Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2009

Démerdassek

J'aimerai quelques fois que les médecins qui me demandent de voir un enfant en service soit un tout petit peu plus explicites...
La plupart du temps, lorsque je passe dans les services, les infirmières m'accueillent en me disant "tu as un enfant à voir chez nous !". J'ouvre le dossier et je vois écris par le médecin prescripteur : "Entretien psychologique".
Ok.
Vous avouerez que c'est un peu court comme informations sur les soucis de l'enfant et ce qui a pousser le médecin à demander mon passage. Qu'a-t-il constaté, entendu ? Y a-t-il quelque chose qui contrarie la prise en charge médicale ? La souffrance est-elle à chercher du côté de l'enfant ? Des parents ?

Le plus souvent, je demande des infos aux infirmières, mais, ô joie des transmissions, personne ne sait rien (les transmissions, c'est un peu comme le téléphone arabe : au fur et à mesure des heures,  et des redites, il y a de moins en moins d'infos disponibles...).
Je demande ensuite à l'interne du service qui n'en sait pas plus.

En fait, tout le monde s'en fiche : un médecin a écrit "entretien psy", ok, c'est bon, maintenant la balle est dans le camp du psychologue, chacun considère que ce n'est plus son job... Du coup, démerdassek...

Mais alors, imaginons.... Essayez d'envoyer un enfant en radiologie en écrivant "examen radiologique" sur le bon et rien d'autre...
Allez, mon cher radiologue, tu me fais des clichés partout, je te dis pas ce que tu cherches, à toi de me dire ce que tu trouves...
Personne n'ose l'imaginer ça.

Bon je caricature, mais tout de même, je ne suis pas omniscient et j'ai besoin d'être un peu orienté.
Et de plus, ce qui contrarie le médecin demandeur, sa demande à lui précisemment, ce n'est peut être pas la meme demande que celle de la famille.
Je vais rencontrer une famille, un enfant qui vont me parler de tel ou tel thème douloureux pour eux alors que peut être, la demande du médecin portait sur tout autre chose.

Et pourtant, ce n'est pas faute de l'avoir dit : "s'il vous plait, lorsque vous demandez mon passage, explicitez votre demande !".

C'est donc une consultation psy que nous dénommons, ma collègue et moi, par le nom de code charmant de "consultation DTTS" : Démerde Toi Tout Seul.

Car comble de tout, souvent, les parents ne sont pas présents lorsque je passe. Je me retrouve donc face à un enfant dont je ne sais pas pourquoi je le vois, qui lui est trop petit pour m'expliquer pourquoi il doit être vu.
Je vous laisse imaginer le flottement, la perte de temps (pour tout le monde) et quelque fois, l'inutilité de mon passage...

Peut être, et je devrai y songer plus sérieusemment, devrai-je me lancer dans le tirage de carte, le marc de café ou la boule de cristal ?

Et là je parle des tout petits, mais ce n'est guère plus simple lorsque je peux me trouver face à un ado un brin opposant (parce que lui, normalement, il sait et a compris pourquoi je dois le voir, le médecin ayant du en discuter avec lui avant).
Mais adolescence oblige, ça peut donner ceci :

- "Bonjour, le Dr X. m'a demandé de venir te voir aujourd'hui"
- ".....Mmmmouais..." (sorti sur un ton lassé, caché derrière une frange de cheveux, pendant l'écriture d'un SMS)
- "Peut être que tu peux m'expliquer ce qui t'arrive et quel est le souci actuellement ?"
- "MMmmm....Gndddfff...Chai pas.... (remise sur les oreilles du lecteur MP3, air lassé clairement affiché)
- "Ok...Alors on peut reprendre depuis le début. Tu es hospitalisé pour une maladie X, ce n'est pas toujours facile. Il y a des choses que tu trouves difficiles pour toi en ce moment ?"
- "Gnnndddffff.... Chai pas moi....

(Là, le psychologue sort les rames, essaie de comprendre la klfjqslifj de demande du médecin qui n'a rien écrit, et donc, est obligé de poser des questions à l'ado en question tout en voyant que plus il en pose, et plus l'ado se ferme et s'oppose...ô bonheur)"

Bref... Certains médecins jouent le jeu et me laisse quelques transmissions, d'autre jamais. Mais réellement jamais.
Un jour (mais je n'ai jamais osé), j'avais dit à une infirmière puisque la seule demande que j'avais sur le dossier était "entretien psy", je noterai en face : "fait", sans plus d'infos...

15:53 Publié dans Hopital | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Vous devriez le faire tout en expliquant le problème à votre hiérarchie et en expliquant la raison d'une telle réponse, je suis certain que ces gens de bon sens -hum,hum, enfin, j'espère pour vous- verrons bien que le défaut d'efficacité ne vient pas de vous...

Écrit par : Leto | 31/01/2009

oui, peut etre que je devrai le faire en prévenant "la prochaine fois, si la demande n'est pas plus explicite, je répondrai de la même façon...".
Disons que j'aime bien râler ici, mais pour ce qui est de faire les choses en vrai, c'est toujours plus compliqué ;-)

Écrit par : spyko | 01/02/2009

C'est un peu quand nous, on envoie un patient au psychiatre: "vous devriez voir un psychiatre, Madame " (c'est souvent des femmes...), et qu'on ne fait aucun courrier, ou si peu. Remarque, la réciproque est tellement vraie, excepté, il est vrai, pour les gens sortant de l'hôpital ou d'une autre structure... Des fois, je me demande si les psys savent écrire!! N'y vois aucune mauvaise intention à ton encontre! Mais on a l'impression de bosser en parallèle. Le comble, c'est quand le patient a un suivi psy, et qu'il te laisse te débrouiller avec le ttt antidépresseur et anxiolytique, sans feed back! Sympa! On est alors obligé de se fier aux dires du patient...

Écrit par : Med'celine | 25/02/2009

je suis bien d'accord que pour certains psy, le secret professionnel n'est qu'un paravant pour prétexter ne faire aucun courrier, ne donner aucune info... Moi je suis désolé, lorsque je demande à mes patients,aux parents, si ca les ennuie que je fasse un petit courrier d'info au généraliste, juste pour dire qu'on s'est rencontré et donner des infos globales, j'ai un "oui" à 99% et meme un "ah oui je prefere que ce soit vous qui lui expliquiez"... Le secret professionel n'implique pas de faire un black out total sur tout.

Écrit par : spyko | 25/02/2009

Je ne peux qu'applaudir des 2 mains! Bravo! Je bosse aussi dans une structure regroupant des généralistes, psy(chologues et chiatres) et autres paramédicaux. Ils n'ont pas ton sens du travail en équipe, et on doit leur tirer les vers du nez... Tu m'effraies: ce serait donc par fainéantise?... Je suis si naïve que cela ne m'était pas venu en tête: je pensais benoîtement au secret médical psy...

Écrit par : Med'celine | 26/02/2009

secret professionel, en partie (et fort heureusement pour le patient). Mais on peut donner des infos utiles aux autres professionels, en restant très global. Je dis ça, surement parce que travailler à l'hopital impose de bosser en équipe, et cela me semblerait bizarre de piocher des infos auprès de tout le monde et moi n'en donner aucune. Attention, il faut toujours faire gaffe à l'infirmiere, au médecin trop curieux qui veux savoir tout sur les détails personnels et présumés croustillants que je détiendrais... C'est souvent que je commence par "il ya des choses que je ne peux pas te dire, mais par contre...." et là j'essaie d'éclairer un peu le soignant si je le peux.

Écrit par : spyko | 26/02/2009

Les commentaires sont fermés.