Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2008

Secrets de Noël

cadeaux.jpg

Ludivine a dix ans. Des beaux cheveux blonds bouclés, des yeux très bleus. Ludivine me regarde fixemment, mais ne me dit rien.
D'ailleurs, elle ne me dit rien depuis vingt minutes qu'elle est dans mon bureau. A part quelque oui ou non de la tête.

Ludivine s'applique tout de même à faire le dessin que je lui ai demandé. Elle a choisi Noël. Elle me dessine un grand sapin avec deux énormes cadeaux devant. Je lui demande si elle sait ce qu'il y a à l'intérieur. Elle me fait signe que oui. Mais elle ne me dira rien de plus...

Ludivine a été emmené ce matin en urgence par sa maman. Cela fait deux jours qu'elle ne veut plus manger. Qu'elle est triste. La maman m'évoque la peur d'une anorexie mentale, je n'y crois guère (Ludivine a accepté de manger quelques chocolats hier en guise de repas, ça ne ressemble guère à la logique calorique d'une anorexie débutante).
Le début brutal ne sonne guère comme une anorexie mentale non plus.

Le médecin l'a examiné, aucun arguments médicaux.
Reste le psychologue. Moi. Mais à moi, Ludivine ne dit rien et dessine en silence. Je vois qu'elle est vérouillée, défensive au possible. Mais je ne peux guère en savoir plus sur ce qu'elle cache à l'intérieur, qui doit être important pour qu'elle s'en protège autant...


Je rappelle la maman qui est un peu déçue que je n'ai pas eu de révélations de par mes talents magiques et ancestraux pour faire parler les enfants... Non Ludivine est restée secrète. Je conseille vivement à la maman de prendre rendez vous à sa sortie de l'hopital avec un psychologue... Sa fille a quelque chose  à exprimer, mais cela risque de prendre du temps car il faudra surmonter l'inhibition.

Ludivine s'en va. Je n'en sais pas beaucoup plus sur elle et sur ce qui la rend triste. On ne gagne pas à tous les coups et aujourd'hui, je n'ai pas réussi à l'aider.

Ludivine referme la porte. Je ne saurai jamais ce qu'il y a avait de caché dans les deux gros paquets au pied du sapin de son dessin, oublié et resté bien en évidence sur mon bureau.
Comme pour me montrer, tout en le cachant, qu'il y a là un secret à voir...

 

16:11 Publié dans Hopital | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.