours pas une attitude d'élève, ne savait pas trop ce qu'il faisait là, ce qu'il avait à y faire, ce que voulait dire apprendre à lire... mais ses parents ne voulaient pas qu'il refasse un cp.

Si super nanny vient soulager les psy qui galèrent parce que les parents ne savent pas donner d'ordre, tu pourrais lui souffler l'idée de former des masseurs pour les enseignantes qui galèrent pour les mêmes raisons.

A bientôt.

Écrit par : Chabada | 02/04/2009

idée géniale, empiler les pessaires par ordre croissant sur un spéculum ! et puis comme ça les mères comprendront que la présence du petit est déplacée ..!

Écrit par : Thétis | 03/04/2009

Les commentaires sont fermés.