Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2008

La consultation SuperNanny

1supernanny.jpg

Il arrive fréquemment (oserais-je dire de plus en plus fréquemment ?) que la consultation psychologique pour enfants n'est de psychologique que le nom...
J'ai l'impression que de plus en plus de parents sont en perte de repères par rapport à leur enfant, que ce qui devrait relever du bon sens ne soit plus automatique.

Alors, on voit arriver des parents dépassés, submergés, tyrannisés par leur enfant... Et la consultation se borne à leur rappeler leur role de parents, remettre déjà des règles là où il n'y en a plus. D'autres parents ne savent plus ce qui est bien ou non pour leur enfant...
Bien sur, on peut aussi s'interroger chez eux sur leur histoire, ce qui a pu les conduire là... Mais je dirai : dans un second temps. Les situations qui sont devant nous sont des fois tellement "énormes" qu'il devient urgentissime de d'abord remettre des règles !
Moi et ma collègue (pour un peu décompresser....Oui meme les psys ont le droit !), on appelle ça les consults "Super-Nanny".... Comme sur M6...Mais en vrai, là, dans le bureau. Des gens qui ne savent plus comment éduquer leur enfant
Quelques exemples en vrac, pour ceux dont je me souviens :

1 --

Ce petit garçon de six ans, atteint d'un diabète. La maman demande à me voir car elle ne s'en sort plus et décrit un enfant "infernal", qui n'écoute rien, ne veut plus se soigner non plus.
Dans le bureau, effectivement, le jeune homme fait ce qu'il veut... Repond ou ne repond pas à mes questions, se lève, touche un peu à tout, le tout sans réaction maternelle...
Tout à coup, un téléphone sonne dans le sac à main de la maman. Avant qu'elle n'ai eu le temps d'esquisser un geste, son fils plonge la main dans le sac, sort le téléphone et répond...
Je l'interroge : "Vous le laissez répondre à votre téléphone ?? " (ça y est, je sens la consult Super Nanny poindre)

- "Euh...C'est à dire que.... En fait...Eh bien... C'est SON téléphone à lui"
-  .......
(Le psy un peu désorienté essaie de trouver une question intelligente... Mais la seule qui lui vienne est une question tout bête) :
"Mais...A six ans... Il appelle qui ?"
"Ben moi... On a une grande maison...Il a peur des fois...Alors quand il est dans sa chambre, il m'appelle. Quand il est aux toilettes, il m'appelle"
"........"

Enfant roi quand tu nous tiens... En tout cas, dans ce cas, le diabète, et l'inquiétude maternelle, avait crée un lien mère/fils si fusionnel que la maman était prête à tout pour son fils... Et d'un bon sentiment, on arrivait à un enfant tyrannique..

2 --

Un papa m'amène son fils de 5/6 ans pour "cauchemars" récurrents. Papa un peu démuni, disons "gentil", qui vient chercher de l'aide face à un enfant qui le reveille en criant quasi toutes les nuits.
Je vois l'enfant seul et je me souviens , ce jour là, une stagiaire était avec moi.
Le petit bonhomme est sympa, et parle bien. Il nous fait un dessin de son cauchemar : du sang, un couteau... Brrrr je me dis, et bien, va falloir déméler toutes ces angoisses là ! Je suis même un peu inquiet de la force de celles ci.
Quant tout à coup, il lâche de façon un peu impromptue : "Le couteau, c'est le même que dans Scream"
Je sursaute : "Scream ? Tu veux dire le film d'horreur ?"
"Oui, on a le DVD. Je le regarde avec papa"
Je regarde ma stagiaire. On y croit pas. Dans une dernière réaction de défense (un père ne peut pas faire regarder un film d'horreur à son fils de six ans, Nooon), je tente la dernière question :
"Mais tu l'as pas vraiment vu le film dis ? "
"Mais si ! Y'a le monsieur qui tue la dame avec son couteau  et puis...etc etc"...
Et le gamin de nous raconter en détail les scènes les plus gores du film... Avec un mélange de plaisir/peur qu'on tout les enfants de cet âge, qui aiment bien jouer à se faire peur.

Je rappelle le père.
"Votre fils me dit que vous regardez Scream avec lui ?" (je n'y crois toujours pas, allez dites moi que c'est pas vrai !)
"Oui, oui, il aime bien, ca le fait rigoler"
"...Mais....mais...C'est un film d'horreur ! Vous me dites qu'il fait des cauchemars !"
"Oh mais non, je vous dis : il aime bien. C'est pas ça les cauchemars, j'en suis sur"
"......"
(décidemment le psy reste sans voix plus souvent qu'à son tour !)

Et le reste la consultation fut passée à essayer de faire comprendre au papa que même si fiston aimait jouer à se faire peur devant des scènes de meurtres, il devait lui, en tant que père, donner des limites et ne pas tout permettre...

Quand je vous dis que quelquefois, ce sont des consultations SuperNanny...

11:32 Publié dans Hopital | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

je viens de découvrir ce blog, je sens qu'il va me plaire! :-)

Merci, cela soulage de voir que l'on a raison de se battre (parfois) avec ses enfants.

Écrit par : mummy active | 14/01/2009

Et oui, il faut quelques fois ne pas toujours être gentil pour être un bon parent... Pas évident ! Mais dans nos sociétés, les parents sont tellement fixés sur l'objectif "il faut que mon enfant m'aime" qu'ils en sont prêts à abandonner leurs règles, leurs valeurs.
Mais je crois qu'un enfant aimera toujours son parents, même s'il ne cède pas à tous ses caprices, meme s'il est quelques fois sévère, pour peur qu'il soit juste et aimant.
A bientot

Écrit par : spyko | 15/01/2009

Oh, je me rappelais pas de ce billet, criant de vérité !
Il me fait d'ailleurs penser à l'épisode de south-park parodiant les super-nanny de tous poils... il faudrait que je vous trouve le lien.

Ah, et sinon, question de forme plus que de fond : il y a une coquille au premier paragraphe : "la consultation psychologique pour enfants n'AIT de psychologique que le nom...".

:-)

Écrit par : Marie | 21/03/2010

Merci Marie, je vais corriger cette faute qui était passé inaperçue !

Écrit par : spkyko | 21/03/2010

Super post clairvoyant!

Écrit par : consultation psychologue en ligne | 11/01/2012

Les commentaires sont fermés.