Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2009

Pater

Je n'ai pas envie de voir mon père... Personnage tyrannique de mon enfance, parti à mes sept ans, père qui n'a jamais donné ni affection, ni temps, ni paroles chaleureuses...
Et pourtant, je vais être obligé. Obsèques familiales, il y sera, j'y serai. Nous ne nous sommes pas vu depuis des années.
Je n'ai  plus la force de le voir, lui, il n'en a pas l'envie.

On ne fait pas psy par hasard, et sans doute cela y a-t-il contribué. Pourquoi ai je continué des années à attendre ou espèrer quelque chose qui n'est jamais venu.
Ca doit être là, quelque part, dans les gènes, c'est atavique, on est programmé pour aimer ses parents, fatalement, désespèrement.
C'est Aldo Naouri qui disait, aux parents qui avaient peur de trop gronder leur enfant de peur qu'il ne les aime plus : ne vous en faites pas, n'ayez pas peur, vous etes leurs parents, ils sont de toute façon condamnés à vous aimer.
Comme il avait raison finalement. Condamné à aimer et courir après l'amour d'un type qui est tout sauf "aimable".
Mais qui est mon père.

Voilà pourquoi je crains de devoir aller à ces funérailles car encore une fois, je vais me surprendre à espèrer quelque chose qui ne viendra pas. Et encore une fois, la réalité viendra me rattraper et me heurter de front.

Le jour où je me suis senti mieux, c'est quand paradoxalement j'ai pu en arriver à me dire que je devrai le remercier. J'ai morflé, j'ai attendu, j'ai souffert. Mais finalement, je suis qui je suis grâce à tout ça. S'il avait été le père parfait, je serai surement moins à l'écoute des autres, plus égoïste. Oui, c'est quand je me suis dit que finalement, grâce à tout ça, j'étais moi, c'est là que j'ai pu tourner en partie la page.

Mais même un peu tournée, elle n'est pas complètement fermée car je suis là à redouter de le croiser, moi qui vais bientot avoir 40 ans, me voilà qui craint de croiser mon père... C'est drôle ou pathétique, je ne sais pas trop quelle option choisir.


On ne fait pas psy par hasard non. Mais quand bien même on le devient, psychologue, on n'a pas toutes les réponses.

 

21:11 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

ET Dolto ajoutait qu'on passe sa vie à essayer de pardonner à nos parents d'avoir été nos parents...

Effectivement, on ne devient pas psy par hasard...
Je ne sais avec toi si craindre de croiser son propre père est drole ou pathétique, mais c'est ainsi... Je n'ai jamais parlé du mien, dans mes notes... mais si je me mettais à en parler, ce serait plutot pathétique, moche, rencontre impossible depuis des années, même si on se voit très régulièrement...

Écrit par : psyblog | 27/02/2009

On a tous finalement notre jardin secret, plus ou moins accessible, plus ou moins broussailleux...

Écrit par : spyko | 27/02/2009

On a tous des comptes à régler, ce n'est pas à toi que je devrais dire cela...
Naouri est assez étonnant, il y a des exemples un peu caricaturaux, mais il faut bien ça pour se faire comprendre des gynécologues? J'étais il y a peu à une de ses conférences pour notre profession et des pédiatres... pour un peu, il parlait juste pour moi et de ma Mater.... visionnaire , comment fait-il pour la connaitre aussi bien...? mais oui c'est pour ça que je n'ai fait que des garçons...! lool et puis on n'est pas non plus gynécologue par hasard.

Écrit par : Thétis | 27/02/2009

ah oui tiens, après le débat "pourquoi devient on psy", le pourquoi devient-on gynéco me semble intéressant aussi.
Je n'ai jamais vu Naouri en vrai. Même si je ne partage pas tout ses points de vue, le bonhomme est tout de même intéressant et j'aurai bien aimé y assister moi aussi, à cette conférence

Écrit par : spyko | 27/02/2009

Je rajouterai que de mon côté, l'aspect médical de mon choix professionnel a aussi procédé d'évènements de vie sur lesquels je ne m'étendrai pas. Il faut essayer d'affronter ses démons, ne serait-ce que pour ne pas avoir de regrets ou de remords à un âge plus avancé.

Écrit par : Med'celine | 08/03/2009

Whaouh! J'aurais pu écrire la même chose... Merci tu me déculpabilises (un peu)

Écrit par : mummy active | 11/03/2009

Les commentaires sont fermés.